Comment un nouveau-né peut sauver la vie d’un homme, et lui permettre de réaliser ses rêves ?

Cet article est un article invité écrit pour l’opération 6 blogs, 6 personnalités, 26 jours organisé par Kategriss de aventure-personnelle.

Cet écrit très personnel, très prenant et très sentimental a été écrit par Cédric VIMEUX du blog www.Virtuose-Marketing.com.

Je le remercie sincèrement de s’être ainsi livré à mes lecteurs. Je ne doute pas que cela fut chose très facile. Mais d’un autre côté, peut-être aussi un soulagement, une manière de se libérer d’un poids qu’il avait sur le coeur. Je ne le connaissais pas comme cela et à mon avis et je voulais le féliciter des efforts qu’il a pu faire avec l’arrivée de son bébé. Il y a tellement de parents qui abandonnent leurs enfants à l’autre en cours de grossesse ou à la naissance par peur et manque de courage… 

Le jour de sa naissance, mon fils m’a sauvé !

Je ne serais rien aujourd’hui, s’il n’avait pas été là. Je vais vous expliquer pourquoi, mais pour cela, je dois avant tout vous parler de qui j’étais avant lui. Surtout que…

Je n’étais pas quelqu’un de bien !

Voici pourquoi :

Arrongance, folie et destruction

Quand j’avais 20 ans, j’étais arrogant, dérangé, et « spécial ». À tel point que je me suis mis à dos tout mon entourage.

Je me suis fâché avec toutes les personnes qui m’aimaient le plus, et qui ne voulaient que mon bien. Mes professeurs d’Université. Mes deux amis d’enfance. Tous les autres. Mes propres parents. Et même la fille qui partageait ma vie depuis 5 ans, celle que j’aimais, et que je rêvais d’épouser.

Toutes ces personnes m’ont abandonné. Ou peut-être est-ce moi qui les ai abandonnés ? Je ne me souviens plus…

Ce dont je me souviens, par contre, c’est que j’ai réussi à tout briser. Rapidement. Sans demi-mesure. Parce que quand je fais quelque chose, je le fais jusqu’au bout. À fond !

Pourquoi ne gâcher sa vie qu’à moitié quand on peut faire l’exploit de la ravager entièrement, en quelques jours à peine ?

Je viens d’une génération d’écorchés. Éduqué dans mon enfance par les combats sanglants de Seyar et de San Goku (merci Dorothée), et bercé dans mon adolescence par les cris délurés de Jim Morrison et de Kurt Cobain (merci à vous aussi.)

Quand on se s’intéresse qu’à la destruction et au chaos, on n’obtient dans sa vie que destruction et chaos. Il ne peut en être autrement. La preuve :

Autobiographie d’une décadence

Après que la majorité des gens que j’aimais aient décidé que je n’étais pas assez bien pour faire partie de leur vie, je suis devenu une sorte de fantôme. Et je le suis resté pendant près de 10 ans…

Je n’étais même pas l’ombre de moi-même – celle-ci m’avait déjà fui depuis longtemps. Horrifiée, elle aussi. Comme tous les autres.

Que s’est-il passé durant ces 10 ans ? Rien. Ou plutôt… Rien de bien !

J’ai été sans domicile fixe pendant près d’un an. Puis on m’a proposé d’aller sauver le monde – ou de le détruire – en faisant mon Service Militaire au 6 RHCM. C’est-à-dire au 6e Régiment d’Hélicoptère de Combat et de Manoeuvre… ou plutôt le 6e Régiment de Hashich, Cannabis et Marijuana. 😉

J’y ai aussi suivi une formation très poussée en alcoolisme. D’ailleurs, j’étais un excellent élève dans cette matière. Le meilleur, peut-être…

Attentif et travailleur, je faisais mes devoirs tous les soirs. Des litres et des litres. Parfois plus.

Pourquoi ne boire qu’un ou deux verres quand on peut tenter un coma éthylique ? C’est bien plus fun, non?

Et puis, vous me connaissez maintenant : quand je fais quelque chose, je le fais jusqu’au bout. À fond !

Et après l’armée ?

Je suis retourné vivre dans l’appartement gratuit et spacieux que j’occupais deux hivers plus tôt. C’est à dire… la rue.

