Petite conte de Noël avant l’heure, pour les petits et surtout les grands, afin de déculpabilisé et échanger entre adultes consentant les affres de parents devant le choix crucial du Cadeau idéal de Noël !

Chaque année, dès que les premiers catalogues de jeux/jouets tout en couleur et papiers plastifiés non recyclables arrivent dans nos boîtes aux lettres (et ceci parfois malgré le « no pub »). Le tout saupoudrés des kilomètres de bandes publicitaires à la télévision. Sans oublier du bouche à oreille dans les cours de récréations à savoir de qui aura la plus grosse (poupée Barbie), mes enfants rêvent de la moitié du stock de la banquise de Papa Noël. O_o

Même si pour le Grand ce n’est plus un mystère, pour Mr Moyen c’est « je le sais, mais je le dis pas, mais je veux y croire pour la magie et surtout si je le dis est-ce que j’aurais encore les cadeau (c’est compliqué un enfant) », et Mlle Petite encore sous le charme, chacun s’en va de sa liste de cadeaux potentiellement intéressant pour la fin de l’année. Surtout que celle de Mr Moyen est doublée puisqu’il fête son anniversaire la brouette de festivités.

Et autant en mettre trop que pas assez, juste au cas où le budget alloué à cette période suit la courbe évolutive de promotion de Papa et/ou maman (mais surtout pas dans l’autre sens hein !).

gift-1760870_960_7201

 Trop de choix tue le choix, et ce n’est pas forcément beau !

J’ai l’impression que d’année en année, et ceci par rapport à ma prime enfance, les catalogue de jouets regorge de plus en plus de créations plus ou moins intéressantes… Enfin à mon goût et sens de papa. Car avouons, certains jeux ou jouets auraient plus leur place dans un musée des horreurs ou directement à la poubelle vu l’intérêt potentiellement inexploitable de ceux-ci.

Je conçois que la concurrence est rude, que les marques jouant sur le créneau « garçons » ou « filles » s’empressent à coup d’ingéniosités multiples à remplir les rayons des magasins, de fantaisies adaptées pour le sexe opposé. Mais vraiment, même si j’avoue que certaines créations sont remarquables, d’autres, au contraire, devraient rester dans les cartons et les cerveaux des ingénieurs n’ayant, pour certains, même pas d’enfants… Marketing oui, mais pensons aussi à nos progénitures. La crétinerie pécuniaire n’a pas forcément sa place face à la recherche du ludique pour occuper nos chères têtes blondes lors de nos soirée d’hiver (et d’été aussi).

Des publicités en décalées

Alors que tes gosses ont choisi (enfiiiiiiiiiinnn) le top 10 des cadeaux tant désirés pour Noël. Et forcément que toi, parent (ou moi aussi hein), t’empresse de les acheter pour profiter des promos, offres et autres astuces pour économiser et étaler les frais. Nos chers amis (ou ennemis) publicitaires télévisés sortent une belle brouette (ou hotte) pleine de nouveaux jouets. Tu sais, se sont ceux passés inaperçus ou en second choix des enfants, et le tout en boucle sur nos petits écrans.

Et là, tadaaaaaaaaaaaaaaaa, que font nos chers têtes blondes ?

– PAPAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA, je veux ça ! La nouvelle princesse Disney qui lance des toiles d’araignée par les trous de son nez et fait des prouts à paillette comme les licornes !

– Mais, mais, mais et la tête à coiffer My Little Pony avec accessoires vendus séparément (et qui coûtent un bras) dont tu vantais les mérites jusqu’à plus d’heure avant de te coucher ?

– J’en veux plus, je veux la princesse qui pète des paillettes !

Et là sueur froide en pensant au joli colis reçu 2 jours plus tôt, caché dans le coffre de toit, le plus sur endroit à la cave que tu sais que tes gosses n’iront pas fouiller dedans (ils n’ont pas la clé mdr) pour trouver les cadeaux de Noël…

Cela ne t’es jamais arrivé ça à toi ? Nous si… O_o

Bref… Gros et énorme soupir.

Les mains vides en cadeau

Sinon, l’an passé, surtout pour notre pré-ado en puissance, la déception fut de mise entre ce que « LUI » voulait, ce qu’il nous avait « FAIT ENTENDRE » et ce qu’il a « REÇU ». Un delta aussi long que le Nil et qui l’a frustré à fond les ballons, ainsi qu’aux personnes offrant les cadeaux.
Et comme il n’a aucun sens de l’aplanissement des angles telle la marée sur une plage d’été (j’ai envie de me baigner là maintenant, flûte), lorsqu’il n’aime pas, il le dit !
Même si ensuite, il trouve un intérêt au cadeau, sur le fait, ça fait mal (surtout au cœur).

Exemple concret :

Son parrain lui a offert un abonnement à Science et Vie junior + les hors série pour l’année, mais vous avez vu le prix quand même (bon avec réduction CE quand même) ? Mais l’enfant lui n’a rien entre les mains le jour de Noël. C’est du vent, des promesses, du flan, juste un mot sur une carte et deux gros bisous… Et devant lui les gros paquets cadeaux déballés avec convoitise et regards du style « t’as vu la taille de mon truc ? » par son frère et sa sœur. On comprendra donc largement la frustration, la jalousie voire une pointe de colère débordant de son petit cœur, avec un « ce n’est pas cela que je voulais »…

Sauf que, son cadeau de Noël, il le reçoit tous les mois depuis, et le lis avec avidité et empressement aussi digne qu’un lion se jetant sur son entrecôte dans un zoo de New York (cf un film très connu). Il est d’ailleurs revenu sur ses mots pour remercier son parrain, mais sur le coup, le mal était fait.

Et pour vous sinon, comment se passe votre recherche du cadeau idéal ? ;-D

Tous les jeudis (ou presque), ça causera « éducation » sur WonderMômes, c’est ma participation à son rendez-vous !

les jeudis éducation de Wondermômes

 

Crédit image : https://pixabay.com/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

4 comments

  1. maman est occupée

    Je crois que nous allons faire un cadeau familial à Noël : Papa est occupé m’a convaincue d’acheter un pack Wii U… Je crains que les loulous ne soient pas les seuls à profiter du cadeau !

    • hum c’est ce que j’ai fais l’an passé, la wii u pour moi en excuse, mais se sont les enfants qui y jouent, je n’ai pas le temps

  2. Pingback: Des instruments de musique pour Noël - Wondermomes

  3. Calouve

    Je suis assez d’accord avec ce que tu as écris. Et je vois à quel point mon fiston, du haut de ses 4 ans et demi, n’a pas de gène à dire qu’il n’aime pas ce qu’il reçoit comme cadeau (et me fout la honte en passant)…