buzzoole code

Comment lui apprendre à faire du vélo sans les petites roues ?

Mr Moyen a peur d’abandonner ses petites roues, l’apprentissage du vélo n’est pas une chose facile, surtout sans avait fait de draisienne avant.

On teste régulièrement pourtant, le dos cassé en deux à le tenir courant à côté de lui, le voir faire 1 mètre puis perdre l’équilibre, le rattraper, etc. Au final, afin qu’il puisse rouler un peu quand même je les lui remets jusqu’à la sortie suivante.

Apprendre à faire du vélo en famille

Avant de se lancer dans l’apprentissage du vélo sans petites roues, il faut connaître certaines astuces. En effet, nos connaissances d’adultes ne sont pas forcement adapter aux enfants.

D’abord la patience, l’encouragement et l’esprit de famille devront entourer les leçons de vélo. Un enfant brusqué, poussé, et sermonné n’arrivera pas à grand chose.

Le vélo et l’équilibre

Le plus dur est de trouver l’équilibre, de passer la peur de tomber, de freiner avec les frein, de ne pas sauter en abandonnant le vélo qui chute abandonné seul, et voir l’enfant désabusé abandonner.

L’enfant doit comprendre qu’il doit maîtriser son vélo et non pas en avoir peur. D’ailleurs dans un premier temps, pourquoi ne pas jouer « à la draisienne » afin de trouver un équilibre, de pousser le vélo avec les pieds ? Il doit découvrir la machine, se familiariser avec les pédales, les freins, la vitesse, savoir le pousser, le poser, poser la béquille, …

D’ailleurs dans tous les cas, n’oublions pas les protections d’usages : casques, gants, coudière et genouillères. Ce n’est pas un grand budget et on en trouve un peu partout de nos jours (et en rose aussi lol).

Trouvez un lieu calme, sans grand passage, une piste cyclable, un parc, une zone adaptée sans grand trafic. Évitez la rue ou les endroits empli d’obstacle et de menaces autant pour l’enfant que les parents.

L’enfant doit regarder bien droit devant lui, et non ses pieds, le guidon ou ses roues. Si au début on baisse la selle pour que les pieds soient à plats sur le sol, il faut ensuite la relever afin que seulement la pointe des pieds ne touchent le sol.

Le vélo se dirige là où l’enfant regarde, c’est grâce au guidon qu’il vogue dans la direction qu’il souhaite !

Monter et descendre du vélo

Comme précisé ci-dessus, l’enfant doit s’adapter au vélo, savoir monter et descendre avec une familiarité de plus en plus grande. L’enfant apprend à descendre par la droite, du côté des maisons, afin d’acquérir le réflexe de tomber côté trottoir et non chaussée.

Pédaler et apprendre à démarrer

L’enfant doit apprendre à positionner ses pieds sur les pédales, se lancer avec de l’aide, pourquoi pas dans une pente douce, et toujours garder les yeux devant lui !

Le passage du vélo avec petites roues au vélo « classique » a déjà un avantage, l’enfant sait déjà pédaler. Il sait synchroniser ses mouvements, prendre de la vitesse et utiliser son guidon pour tourner. Le désavantage par rapport à l’apprentissage avec une draisienne, il ne connaît pas l’équilibre !

Pour démarrer, on place le vélo entre ses jambe, de positionner son pied sur la pédale la plus haute, de donner une impulsion et de partir, sans oublier de poser l’autre pied sur l’autre pédale. ;-)

Freiner en douceur

Surtout par avec les pieds, bon cela peut arriver, mais les freins sont fait pour cela. Au pire, l’enfant peut quitter le vélo par le droite s’il sent le danger venir.

Le freinage soit se faire tout d’abord en douceur, il doit se faire simultanément avec les freins avant et arrière. Les freins arrières seuls ne sont pas assez puissants, les freins avant seuls risquent de bloquer la roue et d’accentuer le taux de chute.

L’enfant peut aussi s’exercer à freiner à des distances ou des repères donnés, sous l’ordre du parent, pour s’habituer prendre confiance en lui.

Un accompagnement parent / enfant

Dans les premiers temps, le parent restera à côté de l’enfant tout en courant selon un rythme lent puis plus rapide. Ensuite, une fois les bases acquises, l’enfant pourra se lancer seul sous les regards du parent, éviter de jouer au téléphone pendant ce temps là, c’est un moment magique à partager.

Le parent pourra ensuite proposer plusieurs exercices :

  • rouler sur une distance de plus en plus grande,
  • rouler sur une ligne droite,
  • éviter des obstacle marqués ou posés au sol, voire slalomer,
  • rouler doucement ou au contraire accélérer,
  • suivre le parent à vélo lui aussi.

Faire du vélo en ville

Une fois les bases acquises, il est temps de passer aux choses sérieuses.

Mais avant cela, quelques leçons du code de la route, les avertissements sur le danger des voitures, les réflexes à acquérir en cas de danger, la route de nuit ou de pluie, sont à lister en détail avec l’enfant.

La parent guidera l’enfant en file indienne mais on peut aussi inverser les rôles dans des lieux sans risque.