Bon… ne disons pas que j’étais SDF, c’est parfois réducteur. Disons plutôt que j’étais… Nomade. Oui, j’aime bien, ça. Nomade. Ça fait cool !

Et puis, vous savez, quand on a suivi une formation poussée en alcoolisme, on connait alors pas mal de techniques secrètes pour réchauffer son corps pendant l’hiver. Et je peux le dire aujourd’hui : j’ai rarement eu froid !

Un aspect de ma vie s’était quand même amélioré : je n’étais plus seul. La métisse la plus gentille et la plus belle de la planète avait pris la décision bien étrange de… tomber amoureuse de moi.

Du coup, vous vous posez certainement ces 2 questions : Quand suis-je sorti de la rue? Et comment?

Réponses : j’en suis sorti un an plus tard, en trouvant un emploi à temps partiel dans un vidéo-club.

Et Alexandrine, la jolie métisse ? Malgré le fait que j’étais SDF… enfin, nomade… que je n’avais pas un rond, et j’essayais de me suicider à l’alcool… elle était toujours là 🙂

Alors ? Est-ce que le fait que je trouve un emploi, que je sorte de la rue, et que Alexandrine soit toujours là m’a permis de changer, de m’améliorer, et d’évoluer ? Et bien…

Pas vraiment, en fait !

Voyez par vous-même :

Je gagnais à peine de quoi vivre. Je ne cherchais pas de second emploi, et encore moins un autre. Je n’avais aucun projet d’avenir. Et pire encore…

Arf… J’ose à peine l’écrire. Allez, je me lance :

Aimeriez-vous savoir ce que je faisais de mes journées ? Après tout, quand on travaille à mi-temps, on a beaucoup de temps libre, pas vrai ?

Voici ce que je faisais :

Alcool, trash métal, jeux vidéo, et quelques écrits à la poubelle

Je picolais. Je cuvais. Je jouais à World of Warcraft. J’écoutais du Trash Métal. Je picolais. Je cuvais. Je regardais des mangas. Je picolais encore. Et je cuvais de nouveau.

Parfois, lorsque l’inspiration avait la gentillesse de passer sous la porte et de me rendre visite, j’écrivais alors quelques chansons, et un ou deux poèmes… J’y parlais de chaos et de désolation, bien évidemment. Et puis, je picolais de nouveau. Je cuvais. Je relisais mes écrits. Je me disais qu’ils étaient nuls. Alors je les jetais.

Je ne m’en rendais pas vraiment compte à l’époque, mais je souffrais. Pourquoi ?

Parce qu’on ne peut pas être heureux quand on s’enfile 4 bouteilles de Pastis et 5 packs de 24 bières par semaine.

Parce qu’on ne peut pas être heureux quand les semaines défilent en alternant « jour où je picole jusqu’à en tomber parce que dès je bois un verre, je ne sais plus m’arrêter » et « jour où je dors toute la journée parce que j’ai bu pendant 8 heures non-stop hier, et aujourd’hui je cuve. »

Et parce qu’on ne peut pas être heureux quand on a les yeux constamment rivés vers les périodes sombres de son passé, au lieu de regarder devant soi, vers l’horizon, et le futur.

Vous croyez que j’avais touché le fond ? Non, pas encore.

Voici comment ça s’est (encore) empiré :

On m’abandonne de nouveau…

Au début de l’année 2007, on m’abandonne de nouveau.

Cette fois-ci, c’est ma patronne qui me vire. Elle me licencie. Oh, pas à cause de l’alcool, je vous rassure, mais pour raisons économiques. Les gens ne vont plus dans les vidéoclubs pour louer des films. Ils les téléchargent directement sur Internet, sans bouger de chez eux. N’est-ce pas ? 😉

C’est ainsi que durant l’année de mes 30 ans, je me suis retrouvé au chômage. Sans avenir. Sans projet. Et sans motivation. C’est un peu comme quand j’étais à la rue. À la différence prête que j’avais maintenant des factures à payer

Et là, devinez un peu ce qui m’arrive ? Deux semaines après mon licenciement, ma belle Alexandrine m’annonce qu’elle est enceinte.

Est-ce que cela m’a boosté ? Est-ce que cela m’a changé ? Est-ce que je me suis dit qu’il fallait que je reprenne ma vie en main ?

