Si j’étais une femme

si j'étais une femme

si j'étais une femme

A la suite de l’article satirique et ironique d’Anna « Si j’étais un homme« , on m’a demandé d’en faire l’antagonique, c’est chose faite, bonne lecture !

Bien entendu, c’est à prendre au 12ème degré, hein ! mdr

Si j’étais une femme !

Si j’étais une femme je passerais des nuits blanches à me tracasser le cerveau sur des trucs horribles et trop importants de la journée du lendemain. L’homme lui les verra comme futiles ou anodins et se ventera qu’il avait raison le soir venu (pas toujours heureusement pour moi et malheureusement pour lui). De plus, il dormira sur ses deux oreilles en ronflant ne se souciant guère si les 2 bouteilles d’eau à bouchons sport suffiront pour la sortie du lendemain du grand, ah oui aussi, faudra pas oublier la crème solaire et les sandalettes, et si le temps tourne, son K-WAy version Keshua dans le sac à dos, avec la barre de céréale, il a toujours faim, hein ! Le lendemain matin, l’homme se demandera pourquoi j’ai de cernes comme des valises, ce qui me mettra encore plus en rogne, c’est certain.

Si j’étais une femme, je chercherais à rendre mes tenues complémentaires dans les couleurs, choix, tissus bref, être jolie quoi ! Encore plus si j’ai une fille (ou plusieurs) afin qu’elle soit bellllle et en harmonie avec leur maman. Pas comme l’homme qui sortira jean et t-shirt geek tous les jours de la semaine sans se soucier si ses chaussettes font tâches avec le reste ! D’ailleurs, je ferais l’hypocrite, j’adorerais mettre des tenus sexy et des décolletés plongeant mais je fusillerais du regard et assassinerais en paroles tous les hommes tentant une approche plutôt capitaine caverne sur mon physique de déesse (ou pas lol). Cherchez pas, je suis une femme !

Si j’étais une femme, pourquoi pas, je tenterais une aventure lesbienne dans ma folle jeunesse rebelle. Juste pour voir ce que cela fait de faire l’amour à une autre femme. En plus, lorsque je rencontrerais mon prince charmant, entre deux secrets sur l’oreiller, je lui confierais celui-ci, d’un battement de cil et d’une voie timide, afin de constater que ce genre d’histoire (fausse ou  vraie), fasse chauffer la partie de son cerveau emplie d’hormones sexuelles en ébullition ! Chose que je regretterais ensuite par les éternelles questions et autres fantasmes purement masculins, revenant sur cet épisode de jeunesse frivole oubliée et enterrée (non, je le referais pas, même avec une inconnue !)…

Si j’étais une femme, je serais fière d’avoir des cheveux longs et de tester toutes sortes de coiffures avec. Alors que l’homme se lèvera avec les cheveux en pétard et s’en fichera royalement. D’autant plus qu’il en perdra la moitié en cours de route (parfois même à partir de 20 ans, si ! si !), et je passerais 2h00 tous les matins à faire un brushing pour les autres, car l’homme lui, le verrait pas ! mdr

Si j’étais une femme, je pourrais créer la vie en moi ! Je serais enceinte avec tout le package qui va avec ! Les bons et mauvais moments, un caractère de chiotte (ou pas), des goûts et des envies impromptues parfois juste pour savoir si mon homme se plierait en 4 pour m’apporter la tartiflette que je lui demande depuis le début de la matinée ! Je lirais tout un tas de bouquins sur la grossesse, l’accouchement, l’allaitement et tout le toutim, pendant que l’homme suivra les dernières aventures de « The Walking Dead » ou des « Simpsons », en mangeant MES chips ! Je serais agacé par le fait qu’il ne prenne pas avec autant de sérieux cette étape de ma vie de mère, qu’il m’angoisse des nuits entières (voir au-dessus lol), et le saoulerais avec mes questions plus que pertinentes et le retard de près de 3 mois sur le montage du lit de bébé !

