enfants-campagne

C’est une question que mon grand nous pose régulièrement.
Nous vivons à la ville, petit jardin et maison 1930. Suite à nos dernières vacances près de Verdun, il a eu un coup de foudre façon touristique de la vie à la campagne.

A l’âge de 9 ans on ne voit pas les mêmes choses que les adultes. Et malgré sa peur des arachnides (et autres bestioles qui volent et rampent), là-bas il y avait le calme et la nature, les voisins proprio sympa à la baraque à faire rêver, le hangar vieille ferme et les moutons, la machine à moudre le maïs et les chemins champêtres, le parquet qui craque et le salon XXL, le lavoir en pierre et les pommiers, les empreintes de sangliers et la gentillesse des gens du patelin…

En y repensant avec des yeux d’enfants, j’en ai moi-même un pincement au coeur… là-bas !

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=zFwaRmpzvjo[/youtube]

 

« Papa, je voudrais vivre à la campagne avant d’être grand et de ne plus pouvoir en profiter en tant qu’enfant ! »

Vous en avez beaucoup des gosses qui réfléchissent comme cela ? Etre lucide au point de comprendre qu’un jour il sera adulte et même si à ce moment là il pourra réaliser son rêve, cela ne sera plus jamais pareil ! Mr Grand est grand (1m57) mais aussi dans sa tête. D’une sensiblerie et curiosité à la limite du supportable parfois, on le classe trop souvent dans une case d’énergique égoïste au moulin à parole sans fin. Mais pourtant si on décortique bien ses paroles, pourquoi refuser d’écouter ses rêves ?

« Papa, je voudrais vivre à la campagne, sur une colline pas trop haute pour pouvoir faire de la luge sur la neige. »

Vivre avec des rêves c’est tellement génial ! Où est passé notre jeunesse ? Notre envie juste de sortir pour jouer avec de la neige au lieu de râler parce qu’elle nous gêne pour aller bosser…

« Papa, il suffit de vendre la maison, tu trouves un travail pas loin, maman aussi, au début ça sera dur, mais tu trouveras, on t’aidera au jardin pour avoir des légumes, alors on part quand ? »

J’ai limite les larmes à l’oeil devant tant de naïveté face à la cruauté du monde des adultes. Comment lui dire que tout quitter pour se lancer dans l’aventure sans filer, c’est pas pour nous ?
Certains l’osent, nous on y a pensé aussi, discussion dans le lit à des heures tardives. Un rêve que l’on a classé directement dans le tiroir à souvenirs. Trop de contres pour le pour, trop de contraintes pour vivre en paix et tranquillité. Les soucis et les obligations de la vie d’adulte et de famille nous empoignent d’une main si ferme que l’on a du mal parfois à respirer.

mouton

« Papa, pourquoi on ne déménage pas à la campagne, on serait plus heureux ? »

J’aimerai pouvoir te dire oui mon grand. J’aimerai aussi pouvoir tout lâcher pour me transformer en homme des champs. Elever des poules et des moutons, avoir un jardin grand comme un stade de football, te laisser faire du vélo dans les sentiers et chemins. J’aimerai pouvoir partager ton rêve, vivre en famille dans l’harmonie et la paix, inviter tes copains pour les vacances et vous laisser faire les fous dans le foin de fin d’été ou dans la rivière que tu souhaites au fond du jardin. J’aimerai t’offrir tout cela et plus encore tu sais, mais comment te le dire sans briser ton coeur d’enfant à part t’accompagner dans ton rêve et le partager, pas le fracasser, c’est tellement plus beau de rêver à deux, au moins ça c’est facile, c’est gratuit et ça réchauffe le coeur…

Je t’aime tu sais mon grand, au delà que tu puisses le penser, alors rêvons, rêvons ensemble à la maison de tes rêves, à la campagne idéale et à tes projets de nature…

 

Tous les jeudis (ou presque), ça causera « éducation » sur WonderMômes, c’est ma participation à son rendez-vous !

les jeudis éducation de Wondermômes

 

Ils parlent aussi « nature » : découvrir la nature, DIY un dessin nature, éduquer à la nature, la nature et nous, faire aimer les promenades à ses enfants, le grand retour de la nature ?, avec le retour du printemps, le retour des ballades, faut-il avoir peur de la nature ?, notre chère planète, la nature, On jardine

Ils parlent éducation : se tromper dans le choix des prénoms de ses enfants,

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

30 comments

  1. Ahlala, ca doit être dur d’entendre cette demande et de devoir dire « non ». Il ne reste plus qu’à tabler sur les week end! ;-)
    On a la chance de pouvoir habiter à la campagne et non loin de la ville pour pouvoir concilier travail et cadre de vie sympa. J’apprécie cette chance à sa juste valeur et même si je sais que la campagne est aussi « limitative » quand arrive l’ère de l’adolescence, je crois qu’au final,on en garde quand même de bons souvenirs (en tout cas, c’est mon cas).