Non. Rien de rien.

Au contraire d’ailleurs !

Si vous m’avez trouvé débile et sur le mauvais chemin jusqu’ici, alors lisez la suite… C’est pire !

Tout en bas de l’échelle sociale…

Durant l’année 2007, j’ai sombré plus violemment que jamais dans la déchéance. Je picolais deux fois plus qu’auparavant. Seul. Enfermé dans une pièce sombre, aux volets clos. Enfermé sur moi-même.

Mes finances ? Elles étaient au plus bas. Mon banquier commençait même à me menacer. Mais je m’en fichais…

Pire, je n’avais presque plus de vie sociale. Imaginez un peu : je passais 15 à 20 heures par jour à jouer au jeu en réseau, World of Warcraft. Sans bouger de ma chaise. Dans une pièce obscure. Puant le tabac froid, et l’alcool.

Résultat ? J’ai grossi de 12 kilos en 8 mois !

Parce que je ne bougeai plus de la pièce dans laquelle je m’étais enfermé. Parce que je ne faisais plus aucune activité physique – je restais assis devant mon PC, à jouer à World of Warcraft. Parce que j’ingurgitais des quantités astronomiques d’alcool, à en tuer un éléphant.

Au total, pendant mes 10 années de « mode fantôme », j’ai pris… 30 kilos :'(

Je vous l’ai déjà dit : quand je fais quelque chose, je le fais à fond. Jusqu’au bout !

Et puis, c’est là qu’il s’est passé l’événement le plus important de ma vie. Celui qui a bouleversé à jamais mon existence. Et que voici :

Un ange a déployé ses ailes

Le 15 Octobre 2007, j’ai rencontré un ange. Il mesurait 46 cm et pesait 2 kg 960. Nous l’avons appelé Mathys, mon fils.

Son arrivée fut pour moi un véritable électrochoc. Autant dans ma tête que dans ma chair. Et même dans mes os. Jusqu’au plus petit filament de mon être.

Je ne sais pas comment exprimer ce sentiment intense – et tellement bon – que j’ai ressenti lorsque j’ai vu mon fils pour la première fois. Je crois sincèrement qu’il n’existe aucun mot pour exprimer cet amour, ce choc émotionnel qui a secoué tout mon être.

Comment vous faire ressentir ce choc ? La meilleure façon, la voici :

Levez-vous. Allez dans votre cuisine et ouvrez le tiroir aux fourchettes. Prenez-en une et cassez les dents pour n’en garder que deux. Cherchez une prise électrique…

Vous en voyez une ? Parfait !

Maintenant, insérez-y la fourchette par les 2 dents restantes. Vous devriez être un petit peu secoué. C’est normal.

Imaginez maintenant une secousse 1000 fois plus puissante… et vous serez encore très loin du choc qui m’a secoué.

On dit souvent qu’un enfant change la vie. Je dirais plutôt qu’un enfant DEVIENT notre vie.

Et vous savez ce qui m’est arrivé alors ? J’ai eu un projet d’avenir. Mon premier. Pour la première fois depuis mes 30 ans d’existence, je regardais vers le futur, et ma vie en fut bouleversée…

Quel était ce projet d’avenir ?

Ce projet, le voici : devenir un père exemplaire, et tout mettre en oeuvre pour rendre ma famille la plus heureuse possible, et pour qu’elle n’ait plus jamais à se priver.

Je me suis donc mis à chercher, et à réfléchir à mon avenir. Qu’est-ce que je pourrais bien faire ? Comment rendre ma famille heureuse ? Comment ne plus avoir de problèmes d’argent ? Comment faire pour que mon fils obtienne le jour tout ce dont il a rêvé la nuit ? Qui dois-je devenir pour être quelqu’un bon père ? Et un bon amant ?

La solution m’est apparue quelques mois plus tard, lorsque j’ai vu une vidéo de Christian Godefroy. Cette video : http://www.youtube.com/watch?v=wy3hJPUZd_Q

Dès lors, je me suis intéressé au Marketing Internet, et au Développement Personnel.

En quelques mois, puisant ma motivation dans le sourire de mon fils, et ses grands yeux bleus, j’ai construit une petite affaire indépendante et lucrative, sur Internet. Une affaire qui nous permet, ma famille et moi, de vivre aujourd’hui décemment. Sans avoir à nous priver. Et en passant un maximum de temps ensemble.