Attention, jusqu’à 8 ans, un enfant à le droit de rouler sur le trottoir, ensuite il doit rouler sur la chaussée.

Il est recommandé de ne pas laisser rouler un enfant seul avant au moins 12 ans en ville ! D’ailleurs, les services Velib ne sont pas autorisés avant 14 ans.

Si l’enfant en demande plus, proposez-lui un vélo/cyclo-club proche de chez vous. ;-D

Apprendre à faire du vélo avec B’Twin

Ou tout autre organisme agrémenté. C’est ce que j’ai fait avec mon grand !

En 5 séances il a prit assez confiance en lui pour tenter l’aventure seul ensuite. Dans un grand espace, un moniteur coach autant l’enfant que le parent présent. Chose étrange que j’ai découvert là-bas, l’enfant apprend d’abord à s’arrêter (freiner, glisser du vélo par la droite, …), puis rouler, gagner en équilibre, et enfin démarrer seul sans être poussé !

Il faut bien écouter et suivre les leçons pour pouvoir les reproduire ensuite en solo avec l’enfant.

Je pense reprendre les mêmes cours avec Mr Moyen si je vois qu’il n’arrive pas à prendre confiance en lui seulement avec moi. L’aide d’un adulte extérieur peut parfois débloquer bien des choses, surtout si c’est un expert dans le domaine.

 

Tous les jeudis (ou presque), ça causera « famille/éducation » sur WonderMômes, c’est ma participation à son rendez-vous !

les jeudis éducation de Wondermômes

Ils parlent aussi « éducation » :

La semaine prochaine, nous parlerons de Pâques ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

14 comments

  1. Petite G

    En plein dans nos interrogations du moment..! Ma fille aînée, 6 ans et demi, n’arrive toujours pas à « se lancer » et commence à essuyer quelques moqueries en arrivant à l’école avec son vélo « de bébé » (ah les mômes…pas toujours tendres, et même si je lui apprends à ne pas en faire cas, ça me serre un peu le coeur…) Au prochain trimestre elle fera du vélo en cours de sport et nous aimerions la mettre en confiance et lui éviter d’être la seule avec les roulettes…Merci pour ces conseils !

    • oui voilà aussi, ils ont envie de, ont peur, n’osent pas mais d’un autre côté, c’est tellement plus mieux sans petites roues, et surtout on peut ensuite passer sur un vélo plus grand

  2. JSPMM

    Pour nous les points les plus compliqués ont été le démarrage (jamais assez fort pour démarrer seul au départ) et le freinage (et c’est toujours pas ça).
    Mais le plus important a été de faire l’apprentissage discrètement, loin des yeux de tous, dans un parking souterrain ! Une fois les gestes principaux acquis, cela a été l’extérieur et le regard des autres.
    Maintenant il est demandeur de promenades en vélo !

  3. Valérie WonderMômes

    Merci pour ce point sur les règles pour bien leur apprendre à rouler à vélo, n’oublie pas également que les écoles font passer le Junicode (permis vélo) en Cm1

    • Ah oui j’ai oublié d’en parler, et certains écoles proposent aussi des cours de vélos aux primaires pour aider les familles à apprendre aux enfants

  4. Pingback: Devenir bilingue, le projet de WonderBoy - Wondermomes

  5. Pingback: Les Langues Vivantes #jeudiseducation | Ma P'tite Tribu

  6. EzEvEl

    Hello,

    Je suis une inconditionnelle de la draisienne, c’est pour ça que mes fils font du vélo de « grand » depuis qu’ils ont 3 ans 1/2 !
    Pour la dernière, la draisienne était morte, et elle a commencé à faire du vélo avec des roulettes.
    Une vraie cata, j’ai racheté une draisienne, maintenant elle a le sens de l’équilibre. Mais on va attendre encore car elle est moins téméraire que ses frères (bon elle n’a que 4 ans aussi)

    Je me souviens de mes débuts laborieux à vélo, avec pour seule aide un petit muret (mes parents me descendaient le vélo et débrouille toi)

    Isa

  7. Pingback: Jusqu’à quel point faut-il stimuler son enfant? | Ma vie de maman-louve

  8. Ma vie de maman louve

    Merci pour cet article très intéressant!
    Le mien a encore les petites roues, et je ne le sens pas encore prêt à les abandonner, du haut de ses 4 ans…
    Mais je garde en tête tous ces précieux conseils, qui sait, avec le beau temps, l’envie va peut-être le prendre :)
    Et puis il y a plusieurs petites choses que j’ignorais, je me coucherais moins bête ce soir!

  9. Sophie-Alice

    Merci pour ces conseils précieux ! Ma fille a eu très peur lors d’un premier essai et lui redonner confiance est mon premier objectif !

  10. Natieak

    Les miens ont commencé avec un vélo avec des petites roues. ils ont trouvé avec le temps leur équilibre. L’essentiel, finalement c’est de les laisser prendre confiance en eux petit à petit. t

  11. Sine

    Sympa l’article, le mien j’ai essayé avec une draisienne mais finalement il accroche pas plus que ca!!