A l’écoute de soi ou jouir des moments heureux ?

Mercredi 6 avril, 15h38

Cet article fait référence à la Croisée des Blogs que l’organise ce mois-ci (http://www.papa-blogueur.fr/festival-a-la-croisee-des-blogs-prenons-nous-assez-de-temps-pour-soi).

De nos jours c’est souvent métro / boulot / dodo. On regrette nos années estudiantines où les vacances se comptaient en mois et le temps libre en heure par jour !

Marié, père de famille, salarié et blogueur, avoir du temps pour soi c’est un peu comme chercher après une aiguille dans une botte de foin. Mais pourtant… cela dépend en fait de la définition que nous donnons au sujet « prenons-nous assez de temps pour soi« .

Parle-t-on alors du temps « rien qu’à soi où l’on peut faire ce qu’on veut » (dans la limite du raisonnable) ou simplement des moments où l’on est heureux ?

Depuis que j’ai lancé cette édition de la Croisée des blogs, je me suis interrogé. Allais-je lister tous mes petits moments intimes dans une journée où je suis seul (les pauses toilettes ne sont pas prises en compte mdr), ou simplement les moments où je suis heureux même si je ne suis pas seul ?

J’écris cet article ce mercredi 6 avril alors que ma femme fait une pause dodo (gros bidon oblige), le plus petit est à la sieste et le plus grand jouit du soleil dans le jardin. Là, oui ce temps est rien qu’à moi, je suis seul, et pourtant je fais quoi ? Je rédige un article pour mon blog. Est-ce réellement du temps pour moi ? A vous de me répondre…

Par contre, depuis ce matin (vive le 80% !), j’ai passé une super journée. Réveil au-delà de l’heure habituelle, piscine en famille, puis restaurant (ça creuse de nager mdr), petite ballade rapide et retour à la maison. Ensuite jeu avec le plus grand à la Wii. Maintenant je passe tout de même à la phase corvées et autres obligations, pas trop le choix.

Pour en revenir à cette marinée, je n’ai pas été seul dans ces moments, pourtant je ne me suis pas ennuyé, je n’ai pas eu de complexe à en jouir ni de sentiment de honte parce que je ne faisais pas de corvée, de bricolage ou autre. Pourquoi ? J’étais tout simplement heureux et satisfait. Je profitais de ces moments en famille pour moi-même aussi, je jouissais pleinement du congés parental en tant que congés parental, c’est à dire s’occuper de ma famille ! Pas d’obligations, pas de chef sur le dos, pas de courses urgentes, etc. Rien pour me soustraire à ces moments pour moi !

Bien entendu, je ne dénigre pas les instants égoïstes où je lis dans mon coin pendant que les autres sont occupés, les soirées où je suis seul dans le salon, le PC sur le genoux, à bosser sur Papa Blogueur ou à regarder un film seul. Des moments comme ceux-là il en faut autant pour l’un que pour l’autre. Juste afin d’avoir son jardon secret mais surtout de pouvoir souffler, jouir de ce que l’on aime sans l’imposer aux autres, d’être dans sa bulle, être à l’écoute de soi.

Edit : Mercredi 6 avril, 20h21

Ce qu’il y a de bien avec les articles planifiés, c’est qu’à loisir on peut y revenir avant publication.

Vers 17h30, je me suis rendu à la pharmacie, puis la boulangerie. J’ai repensé à cet article et en chemin je me suis demandé ceci :
« Pourquoi ne pas profiter de ces petits moments « seuls » mais de « corvée » pour qu’ils ne soient plus une corvée ? »

J’étais fatigué, je n’avais pas envie de sortir, mais bon pas trop le choix. Mais durant toute la route (à pied ! ;-D), j’ai réfléchi. Et j’ai affiché un beau sourire tout le long de la route (c’est tellement plus gai pour les autres). J’ai même sorti mon livre de ma poche pour en lire quelques pages (j’adore ça en marchant).

En bref, ce que je veux dire, c’est que ces « moments à soi », c’est nous qui les créons. N’attendons pas d’être dans le calme, seul, affalé dans un canapé plus ou moins confortable pour penser à soi. Si on prend sa vie en main, on peut en faire quelque chose de personnel dont on sera fier. A défaut, au moins, on utilise de manière intelligente ce temps « perdu ».