Mon rève !

Mais ce n’est pas tout…

Dans le regard de mon fils, j’ai puisé la motivation nécessaire pour :

  • arrêter de fumer
  • arrêter de boire
  • me remettre au sport
  • perdre du poids
  • apprendre le webmarketing, le copywriting, et bien d’autres disciplines,
  • … et bien d’autres !

J’ai encore beaucoup d’efforts à faire sur moi-même. Je suis encore très loin d’être le père et l’amant idéal que je veux devenir. Mais j’y travaille. Et je suis plus que jamais motivé à réussir.

Tout cela pourquoi ? Tout cela parce que depuis 4 ans maintenant, j’ai détourné mon regard du passé, pour le river vers la seule chose que je peux modeler à ma guise : mon avenir.

Parce qu’un beau jour, un petit ange nommé Mathys, mesurant 46 cm et pesant 2 kg 960 s’est invité dans ma vie… Et m’a donné la chance d’être son père.

Que puis-je dire d’autre ? À part…

« Je t’aime Mathys. Et merci de m’avoir sauvé ! »

PS:

Cet article sort clairement de ma ligne éditoriale. Et il est aussi bien plus long. Mais, puisque Franck m’a fait le plaisir de m’inviter sur Papa-Blogueur, je ne pouvais faire autrement que de rendre honneur à celui qui m’a mené là où j’en suis aujourd’hui : mon fils !

Parce qu’en fin de compte, être un papa blogueur, c’est avant tout passer du temps avec ses enfants. Et leur donner le meilleur de nous-même. C’est puiser dans leurs rires – et même dans leurs larmes – la force et la motivation de toujours faire davantage. De s’améliorer. De toujours avancer. Et de chercher, au plus profond de nous-même, ce que vous avons de mieux à leur offrir.

Crédit photo : http://www.sxc.hu/photo/1218762

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

54 comments

      • Charlotte

        Un récit vérité, chargé en émotions. Une vie dure. Avec des mots simples, tu nous plonges dans un univers effroyable. Quelques traits d’humour pour atténuer cette descente. Mais quel talent d’écrivain! Courageux Cédric, se dévoiler ainsi!. C’est une vraie leçon de vie que tu nous donnes. Je rends hommage, aussi à ta belle métisse. Elle a su voir en toi, avant tout le monde, les qualités que tu cachais……J’ai beaucoup vécu, beaucoup plus que toi et je reconnais que c’est une chance de t’avoir rencontré sur le
        net. Merci et longue vie de bonheur avec la famille, que tu as construit.

        Amicalement

        Charlotte

    • C’est surtout très très courageux de porter un regard sur sa propre « déchéance » (je ne dis pas ce mot dans un sens péjoratif).

      J’ai également vécu ça. J’ai vraiment été à deux doigt de commettre le geste ultime. Moi aussi ce sont mes enfants qui m’ont sauvé. Alors j’essaie de leur rendre en leur consacrant le bien le plus précieux que je possède: le temps.

      Après les « feux de la rampe », je suis tombé bien bas dans l’estime de moi. Après avoir cotoyé beaucoup de « puissants » tels que celui qui préside aujourd’hui ce pays, non par conviction, mais par obligations professionnelles, on m’a jeté comme un vieux chiffon. Alors, ça fait mal, on ne s’en remet pas vraiment comme ça. On essaie de se raccrocher, de ne pas tomber dans l’alcool comme son père ou comme toi Cédric. On s’expatrie à l’autre bout du pays. On prend un deuxième effet kisscool avec une séparation. Et là apparait la révélation: Internet.

      Mais surtout je ne remercierai jamais assez ma compagne actuelle qui a recollé les morceaux d’un type brisé et mes enfants qui ont fait que je n’écrive pas ces mots du monde des disparus…

      Au delà, j’aimerais dire à tous ceux qui ne voient aucun espoir qu’il ne faut jamais renoncé. Cédric vous l’a dit. Je vous le dis. D’autres vous le diront.

