buzzoole code

Petit con, te barre pas, reste là je te dis !

bad other

bad other

Le BAD MOTHER de cette semaine c’est plutôt du BAD OTHER (famille, ami, etc). Là ça tombe bien car j’avais un truc à vous dire (#BM est un #rdv organisé par FoxyMama et Maud). Et là je vais parler des “autres” enfin surtout d’UNE AUTRE, une inconnue, un jour, quelque part, on ne la jamais vu, mais réellement, pour moi, c’est une BAD MOTHER !

Revenons à nos moutons, quel beau titre, non ? En nous rendant au parc lors des derniers beaux jours, nous avons été témoin de cette extravagance verbale entre une (bad ?) mother et son fils.

Au parc, surtout lorsqu’il fait beau, il y a du monde. Les grands sont seuls pour la plupart, les “plus” grands sont d’ailleurs cachés dans la végétation abondante pour explorer leur anatomie buccale et plus si affinité (et s’il ne sont pas dérangés par les plus “petits”).

Sur le tarmac bleu en pneu laminé recyclé, belle invention en passant, sympa pour les chutes, se tient donc une flopée de gamins/gamines de 2 à 13 ans environ (je ne compte pas les “buccaux” d’au-dessus, ils sont inertes lol) s’agitent autour des activités encrées solidement au sol : balançoire, toile d’araignée, trucs qui tournent et te file la gerbe et enfin petits chevaux (?! enfin ça y ressemble) qui se balancent sur un big ressort type amortisseur de camion benne.

Jusque là c’est normal… Des cris, courses poursuites, ballons de foot qui s’invitent depuis l’espace “herbe/terrain de foot/détente familiale” d’à côté et des “c’est mon tour pousse toi de là” ponctuent cette agréable après-midi familiale. Bref, le parc quoi !

Quand tout à coup, une maman (NB : toute ressemblance avec des personnages réels ne peut être que fortuite), brailla en direction de son fils trop loin à son goût :

Petit con, te barre pas comme ça, reste là j’te dis !

No soucy pour les enfants, ils s’en foutent comme de l’an 40 et qui en entendent d’autres dans la cour de récréation. Par contre, plusieurs têtes aux traits fatigués, ridées, certains à la chevelure tirant vers le blanc (des parents quoi) se sont retournées vers l’indiscrète apostrophant sa progéniture avec un rudiment de vocabulaire profondément blessant… pour le fils.

Les insultes ont continué à pleuvoir, suivi par de jolies menaces corporelles à l’aide de gesticulation à la fois comiques et affligeante, s’il ne rappliquait pas ses fesse pour retourner presto à la casa. Le soleil indisposant cette femme engoncée dans un blouson d’une autre saison, et qui, on ne sait pourquoi, avait décidé de faire gambader son fils “dehors”. Quelle mauvaise idée lui a pris…

Le fils lui, un rebelle dans l’âme, à peine l’âge du CM2, à l’allure provocante et défiant quiconque de se mettre en travers de son chemin, prenait un malin plaisir à désobéir à sa génitrice, sûrement (trop) habitué à ses platitudes déplorables.

Que faire et que dire dans ce cas ? En fait, se ne sont pas nos affaires, et je ne me sentais pas capable d’aller faire la morale (et déclencher un incident diplomatique au parc) sur une personne qui ne semble connaître que ce mode d’action pour gérer sa famille. C’est peut-être lâche, il faudrait sûrement quelqu’un pour lui dire que son attitude est en train de tuer son enfant à petit feu. Qu’est-ce qui peu excuser un tel comportement ? Que vit-elle chez elle pour agir comme cela ? Est-ce que cela vient de son éducation ? Peut-être ne connait-elle pas d’autres manières pour aborder les choses ? Quels sont ses sentiments envers autrui lorsque tout le monde la regarde ainsi… De nombreuses questions en suspend qui n’auront, hélas jamais de réponses.