    • oui même nous on en a déjà parlé pour être « ailleurs » de certains soucis, de recommencer à zéro, de voir autre chose… mais bon, hein, comme dirait l’autre

  2. Ma fille aussi rêve de campagne. Son projet de vie est très précis, je ne sais pas s’il se réalisera mais au moins ça l’avantage de la faire rêver aujourd’hui (elle a 9 ans) ;)

    • il y a tellement de facteurs (ou d’excuses) qui nous retiennent… et si un jour on rentrait du boulot en disant « on fait les valises on y va » ?

  3. Pingback: [Les Jeudis éducation] La nature et nous | noahdecajou

  4. Vanessa Mère Debordée

    Ton grand a une jolie façon de penser. Merci pour ce joli moment !

    • Merci à @wondermomes pour ses jeudis éducations, sans cela l’aurais-je écris ?

  5. Bonjour Franck,
    Ce n’est pas la première fois que je zyeute ton blog. Mais avec l’élan des Jeudis éducation, je me lance aujourd’hui dans un petit commentaire.
    Que d’émotion dans ce billet! J’ai moi aussi une petite larme à l’œil.
    Avec ses mots d’enfant, ton fils fait écho à la nostalgie que nous sommes nombreux à ressentir, nous autres, adultes, qui avons aimé la campagne de notre enfance… Mais que répondre, en effet? De toute façon, à peine ados la plupart des enfants rêvent de ville et de trucs branchés… C’est sûrement lors de vos vacances qu’il se construit le plus simplement ses plus beaux souvenirs d’enfance et qu’il s’imprègne de cette vie au contact de la nature dont il dit rêver. Les enfants des champs ne sont d’ailleurs pas toujours les plus sensibles à cette nature, c’est surprenant, même, de parfois constater le contraire!
    Au plaisir de te lire, à bientôt!
    Emilie

    • oui c’est totalement cela, c’est un geek en puissance, sans écran il est malheureux (sans livre aussi tu me diras) mais pendant les vacances il côtoie un monde différent, il se fait un « film » idéal de ce genre de vie, et c’est là son rêve. Confronté à la réalité de la vie à la campagne, je ne sais pas comment cela se passerait en « vrai ».

  6. Bonjour,

    Effectivement ce n’est pas une décision facile de tout quitter pour s’installer à la campagne…
    mais c’est beau de voir que « ton grand » a ce doux rêve et de l’accompagner pour qu’il ne cesse pas de croire à ses rêves :)

    • oui c’est cela ou le renier, les adultes voient les choses autrement que les enfants, autant les laisser rêver

  7. Pingback: Découvrir la nature - WondermomesWondermomes

  8. Pingback: {les jeudis de l'éducation} ou notre vision de la nature - fannyfans

  9. Pingback: Faut-il avoir peur de la nature? - Blog pro allaitement maternel et maternage

  10. Elodie

    Ton article m’a énormément émue
    J’aime beaucoup la façon dont tu l’as écrit
    Et surtout de nous faire partager ce doux rêves qu’a ton grand
    Et tes réponses à ses interrogations montres que tu es un super papa et que le laisser espérer est ce qu’il y a de mieux.

    • merci tu n’es pas la seule à le dire, j’avais l’inspiration c’est tout ;-)
      oui j’aimerais surtout râler moins être un super papa

  11. Très bel article! J’ai toujours vécu à la campagne, j’allais en vacances chez ma grand mère à la ferme… avec mes frères on allait faire des tours de tracteur, on triait le tabac, on allait traire les vaches…
    J’ai ensuite travaillé en ferme pédagogique tout en faisant une formation au fin fond du Larzac, perdue au coeur de l’Aveyron… la campagne un peu déprimante car vide… mais le contact quotidien aux animaux, passer toute la journée dehors par tous les temps…
    Ca me manque souvent… aujourd’hui, je dirai qu’on est dans la campagne péri urbaine… un petit village agréable, mais où les maisons avec grands espaces sont rares et trop chères pour nous… alors nous vivons dans notre mini maison, avec notre mini jardin… c’est mieux que rien :)
    Mon Girafon est un enfant de dehors, il irait par tous les temps, je crois qu’il en a besoin, réellement… Je rêve qu’un jour la maison du bonheur à la campagne, grande, chaleureuse que j’imaginais avoir puisse devenir une réalité.. je suis encore une enfant des fois!
    En tout cas très très bel article!

    • tu faisais pousser du tabac ?
      oui chez nous ils tournent en rond, surtout le grand, un espace pour jouer dehors serait bien mais bon hein mini maison mini jardin aussi

  12. Mme Maman

    Ton bonhomme est un rêveur! Peut être un jour?… En attendant continuer de profiter de vos vacances au calme! A la verdure…
    P.S : il me semble que tu as oublié ma contribution : la voici :

  13. ici, ce sont les parents (nous – moi) qui rêvons de campagne!!

    vive les papis et mamies pour nous l’offrir ;-)

    • arf on aimerait aussi avoir des grands parents qq part, sauf qu’il n’y a plus que la mère de ma femme et … en maison de retraite !

  14. Pingback: Faire aimer les promenades à ses enfants | Les découvertes de petite lutine

  15. Wahou, il avait déjà tout prévu ton grand. