buzzoole code

Peut-on lutter contre le stéréotype du genre à la maison ?

stereotype-du-genre-02

A quoi reconnait-on une fille d’un garçon ?
Facile, la fille s’habille en rose, le garçon en bleu !

C’est l’un des plus beau stéréotype sur le genre qui existe, ne trouvez-vous pas ?

Sans le vouloir, de part notre éducation, la société ou les valeurs auxquelles on croit, nous sommes bourrés de stéréotypes encore plus concernant nos enfants !

Pourquoi empêcher un garçon de jouer à la poupée ?
Pourquoi empêcher une fille de jouer aux voitures ?
La honte ? Le regard des autres ? Parce que cela ne se fait pas ? C’est ainsi et c’est comme cela ? Mais merdouille, qui a décrété toutes ces règles ?

A la maison le genre existe, je ne le nierais pas. En effet, je serais pas du style à faire porter une robe à mes fils, mais pourtant ma fille porte des jeans !
Oui, j’avoue, je ne suis pas encore prêt à passer l’éponge sur de telles habitudes… Et vous ?

Pourtant mes garçons m’ont déjà demandé pourquoi le monsieur à la caisse du magasin portait une « robe » (un Qamis – vêtement long porté traditionnellement par les hommes musulmans), nous leur avons expliqué que c’était leur religion, idem pour nos prêtres avec leur soutane, etc.
Comme quoi il y a des exceptions, tout comme les écossais portent des Kilts (ils ont vraiment rien dessous ?).

C’est tout à chacun d’éduquer les enfants sur l’héritage sociétal, les règles qui nous tiennent à coeur, les différences entre les peuples et les individus. Parce que malheureusement, nous ne sommes pas libre de faire n’importe quoi et que ça aussi on doit le transmettre.

Mais le monde changeant tellement vite que je ne serais pas étonné, d’ici 30 ans, de voir mes garçons porter des habits longs, mais pour le moment… :-)

Bref, mon intro a bien dérivé ;-D.
Revenons à nos moutons (mâle ou femelle, à part ce qui pandouille, ils n’ont pas de genre dans nos assiettes MOUAHAHAHAH) !

Les stéréotypes du genre et les enfants, c’est pas toujours gagné !

stereotype-du-genre

Mes garçons sont fan de Lego, Star Wars, Marvel, Héroïc Fantasy (pour le grand), Power Ranger, etc.
Ma fille, c’est une petite blonde qui aime les Princesses, le rose, le violet, les bijoux, les robes…

Mais qu’ais-je fait pour leur imposer de telles idées ?

A bien regarder, j’ai laissé couler un grande part de mes goûts sur mes garçons. A vrai dire notre fille est arrivée en dernier, donc point de poupées ou de poussettes qui traînaient alors à la maison pour les influencer à s’occuper avec des « affaires de filles ».

Les goûts de ma fille, notre influence ? Indirectement oui via la féminité de Madame Maman par exemple. Mais nous ne la forçons pas sur le choix de ses tenues et couleurs, elle choisit souvent ses habits dans son armoire (à 3 ans et demi c’est génial), et sait imposer ses choix dans les magasins lors des courses vestimentaires (même si parfois je me laisse un peu aller mdr).

Stéréotype typique garçon / fille alors ?

Que nenni ! Dans les différentes étapes de leur évolution, ils ont eu rapport avec le sexe opposé (garderie, jardin d’éveil, école, etc.) et à ce moment là leur était offert la possibilité d’utiliser des jouets et produits masculins, féminins ou mixtes !

Il est clair qu’ils ont chacun des affinités avec ce qui se rapporte à leur genre, mais nous ne nous opposons pas au fait que notre fille possède des petits voitures, que notre grand a une belle collection de peluches (et il ne veut pas les jeter), que notre second joue avec la poussette de sa soeur (façon rallye mdr), ou mélange ses figurines 30 cm Marvel avec les poupées Raiponce et Reine des Neiges de sa soeur…

D’ailleurs ils jouent à trois aux billes, aux BOOMCO, aux voitures, à la console, ils regardent les mêmes programmes télévisés pour garçons, filles ou mixtes (même si le grand râle devant DORA, mais il a eu sa période quand même). Le le seul hic, les émissions de « trop » grands pour Melle Petite, nous devons s’occuper d’elle pendent ce temps. De toutes manières si elle n’aime pas elle se barre.

Tu n’étiquetteras point tes enfants !

Une autre de nos règles, qui provient de l’éducation positive type Faber et Mazlish, c’est la lutte contre les étiquettes !

Une étiquette c’est un surnom apposé de manière répétitives à quelqu’un, c’est une adjectif, ou une remontrance régulière : « petite fille », « rabat-joie », « asticot », « petite princesse », etc.

A force l’enfant s’imprègne de cette étiquette et en prend possession comme telle.

Pourquoi agir autrement qu’en Princesse si on me considère comme telle ?
Pourquoi être plus calme si on me répète que je suis une boule de nerf ?
Pourquoi participer en classe si on me traite devant tout le monde de timide ?

Vous voyez le soucis ? Pour moi, cela fait partie des sétérotypes.

