Si vous arpentez les rues la matin en conduisant votre progéniture à leur cours, vous aurez sûrement remarqué un phénomène qui me glace le dos rien qu’à regarder. Une certaine mode c’est en effet installé sur la gente féminine adolescente, principalement : le rejet total du blouson/manteau et autre moyen de se tenir chaud !

Actuellement le thermomètre fait yo-yo sous la barre du zéro. Nos enfants et nous-mêmes sommes caparaçonnés dans de gros et molletonneuses protections hivernales, et ce de la tête aux pieds. Normal me direz-vous, mais alors pourquoi les lycéennes oublient consciemment de se vêtir dans ce froid hivernal ?

Engoncées dans des pantalons moulants, baskets ou chaussures basses aux pieds (socquettes comprises), la poitrine protégée par un blouson de mi-saison coupe courte, largement ouvert, elle se pavane ainsi crâneusement, mettant en valeur dessous leur petit haut dernièrement à la mode. Leurs cheveux voletant au vent froid ou cascadant sur leurs épaules frêles, elles ressemblent ainsi à des nymphes arctiques faisant fi du froid, le transmettant aux autres qui les regardent les yeux ronds avec des « mais que font leurs parents? », « si j’étais eux je ne la laisserais pas sortir ainsi », …

Mais d’où vient cette mode du sous-classement vestimentaire ?
Et pourquoi cette tranche d’âge précisément (adolescent en pleine expansion) ?

J’en ai même discuté avec mon grand en sixième. Ce phénomène ne touche pas (encore ?) sa tranche d’âge ni sa classe, mais plutôt la fin du collège et pleinement le lycée. Nettement moins dans les écoles supérieures, nous avons pu comparer puisque nous passons devant ces groupes disparates d’élèves sur le chemin de son collège.

Et bien une des raisons serait « l’encombrement » !

Et chez moi ? Argh, cela comment ? En effet, mon grand, même s’il ne refuse pas son blouson épais, son cache-col, son bonnet et ses gants, refuse catégoriquement tout pull, gilet et autre sur-couche à ses éternels t-shirt à manche longue (été comme hiver).

D’ailleurs c’est ce que révèle l’article « Mais quel est le problème entre les ados et les manteaux » posté sur le Huffintonpost.

Les habits gênent ! Là où nous prônons les arguments pour l’utilisation de ceux-ci à bon escient, les ados les réfutent en arguant un manque de liberté de mouvement. Sans oublier une différentiation de l’ado par rapport aux adultes et aux autres ados (ils sont compliqués, un peu comme les Gaulois), un suivi comportemental qui fait tâche d’huile.

Et la mode parlons-en ! Ce qui est gros et volumineux n’est pas très joli…

Et oui, une fille (cas général) a besoin de se mettre en valeur pour plaire, pour se faire voir et ne pas être rejetée, quitte à se peler les boobs et crisper un sourire bravache sur la bouille déclarant un « non je n’ai pas froid » (si, si en fait, mais elle ne l’avouera pas).

Arf, gros soupir, j’ai peu pour ma fille dans moult années !

Que pouvons-nous faire alors pour lutter contre ce fléau ?

Ben pas grand chose, car à part leur crier dessus (ce qui ne sert à rien), leur proposer plusieurs choix vestimentaires graduellement plus chaud (cette méthode à ses limites) et bien attendons qu’ils se rendent compte qu’il caille dehors et changent d’avis (ça passe avec l’âge).

 

Et chez vous ? Manteau ou pas manteau chez les ados ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

7 comments

  1. Valérie de WonderMômes

    Faut leur proposer un bon Damart lol

  2. maman est occupée

    Ce qui me sidère, ce sont tous ces jeunes sans chaussette (ou avec des petites socquettes), le bas des jambes à l’air. Ca, couplé avec le blouson tout fin en simili cuir, avec une espèce de descente de lit sur le dos, j’ai du mal.

  3. Ax-L

    Chez moi c’est valable quel que soit le sexe. Et oui ils passent tous par là. Un de leurs arguments, c’est effectivement de ne pas s’encombrer mais pour ne pas risquer d’oublier quelque chose dans une salle de cours.
    Et je pense qu’il y a aussi probablement un phénomène physiologique lié au bouillonnement hormonal ;-)

  4. Luc

    Hey. Tu tombes juste. Sous des traits humoristique tu décris une réalité qui fait froid dans le dos. Je suis en plein dedans avec mon adolescente de 14 ans. En plein hiver, elle déambule en débardeur dans la maison et s’enroule à loisir d’une couverture polaire pour daigner nous accorder sa présence au repas. Moi je dis ‘No way’. I want doudoune’s back
    En même temps ça fait des économies sur le budget fringues, mais des dépenses supplémentaires en Fervex et pshits rhumesques. Un partout la balle au centre!
    Père débordé de http://www.peredeborde.com