Si j’étais une femme, je penserais à la place de mon homme et terminerais ses phrases avant même que son cerveau ne puisse en esquisser le moindre mot, je le jugerais donc sur des actes qui n’a pas encore commis, le fustigerais sur les actions imaginaires ou des paroles à moitié mâchées. Ce qui le mettrait en colère puisqu’il ne pensais pas à ce que moi je pensais qu’il croyait qu’il pensait. On se ferait donc la gueule sur une quiproquo sans aucune valeur au point d’en réveiller le petiot qui dort (ou le voisin à défaut). Et forcément, je ne reconnaîtrais pas mon tort. Après tout le cerveau d’une femme travaille beaucoup plus fort sur ce genre d’extrapolation à 5 coups d’avance que celui de l’homme, car je suis capable c’écrire autant de romans feuilletons que les spécialistes scénaristiques des séries TV US ! Non, mais oh, hein !

Si j’étais une femme, je serais possessive, jalouse (mais pas trop) et ferais la guerre à n’importe qu’elle paire de nichons (surtout les gros, se sont les plus vicieux) ou pétasses en talons hauts qui s’approcheraient de trop près de mon mec ! Alors que l’homme lui, se ficherait comme de sa première couche de voir le papa célibataire me tourner autour à la sortie de l’école. Au contraire, suite à mes inquiétudes, il penserait fantasme et autre hilarités masculines sans se soucier de ma crainte de retourner à la sortie de l’école tous les jours, de la manière dont je dois aborder ce bonhomme, pas si méchant mais surtout collant et de ma frustration de ne pas être prise au sérieux. Sans compter le regard de culpabilité lancées par les autres mamans qui verraient dans cette non ingérence de mon homme, une acceptation de la situation qui me met mal à l’aise tous les jours !

Si j’étais une femme, je parlerais sans cesse de ma maman (et de ma belle-mère) à tout mon entourage, en bien ou en mal, et surtout à mon homme le soir au moment où il a juste une envie d’une chose, enfin 2, soit dormir, soit… vous voyez ce que je veux dire ? Et forcément, je ferais la gueule s’il ne m’écoute pas au moins un petit peu et je refuserais son retour penaud d’excuses grotesques car demain il se lève tôt et tout et tout ! La journée il n’est pas là, le matin c’est le rush, le soir les enfants, donc on parle quand, hein ?

Si j’étais un femme, je serais frustrée 6 soirs sur 7 car mon homme, au choix, regarderait du foot, jouerait au poker en ligne, surferait sur des sites masculins, voire à tendance olé olé en feignant de s’intéressait à la bourse du moment (il me prendrait pour une cruche c’est sur, qu’elles ce qu’elles ont de plus que moi ces nanas sur le Net ?), sortirait avec ses potes, ou, pour certains, blogueraient jusqu’à pas d’heures. C’est donc seule, malheureuse, silencieuse, frustrée, en colère même, que je retrouverais les bras de Morphée dans notre lit douillet et commun ! En plus, la sale brute me réveillerait à minuit passée lorsqu’enfin, il se déciderait à se coucher, se foutant comme de l’an 40 si moi, je mettrais 2h00 pour retrouver mon sommeil avec des envies de meurtres et de mauvaises paroles au bord des lèvres !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

15 comments

  1. Pingback: Si j’étais une femme | Les mamans ...

  2. Pas mal du tout. A part quelques points je m’y retrouve… surtout les idées qui fusent à 100 à l’heure au lieu de dormir et penser à la place de son homme… mais on en guérit un jour? Moi j’y crois hein 🙂 T’as oublié, si tu étais une femme tu serais très naïve :-p

  3. mère pas parfaite

    bah heureusement que t’es pas une femme! lol
    (et le « si j’étais une femme je préfèrerai le stérilet à la pillule, les tampons aux protections, … non? tu en parles pas de ça?? bizarre ^^ )

    • oui mais je ne voulais pas non plus faire trop trop trop, comment dire, intimes ! mdr

  4. mère pas parfaite

    boarf t’es plus à ça près… si? 😀

  5. apprentiesuperwoman

    Je me retrouve dans pas mal de points!! Bien vu!

  6. Floflo

    trés sympa à lire !
    Il faut terminer par : Mais je ne suis pas une femme …. et heureusement (ou pas !)

  7. Super ton article décalé, tout en finesse. J’adore ton 12ème degrès.