      Désolé si j’ai été long. C’est mon coeur qui parlait. J’en ai les larmes aux yeux. Je vais m’arrêter là. Si comme Cédric je peux vous apporter l’énergie dont vous avez besoin, alors ce sera super ;-).
      Sam

  1. Emouvant. Une histoire à la fois triste et belle. En tous cas, pleine d’espoir pour tous ceux qui pourraient vivre des choses similaires. Mettre toutes tes tripes sur ce blog, c’est du courage et un beau cadeau. Aussi un bel hommage à la fois au boulot de père et à celui de blogueur. Le but de ce blog, en somme.

  2. Punaise! Ca secoue! 🙂
    Je me reconnais un peu dans ce parcours. a la différence près que j’ai eu ma fille à 19 ans et que je me suis donc bougé plus jeune. Mais j’entrevois ce à quoi ma vie aurait ressemblé si je ne l’avais pas eu.

    Ce récit est très courageux.
    Mathys a changé ta vie, mais peu de personnes savent ainsi mettre en branle leur vie pour donner le meilleur à leur enfant.
    Tu es un homme très courageux, très fort. Ton fils a de quoi être fier de toi et je suis sûre qu’en devenant ainsi un exemple pour lui (avec ses défauts, mais la perfection ce n’est pas un exemple! :)), il aura un être fort sur lequel s’appuyer quand il grandira et qui lui permettra de prendre les bonnes décisions.

    C’était très émouvant à lire! 🙂

  3. Julien

    Voilà une histoire très émouvante…
    Je connaissais un peu ton parcours Cédric, mais avec beaucoup moins de détails. Je suis certain que personne ne peut ressentir ce que tu as ressenti à la naissance de ton fils, mais je t’assure que l’émotion est bien là quand on lit ces lignes.
    Merci pour ce témoignage prenant, et merci pour le message d’espoir que tu nous transmets.

  4. Bonjour Cédric et Franck

    Cédric,
    Lorsque j’ai commencé à lire ton article, j’attendais le moment ou tu allais dire que cette histoire n’était pas la tienne ou alors que tu allais comme tu le fais d’habitude en tirer une leçon en rapport avec webmarketing ou autre.
    Comme dit l’autre « je suis sur le cul », je ne pensais pas que ton parcours avait été aussi tumultueux et que tu avais réussi à construire une affaire comme la tienne en 4 ans. En tout cas ton histoire ne peut qu’aider et motiver ceux qui te liront.
    Monsieur je n’ai qu’une chose à dire « chapeau bas »
    Amicalement
    Marie-Do
    P.S. :
    Cet article ne pouvait trouver de meilleur place que sur le blog de Franck.

  5. Hé ben la vache ! Tu m’en as mis les larmes aux yeux !

    Franchement chapeau, c’est un bel exemple de victoire, et une superbe manière de l’exprimer.

    Une histoire digne de figurer dans « Un bouillon de Poulet pour l’âme » !

    Comme quoi rien n’est impossible, il suffit d’y croire.

    Merci.

    Yvon

  6. Rachel

    Magnifique leçon de courage, bravo encore. (Nos enfants ont à peu près le même âge !)C’est vrai qu’un bébé vous ouvre les portes d’une autre vie. Ces petites choses qui grandissent trop vite vous font parfois passer des moments atroces mais sont une source de motivation inépuisable malgré la fatigue qu’ils engendrent souvent. Moi j’étais en pleine adolescence (et toutes les bêtises qui s’y raccordent) quand j’ai eu le premier. ça m’a propulsé au rang d’adulte direct. Dur à gérer, et puis en fait non, pas tant que ça. Et le second est arrivé 18 mois plus tard. Alors 2 fois plus de motivation et 2 fois plus envie de réussir pour eux et de les rendre heureux. Bref, ton fils t’a sauvé, les miens m’ont fait vivre. Merci pour cet article qui me rappelle ma principale raison de donner le meilleur de moi-même. A bientôt

  7. Bravo Cédric pour avoir eu le courage d’écrire tout ça ! C’est une histoire pleine d’espoir, qui fait voir que rien n’est jamais perdu. Et que parfois, le réveil se fait là où on s’y attend le moins… C’est un sacré parcours en tout cas, qui transpire dans ton travail.