Et vous, comment définissez-vous ces moments à vous ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

8 comments

  1. La définition de ces moments à soi est bien personnelle.

    Pour exemple, je prends une conversation que j’avais eu un jour avec une dame. Je lui disais que j’allais prendre du temps pour moi en suivant une préparation à la naissance (j’attends mon 3ème enfant). Elle m’a répondu que c’était un temps de maman et donc non, ce ne serait pas un temps pour moi.

    Pourtant quand je brode pour mon bébé et que je me renseigne sur l’allaitement, les couches lavables, c’est un temps pour moi car je me vide l’esprit en brodant (pas de ptit vélo qui cogite) et j’apprends des choses (par exemple en ce qui concerne les couches lavables et nouveautés en puériculture depuis la naissance de mon 2ème). Mais c’est bien moi qui trouve que c’est un temps POUR moi. La dame avec qui j’avais discuté elle dirait que non.

    Le tout est donc bien de voir quelles lunettes on chausse quand on examine les faits. Moi je le vois du côté « enrichissement personnel » (dans l’exemple que j’ai donné) : relaxation et enrichissement des connaissances. La dame avec qui je discutais voyait plutôt en terme de destinataire, de bénéficiaire dirais-je.

    Je sais être à l’écoute de moi quand je suis à l’écoute des autres, quand je fais quelque chose pour les autres ;-) Donc est-ce que je prends assez de temps pour moi ? Oui…et non…

    C’est un peu comme deux personnes regardant le même verre, l’une le voyant à moitié plein, l’autre à moitié vide ;-)

  2. Je vais participer…si, si…bientôt… pour l’instant, histoire de répondre quand même en bref à ta question, mes moments à moi c’est : quand je sors courir, quand je vais à mon cours de danse, quand je fais une soirée entre copines, quand je vais seule à la dernière séance de ciné…
    Bonne journée !

  3. Un moment dans son bain, une heure, avec de la musique douce, des sels et la calme… mmmh…

  4. Pingback: Soyez égoïstes, prenez du temps pour vous | Deviendra grand

  5. Il faut surement avoir du temps pour soi, pour ainsi continuer sa vie normalement. Regardez pas vous mêmes les robots, aucune émotion.. Tous froids.. Aucun moment pour eux.
    Nous, les humains, le moment pour soi est le secret de notre efficacité.

  6. Très sympa ton article Papa blogueur.
    Je crois que jongler entre les moments pour soi et les moments de partage est la clé d’une vie riche et réussie. Et que ce qui compte avant tout, c’est d’être avec ceux que l’on aime.

    Les moments pour moi, c’est tout simplement faire des choses qui me plaisent, dans le calme ou dans l’action. Pratiquer mon sport favori, lire, me prélasser, écouter de la bonne musique mais aussi réfléchir à mes projets.

    Dans une moindre mesure, je considère aussi les temps morts de la journée (voiture, embouteillage, file d’attente,etc) comme des sortes de petits moments à moi dans la mesure où je peux en profiter pour faire des choses utiles.

    Et puis les moments de partage qui sont pour tous, nous y compris car tout le monde en profite !

    D’ailleurs, c’est bien dans un film où le héros, après s’être pris un sacré long moment pour lui, s’aperçoit alors sur son lit de mort, qui n’est rien d’autre qu’un autobus laissé à l’abandon, que le bonheur n’est vrai que s’il est partagé.

  7. Pingback: Festival à la croisée des blogs : Prenons-nous assez de temps pour soi ? – Récapitulatif | Papa Blogueur

  8. Parfois, du temps pour moi, cela peut être tout simplement faire une tâche ménagère sans être interrompue par l’un ou l’autre des dizaines de fois. Mais parfois, comme ces jours-ci (où je suis à la maison car justement, je n’ai pas écouté mon corps, mon coeur et mes envies) du temps pour moi, c’est me « nourrir » d’une balade seule avec mon chien, une promenade à vélo, d’une bonne lecture, de ne rien faire.
    Se faire du bien pour ensuite retourner vers les autres, le coeur et le corps en paix.
    Bonne journée ensoleillée !