Il y a des sujets où les mini-moi savent tout. Ils veulent tout faire (à leur manière), ils veulent tout goûter, tout avoir mais ils n’aiment certainement pas tout !

D’ailleurs s’ils aimaient tout, la vie serait tellement ennuyeuse, mais plus simple aussi, moins fatiguante, moins stressante, faut que j’arrête là, sinon je vais finir par croire au Père Noël ! mdr
Entre leurs désirs de découvrir, l’aspect des choses qui les rebute, leurs opinions qui sautent du coq à l’âne, nous n’avons pas le temps de nous ennuyer.

Afin d’illustrer mes propos, voici quelques tranches de vie du « jaimepassa » de chez Papa Blogueur :-D

Le syndrome du j’aime pas ça, situation 1 : Papa, je peux l’avoir ?

Papa Blogueur fait souvent les courses (et le repassage, laver par terre avec SON appareil aspirateur/vapeur POLTI, le repassage (ah oui je l’ai déjà dit), le bricolage, etc.), n’allez pas croire que madame ne fait rien, elle en fait beaucoup aussi et plus que moi, dont la paperasse (beurk, jaimepasssaaaa) et surtout la garde des zenfants ce qui n’est pas rien. On est un couple moderne, partage des tâches (et chez vous ?) !

On plante le décor : le grand-mini-moi installé dans le caddie, la tête tournant sans cesse, son radar en action, il scrute la moindre occasion pour satisfaire sa curiosité d’enfant. Papa Blogueur, esquivant les rayons maudits (jouets, confiseries, céréales, gâteaux et…), trop tard le grand-mini-moi se rappelle :

– Papa, on peut avoir du fromage ?
– On verra tout à l’heure, lorsqu’on y sera !

En effet, le mini-moi est un pic-assiette né, il est à l’affût de toutes les occasions pour remplir son réservoir qui lui sert de ventre. Plus l’homme grandit et vieillit, moins il mange, donc le mini-moi, génétiquement parlant, sait qu’il doit ingurgiter un grand nombre de substances, plus ou moins nutritives, collantes, gluantes, chimiquement attirantes, dans sa prime jeunesse afin d’assouvir ses besoins existentiels.

Il y a des gens qui n’ont pas d’enfants mais qui ont étudié leur comportement (si, si, on appelle cela du MARKETING). Même si Papa/Maman ont établi un parcours parfait pour ne pas tomber dans les pièges de l’hypermarché, eux ils savent exploiter la moindre faille des dits parents.
C’est à la sortie du rayon des blondes, brunes et des rousses que monsieur Marketing a placé sa tête de gondole pour mini-moi : 3m2 de boites de céréales hyper sucrés avec des jouets débiles à l’intérieur (enfin pour un adulte, car l’effet est garanti pour le mini-moi !).

Je vous laisse deviner la suite des courses avec un mini-moi ayant toujours faim, qui grimpe et descend du caddie aussi vite qu’un singe dans un zoo prêt à vendre les poils de sa queue pour une cacahuète…

Mais dans l’ensemble c’est assez amusant de faire les courses avec lui. Avec le petit mini-moi, il faut allez très vite car il s’ennuie plus rapidement où veux faire de l’exploration tout seul dans les rayons en larguant gentiment son popa chéri. Mais le grand, comme il est grand, on passe plus de temps ensemble… loin de la maison ! Je ne vous raconte pas quand Mr Grand et Mr Moyen sont ensemble… c’est plus des courses, c’est du sport pour gérer le « j’ai faim », « je m’ennuie », « c’est quand on rentre ? »… j’en ferais aussi un article dessus tiens.

Le lendemain matin au petit déjeuner.