Mise à part ce déferlement de violence verbale, elle n’a jamais touché un cheveux de son fils. Mais verbale ou physique, l’enfant est tatouée à jamais par ce traitement brutal dénué de ce que nous pourrions appelé, pour nous, d’amour, de confiance, d’écoute, de partage…

Le parc en voit sûrement d’autre de ce genre, mais de ce que je vois, c’est plutôt des rires d’enfants, des jeux, de l’amusement, de l’amour aussi, de l’apprentissage, de la découverte et un espace familial qui permet de se défouler, de se détendre ailleurs qu’à la maison. Espérons que cela continu !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

19 comments

    • oui oui, mais heureusement pour toi (ou pas), tu n’aurais peut-être pas entendu mdr (humour)

  1. Pingback: Petit con, te barre pas, reste là je te ...

  2. Oh la la, j’ai déjà entendu des choses terrible… Je ne préfère pas l’écrire, mais les gens franchement… pfff

  3. Lalotte Papote

    Wahou… Un brin folle dingue quand même!

    • yep et je n’ai pas parlé de l’allure avec son gros blouson d’hiver alors que tout le monde était quasi en t-shirt

  4. Miss Barjabulle

    Il est vrai que tout le monde ne connait pas l’éducation bienveillante
    Aprés il faut se dire que même en la pratiquant les enfants qui rentrent en pré ado font parfois de la vie de leurs parents un enfer, que les parents restent des être humains avec leurs journées + et – et qu’effectivement parfois il peut y avoir craquage. Il ne faut pas que cela devienne un fonctionnement répétitif et je n’approuve pas, mais cela peut arriver (oui ça nous arrive à tous ou presque et aprés on s’en veut terriblement mais ça peut nous tomber dessus aussi, verbaliser de suite est important)

  5. J’ai déjà entendu pire, devant l’école maternelle, à un gamin de 3 ans qui sucait son puce, pauv’petit loulou…
    Merci pour ta participation!

  6. pu … de bor… de m… c’est quoi ce language lol
    bizzz bon WE

    Blandine

  7. Pingback: Le jour où j’ai crié | Maman Chouquette

  8. Mouais, c’est trop souvent ce genre de comportements… Trop banal même. Chaque parc a cette BadMother en son sein au moins une fois par jour.

    Je suis une maman qui crie hein, qui bougonne, qui râle… Mais quand même, le respect quoi. On est déjà dans la violence, verbale certes, mais violence quand même. Et ça m’afflige pour ce petit garçon, qui va partir vers demain avec un bagage déjà un peu trop lourd à porter.

    • oui je cri aussi je le nie pas, mais je fais qd même attention à mon vocabulaire

  9. Malheureusement je ne pense pas que ce soit un cas isolé…
    Et l’enfant s’il a un comportement de petit kaïd, défiant toute autorité… il ne faut pas chercher loin pour comprendre… Une mère insultante, qui donne certainement peu de marques d’amour ou d’affection… Sûrement car elle a un bagage émotionnel lourd, un passé ou une enfance sous les mêmes modèles… comment savoir?
    Mais c’est quand même triste… pour ce petit garçon mais aussi pour cette maman qui finalement ne sait peut–être pas être une maman autrement…

    • Non, non, ce genre de langage est assez courant, c’est surtout pour le gamin que nous avons trouvé ça dur…

  10. franchement on ne peut rien faire au risque de s’en prendre une ou plus legerement se faire remettre en place car ça ne nous regarde pas … dans l’absolu c’est vrai ! quand ça arrive à des gamins tres tres proche de nous je crois que le mieux c’est d’avertir peut-être une assistante sociale qui par son métier saura faire comprendre à ces parents que leur attitude est néfaste … mais nous je pense qu’on n’a ni les compétences ni la manière … et on passera aussi pour un pauvre con mdr ;)

  11. Pingback: Mais non fais pas froid ! #BadMother #26 | De Quoi Je Me Mél ?

  12. j’ai vu et entendu pire cette semaine. et ai appris en plus que la fillette était autiste. j’en suis encore malade. et je me suis posée aussi plein de questions: pourquoi, que se passe t il chez eux, qu’est ce qui conduit cette maman a être aussi rustre, y’a t il des choses qui font que… mais je crois que c’est en eux. et ça renforce mon malaise face à ces gens là. (et les enfants surtout)

  13. Ohlàlà, quelle brutalité! Pauvre gamin! Espérons quand-même entendre plus souvent les rires des enfants heureux dans les parcs plutôt que des coups de gueule comme celui-ci.