  8. Arnaud, Maison Attention Danger

    Bonjour,
    Emouvant, touchant, je te félicite Cédric pour d’être livré ainsi et de nous avoir fait partager tes plus sombres moments de ta vie. Jamais je n’aurais imaginé ce genre de chose venant de toi, mais je comprend entièrement car moi même fût un temps ou j’étais sur le mauvais chemin (alcool et autre produit dès le collège) et c’est en rencontrant ma femme que j’ai changé radicalement.
    Et à l’arrivée de ma fille il y a maintenant 2 ans je me suis donné une nouvelle mission (comme beaucoup de jeunes parents) : tout faire pour rendre notre vie et surtout sa vie meilleure et ne rien manqué, être toujours là pour elle. Pas si simple à cause de mon boulot en usine en 3*8 (nuit, matin, après-midi) et c’est pour cela que je me suis lancé dans l’aventure d’internet.
    Encore merci Cédric pour ce témoignage qui vient du fond du coeur et merci à Franck pour lui avoir permis de s’exprimer librement.

  9. Marion Kalawette

    C’est vrai que c’est rare que tu te livres comme ca !
    C’est dingue comme je me vois dans ton histoire, et pourtant il y a un mur devant moi qui m’empeche d’avancer …
    Ce mur est la négativité en personne, il avoue s’infliger des migraines tellement il voit tout en noir (cocu, seul, mal aimé, sans chitt, sans amis toxico … ce qu’il y a de plus cher à ses yeux c’est : DE LA MERDE)

    Et pourtant, s’il perds tout, il restera : MOI !

    Pourquoi est-ce que j’aime encore ce « débris » ?
    Dieu seul le sait.

    Mais je rêve encore à un jour où il se métamorphoserait en … webmarketeur ?
    Qui sait ?

    Il sait juste aller sur le bon coin (lol)

    Alexandrine, braavo !
    Après tout, c’est toi qui a fait grandir ce magnifique bibou dans ton bidon ! (eh oui, je l’ai deja vu en vidéo Mathys)

    Longue vie à vous 3 (peut-être 4, 5, … un jour qui sait)

  10. Magnifique mise à nu de soi.
    Une double naissance, celle de ton fils et la tienne.
    Vivre à travers l’autre… en te souhaitant que ton fils n’ait pas le même caractère que toi 😉

    • Salut Piotr,

      Il semblerait qu’il ait hérité du caractère de sa mère… Ouf!

      Mais bon, il n’a que 4 ans. Il peut encore changer.

      Cédric

  11. Martha

    Eh ben!!! je reste sans voix et les larmes aux yeux.
    Quand je lis ton histoire, ça me conforte dans le fait qu’il n’y a pas de hasard dans la vie.
    A 40 ans, pas d’enfants et pas d’envie particulière d’en avoir, du jour au lendemain je me retrouve tutrice (maman) de ma nièce de 15 ans avec des parents déchus de leurs droits.Et depuis quel bonheur, elle avait tellement d’amour à donner et je le lui rend bien; deux être qui ne demandaient qu’à se retrouver.
    Tu as beaucoup de chance Cédric d’avoir tant d’amour dans ta vie, car je crois sincèrement que c’est le moteur de tout.
    Merci pour ce témoignage.

  12. Alexis

    uff la vache !

    Je me doutais que tu avais vécu des trucs hard, mais a ce point… -)

    En tout cas bravo pour ce changement positif!

    Alexis

  13. gilles

    Je reçois régulièrement des mails de Cédric et sur son blog et les blogs partenaires, je lis avec beaucoup d’intérêt ses écrits au travers desquels se révèle un véritable virtuose du marketing internet. Les ouvrages de référence auxquels il fait toujours référence, pour argumenter ses propos, traitant de développement personnel en particulier, l’ont formaté dans le bon sens. J’étais loin de m’imaginer que derrière cette forte ossature de professionnel du marketing se cachait un passé aussi douloureux.
    J’ai eu beaucoup de mal à la lecture de cet article à cacher mon émotion. Et, ce n’est pas exagéré de dire que j’avais les larmes aux yeux, le cœur noué et beaucoup d’admiration devant le choc des images liés au parcours de l’alcoolique, formé au combat pour l’alcool et les drogues au sein de notre institution militaire et bien sur l’arrivée du bébé sauveur. Ce virage à 180° méritait d’être souligné et ne peut que nous encourager à prendre quel soit notre âge un autre cap vers d’autres cieux. Il nous donne avec tout son cœur, sa sensibilité, son tempérament de battant, une belle leçon de courage et de réussite.
    Bravo Cédric

  14. Sylvain@astuce

    Aahhh ce cedric est vraiment très fort, il me surprendra toujours,
    C’est vraiment super article qui motive,
    Je n’ai pas encore la chance d’avoir d’enfant,
    Mais j’espère vivre cette expérience bientôt
    A bientôt

  15. Chantal

    Ouffff ça fait un choc, ce récit !
    Je ne me doutais pas,devant tant d’assurance, de connaissances, d’un parcours aussi douloureux.