Papaaaaaaaaaaaaaaa, je veux (désir/ordre/vite/dépêches-toi !) mes nouvelllleees céréales ! (Le nombre de « L » indique l’importance de la chose).
– Elles sont sur la table. (Petit air ignorant)
– Non pas celles-là, les nouvellllllllllles !
– Il y a déjà 2 paquets d’entamés. (C’est logique, non ?)
– Oui, moi celles que je veux ce sont les nouvelllllllllleeeeeees ! (Oui bon j’ai compris, les nouvelles)

Je vous passe les palabres qui font craquer Papa Blogueur (surtout le temps qui passe et l’heure de l’école qui pointe le bout de son nez). Mr Grand déchiquète presque le paquet tel un vélociraptor sur sa proie.

– Il est où le sifflet ?
– Dans le paquet, pas celui en carton, dans les céréales.
– Tu peux me l’ouvrir ?
– Bien entendu (au point où on en est), voilààààààààà..Sscraaatch
(temps de latence de 3 secondes)
Fuiiiiiiiiiiiiiiiiiitttttttttttt ! Fffffuuuiiiiiiiiiiittttt !
(bruit du sifflet parmi les céréales étalées sur la table).
(temps de réaction de 2 secondes)
– Moi veux, moi veux !
– Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiinnnnnnn (bébé qui pleure).

Déhanchement de Mr Moyen sur sa chaise pour avoir/voir/utiliser/s’accaparer le sifflet… qui n’est qu’en un seul exemplaire !

Ben oui pourquoi en mettre 2, voire 3, les monsieurs du marketing il savent que le Lapin Papa Crétin, il ira en chercher un autre p… de paquet de céréales ultra sucrés pour le reste de la fratrie ! D’ailleurs le jouet, il est interdit pour les moins de 3 ans ! Mais le monsieur du Marketing a-t-il pensé à cela ? La déchirure psychologique que les little sisters and brothers vont attraper (s’ils n’attrapent pas le sifflet tout seul) face à cette dure réalité ? Et puis 2 ans et presque 12 mois c’est tout pareil non ?
La preuve… quelques larmes suivent l’annonce du : « c’est à ton frère, pas à toi mon lapinou chéri (référence au papa/lapin crétin) » et remplissage des bols avec les céréales au passage, on a pu entendre un…

Beurrrrrrrrrrrrkkk, jaimepasssssssaaaaaaaaaaa !

Cri de goret venant du tréfonds de la gorge de Mr Grand d’un air dégoûté devant les céréales à 3 couleurs en formes d’étoiles (enfin juste la forme) qui font sursauter et taire toute l’assemblée (c’est déjà cela de gagné) ! La tartine de papa est tombé dans son bol de thé, maman en a oublié d’avaler et petite dernière c’est mise à pleurer quelques secondes plus tard, Mr Grand repousse ensuite le bol d’un air dégoûté, il en a (presque) oublier le sifflet…

– Tu m’avais promis ! rétorque Papa d’un air faussement naïf et surtout pas content, en tentant de remporter le premier prix du jeu de pêche aux poissons dans le thé.
Beurk ! J’aimepassssssssaaaaaaaaaa……..

Moralité (je vous passe la scène de crime) : on le sait à l’avance qui ne les mangera pas, autant acheter un sifflet à part ! mdr

Le syndrome du j’aime pas ça, situation 2 : Fallait choisir toi-même !

Seconde tranche de vie sur le thème du « j’aime pas ça ! » :

C’est le rush, les aiguilles de l’horloge tournent trop vite (c’est juste notre cerveau qui le conçoit différemment, les aiguilles, elles ne tournent pas plus vite qu’avant tout le monde le sait bien). Le stress monte, le tic-tac habituellement inaudible fait un boucan d’enfer, à moins que se soit le dessin-animé à la télé…

Petit coup d’oeil vers le cadran, rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ! Pseudo crise-cardiaque (faut bien s’entraîner pour nos vieux jours). Mr Grand n’est (toujours) pas habillé !