Plus on dira à un enfant qu’il est ceci ou cela, même de manière amicale, avec affection, en jugeant ou non, sans savoir, plus l’enfant pourra en souffrir et sans qu’on le sache !

Petit conseil, à partir de maintenant, faites attention à ce que vous dîtes et rédigez un petit topo du comportement de vos enfants en fonction de ces étiquettes / stéréotypes que vous leur imposez, attention à la marche, la chute sera dure !

Alors doit-on les emmerder avec les stéréotypes ?

Oui et non, cela dépend notre vision du monde, de la société dans laquelle nous vivons, notre religion, etc.

Je pense personnellement que nous devons leur expliquer les choses et leur montrer l’exemple aussi, c’est très important ! Les enfermer dans des boites « filles » ou « garçons » c’était bon pour nos aïeules, de nos jours la tendance est justement (parfois de trop) à la mixité et à la disparition du genre au profit du mélange d’expérience.

Donner l’exemple par rapport aux stéréotypes de société et du genre c’est facile. Par exemple, je fais 80% de la cuisine à la maison, depuis cette année c’est moi qui vais les chercher à l’école le soir après la garderie, je participe aux tâches ménagères de la maison, je gère toutes les courses… Même si je suis un grand râleur, je ne montre pas (ou je tente) de montrer l’image de l’homme macho qui est plus l’apanage de la génération de nos pères. N’oublions pas que j’ai pris un congés parental durant 4 ans à 80% (je ne bossais pas le mercredi), j’étais le seul homme de ma boite !

Les enfants doivent pouvoir se faire une idée des choses, avoir leur opinion et la partager avec nous et l’extérieur. Si demain ma fille me réclame une voiture et un de mes garçons une poupée, je ne serais qu’à moitié étonné, mais pourquoi pas !

Par contre le genre sera toujours le genre, fille contre garçon, même si nous expliquons et montrons l’exemple, notre société comme elle est ne sera pas encore en totale équité entre le sexe masculin et féminin, rien qu’au travail et en matière de bébé par exemple…

Enfin, ceci est un autre sujet…

 

Tous les jeudis (ou presque), ça causera « éducation » sur WonderMômes, c’est ma participation à son rendez-vous !

les jeudis éducation de Wondermômes

Ils parlent aussi des stéréotypes : Papa Blogueur, Tite Pomme Zen, Maman Mammouth, Wondermomes

Ils parlent aussi d’éducation : aider bébé à faire ses nuits

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

10 comments

  1. Pingback: Les stéréotypes et nos enfants, notre rôle éducatifWondermomes

  2. Moi aussi j’ai parlé des étiquettes dans mon article du jour mais pas de la façon « Faber et Mazlish » lol Pour le reste, tout à fait d’accord avec toi, il faut que je me reprenne plus sur le sujet O_o

    • Oui je viens de lire ton article, très intéressant aussi, je l’ai partagé

  3. « de nos jours la tendance est justement (parfois de trop) à la mixité »
    pourquoi « parfois trop » ? (c’est une vraie question hein, pas une agression)

    moi je trouve au contraire qu’on met encore une pression monstre, notamment sur les petites filles pour les faire rentrer dans des moules… qu’est ce que ça m’insupporte d’entendre « ha mais Crawette c’est une vraie petite fille qui aime le rose les poupées et les princesse » sauf que oui elle aime ça mais elle s’intéresse aussi à beaucoup d’autres choses et que je pense que c’est avec ce genre de discours que se ne sent limite obligée d’embrasser une carrière en rapport avec ces stéréotypes (oui je parle pour moi là, même si pour le coup c’est pas venu de l’éducation de mes parents mais des pressions de la société je pense)

    • C’est toujours le problème de la « société » et du « regard des autres » en contradiction parfois avec notre façon de faire, de vouloir faire bien… De toutes manières tu verras que lorsque nos enfants seront adultes, on va crisser des dents parce que les « modes » soliciteront les parents sur d’autres manières d’éduquer les enfants

  4. Les stéréotype ont la vie tenace. Un petit garçon qui joue avec la poussette de sa soeur peut avoir des regards un peu trop insistant et pourtant je ne vois pas où est le problème. Mais lorsqu’on veut acheter une poussette ( le jouet) a un garçon, on s’aperçoit que la quasi des modèles sont ROSE… J’avais réussi à lui trouver une vieille poussette en brocante qui datait un peu ( beaucoup) mais qui avait l’avantage d’être « mixte ». pfff pas facile !

    • Les basiques restent les basiques, mais on voit aussi les concepteurs jouer sur les deux tableaux, regardes les adaptations style Nerfs, les tablettes, …

  5. Pingback: Les stéréotypes fille/garçon - Blog pro allaitement maternel et maternage

  6. Julia

    Merci pour ton article très intéressant, nous à la maison nous avons adopté le partage des tâches et mon mari n’a pas l’air de se plaindre de ça. D’ailleurs je viens tout juste d’être maman et c’est lui qui a commandé tout les produits de puéricultures sur poussette et c’est une réussite :)

  7. Pingback: [Les jeudis éducation] Aider bébé à faire ses nuits | Poucelimama