    Comme déja dit plus haut, c’est très courageux d’avoir oser le raconter, se mettre à nu de cette façon, bravo !

    Et cela montre qu’il ne faut jamais désespérer, tout peut basculer d’un moment à l’autre, suffit de saisir le bon moment. Toi Cédric, c’est ton bébé qui a fait électrochoc, c’est magnifique !

    Merci d’être aussi « vrai ».

  16. Comme je le dis souvent, les « malheurs » on ne les oublie pas mais ils nous grandissent … je suis sur que tu te remémores ces moments quand c’est difficile et que tu dis que tu t’en es sorti .. et que donc tu t’en sortiras encore avec l’envie, la motivation …
    Bravo Cédric , ce n’est pas si simple de se livrer surtout sur un blog qui est pas la sien !

  17. Waouw, j’aurais jamais imaginé que tu avais galéré autant !

    En tout cas tu as un vrai talent pour l’écriture Cédric, ça aurait été dommage que tu passes à côté de ça 😉

    Chapeau !

  18. Benoit

    Salut Cédric et Papablogueur,

    Cet article m’a beaucoup touché.

    J’admirais déjà la vitesse de ton succès Cédric.
    Tu es maintenant une vraie source d’inspiration.

    Je te souhaite bonne continuation et tout le succès que tu mérites…

    Benoît

  19. …article d autant plus important que l histoire est reelle… ca fait penser à l assomoir de zola; avec un happy end comme cadeau…! felicitations et bonne continuation…

  20. Laurent

    Bravo Cédric, bravo !

    Merci pour ta sincérité et cette belle histoire !
    C’est vrai que cet article sort clairement de ta ligne éditoriale mais il est aussi prenant et génial que les autre. Je suis un peu dans le même cas de figure que toi en 2008 (sans l’alchool, lol 😉 et j’ai les larmes au yeux et reboosté à fond !

    Merci Cédric !

  21. Eleanor33

    Merci pour ce très beau texte, qui apprend qu’il faut savoir parfois profiter de ce que la vie nous offre comme chance de sortir de son propre marasme. Bonne continuation à vous !

  22. DocteurGrèg @ Droitgagnant

    Bonjour à tous,

    Je découvre depuis peu le monde du Blogging, et Papa-Blogueur et Cédric (de même qu’Yvon et Aurélien) sont des modèles d’inspiration pour moi.

    On dit souvent que l’écriture libère et on le sent au fur et à mesure de la lecture de ta « confession » Cédric.

    J’espère qu’elle t’a fait autant de bien qu’à nous 🙂

    Quand tu écris que « Pour la première fois depuis mes 30 ans d’existence, je regardais vers le futur, et ma vie en fut bouleversée… », tu m’as fait penser à une phrase d’Olivier Lockert, que j’adore et que je souhaite partager avec vous :

    « Prenez soin de votre avenir, vous allez y passer le reste de vos jours »

    Je trouve qu’elle résume bien ton parcours.

  23. Pépé Le Beagle

    Cédric, je te félicite pour ton cran et ta détermination. Le choc émotionnel de l’arrivée d’un enfant dans la vie d’un père est quelque chose que beaucoup ne comprennent pas. J’ai passé un certain moment à essayer d’expliquer à certaines personnes de mon cercle professionnel que mon enfant était devenu la chose la plus importante de ma vie et on me répondait « un bébé c’est chiant, ça mange, ça chie, ça dort » ou « un enfant,c’est ingrat, vous faites tout mais il fera ce qu’il voudra ».

    Qu’à cela ne tienne, le sentiment de voir son enfant pour la première fois, comme tu le décris, est pour moi, la meilleure description qu’il m’ait été donné de lire.