– Qu’est-ce que tu attends, s’insurge Papa Blogueur ?
– (silence)
– Grand-mini-moi dépêches-toi, c’est l’heeeeeeeeeeeeeuuuuuuuuurrrrrrre ! (Faut mettre l’accent sur le mot pour qu’il soit bien compris, enfin ça ne marche pas tout le temps).
– Où sont mes habits ?
– Derrière-toi sur le canapé ! (l’humeur devient vite tendue)
Nannnnnnnnnnnnnnnnn, j’aimepasaaaaaaaaaaaaasssssaaaaaaaa, je veux autre chooooooooseeee ! (Regneugneugneugneu… Papa Blogueur qui se retient avec du mal.)

Tentative diplomatique :

– Nous partons dans 10 minutes, ton frère est prêt, je dois encore nettoyer la table…
– Papa habilles-moi (faciiiilllllllle !)
– Non, tu t’habilles tout seul et tout de suite !
– J’aime pas ce que tu m’as préparé.
– Mais (regard profondément sévère dans les yeux du petit homme), mon petit bonhomme, c’est TOI qui a choisi TES habits TOUT SEUL hier soir, DONC tu vas te dépêcher de mettre TES habits TOUT de suite et TOUT seul !
– Non, j’veux pas ! (limite je tape du pied)
– J’éteins la télé ! (Papa en colère)
– Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaannnnn, (cri du fond de son âme de Geek), je m’habiiillleeeee je veux pas louper Bakugan !

En fin de compte, je l’ai aidé à s’habiller.

Moralité : Lorsque le mini-moi y est obligé, il aime quand même ! Mais il sait râler comme un putois et n’admet pas avoir tort.

Et je vous passe les 1001 exemples de la vie courante :

  • Je n’aime pas la soupe (bien qu’avec mes menus semaines ça change un peu sur ce point),,
  • Je n’aime pas ces légumes là (que la veille j’adorais),
  • Je n’aime pas l’école (mais je m’ennuie pendant les vacances),
  • Je n’aime plus mon meilleur copain (mais est-ce que je pourrais aller jouer chez lui ?),
  • Je n’aime pas mon papa qui me gronde (ce soir tu me couches ? lol),

Et vous, comment gérez-vous les « jaimepassa » ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

11 comments

  1. Majda

    Je n’ai pas encore d’enfant, mais j’ai pu voir ce que c’est d’en avoir en faisant un tour sur votre blog (Rire)!
    Par contre, je voulais savoir s’il vous arrive de donner des conseils ?

    • des conseils en quoi ? je suis ouvert à toutes demandes d’articles si cela entre dans ma ligne éditoriale

      • Majda

        Des conseils pour faire manger aux enfants ce qu’ils ne aiment pas…

        • va voir dans ma rubrique cuisine, dans mes recettes sur certaines semaines j’explique ce que je fais aux enfants pour les aider à apprécier les légumes

          • Majda

            Je suis encore nouvelle sur le site je fais du mieux que je peux, donc j’y vais tout de suite!

  2. anne

    J’adore ton post ! D’ailleurs j’en fais un en réponse….

  3. Vinie

    Pour les céréales, ici seul l’Ado en mange et se fiche du jouet donc le file à son p’tit frère.
    Sinon, quand j’ai le droit à une crise du jaimepassa, en général c’est chantage, il n’y a malheureusement que ca qui fonctionne…

    • rhooooooooooo, ça doit être assez commun ça, on connait aussi, sinon il faut responsabiliser, ça prend du temps mais parfois ça fonctionne

  4. Batmax

    Ahah j’adore ce billet j’ai bien ri ( et j’en ai besoin, j’ai un gamin malade qui ne dort plus depuis 21h30 ).
    Ici aussi le syndrome du j’aime pas sévit beaucoup trop souvent. Mais bon pour l’instant on a encore le dessus : ce soir aux « j’aime pas les petits pois » du plus grand on a opposé un « trois cuillères au moins » puis pendant qu’il mangeait on l’a fait parler sur madagascar ( qu’il vient de voir) et hop toute l’assiette avalée. Le coup du : détournons l’attention marche encore très bien à 4 ans et demi.