    Bravo pour ton parcours et bonne continuation pour ce futur brillant.

  24. Pingback: Interview de Jean Rivière, de Travaillez en Slip | Virtuose-Marketing

  25. J'ai un pseudo, si ! si !

    Je serais Maman dans 7 mois et demi pour la deuxième fois et j’ai trouvé cet article bien joli 🙂
    Félicitation Cédric, et bonne continuation !

  26. Romaric

    Bonjour,

    Très sincèrement, j’ai eu beaucoup de mal à retenir mes émotions en te lisant Cédric, comment ne pas avoir les larmes aux yeux en lisant
    une histoire pareil ?

    Je viens d’avoir une petite fille qui a eu 4 mois hier, elle s’appelle Romane et qu’est-ce que je suis reboosté depuis sa
    naissance, et encore plus en lisant cet article !!

    Félicitation pour ce parcours Cédric ! 😉

    Merci

    Romaric

  27. Pingback: Comment j’en suis venu à faire du webmarketing ? Ma réponse dans cette interview « Virtuose-Marketing

  28. Merci infiniment Cédric. Je suis très fière de vous connaître par votre blog.
    Vous avez utilisé le mot « ange »; j’en ai trois. Trois petits-fils.

  29. Albin

    Bonjour Cédric,

    cela fait un an que je te suis sur ton blog, et c’est seulement aujourd’hui que je découvre ton parcours. Et quel chemin parcouru !

    Ta sincérité est bouleversante, mais j’étais loin de m’imaginer que tu revenais de si loin.

    Cela prouve bien que l’on peut se relever, à partir du moment ou l’on a pris LA décision.
    Comme toi, c’est Christian qui m’a mis le pied à l’étrier, il faut bien l’avouer cet homme là est une bénédiction et nos enfants aussi !

    Alors MERCI d’être revenu pour nous offrir chaque jour, un article en plus des réalisations que tu nous fait partagé et qui nous aide à notre tour, à nous accomplir.

    Avec tout mon respect,

    Albin.

  30. Une expérience touchante de sincérité ! Je ne m’émeut pas facilement, mais les larmes me sont montées aux yeux quand même… bravo de t’être reconstruit ainsi, d’y avoir cru et de te battre pour ton fils.

    Ton témoignage redonnera sûrement confiance à ceux qui se pensent perdus.

  31. Emilie C-F

    très bel article, touchant tout simplement!
    #FDM

  32. gaelle

    c’est vraiment trés émouvant, quel parcours !

  33. snoops

    bravo d’avoir réussi à t’en sortir et félicitations à mathys de t’y avoir aidé

  34. Pingback: Interview de Cédric Vimeux : Propulsé de la rue à chef d’entreprise | Une Vie Meilleure.Net

  35. Hafid de bons plans

    Bonsoir

    Comme dans tous ses interviews, cedric rappelle son histoire et la naissance de son fils. C’est un travailler qui a beaucoup d’idées pour chaque article

  36. Pingback: Si vous désirez me connaître un peu plus… « Virtuose-Marketing

  37. Pingback: Virtuose Marketing - Interview de Cédric Vimeux

  38. Dan Letters

    Arf allez sortez les mouchoirs, continue à prendre les gens pour des cons… Mais tu as bien la sale gueule de mec que tu décris si bien t’as pas changé d’un iota mon gars!!!! Toujours à se faire mousser!!!

  39. John@maigrir

    Un témoignage très intéressant. Merci Cédric.

  40. Pingback: Faire de l’argent à la rentrée des classes… et comment mon fils m’a sauvé la vie… « Virtuose-Marketing

  41. Maman Poule et Cie

    Bonjour,

    Je ne découvre votre témoignage que maintenant mais il me touche, beaucoup. Parce qu’il y a moins d’un mois, mon petit frère (30 ans), a choisi de baisser les bras.
    J’aurais beaucoup aimé que comme vous, un petit être d’amour lui donne la force d’avancer, la force de regarder vers l’avenir.
    Mais non ! Alors, il ne connaîtra jamais ce bonheur intense de devenir père et je n’aurai jamais le plaisir d’admirer un petit neveu/une petite nièce.
    J’espère que votre témoignage aura donné un peu de force et d’espoir à d’autres.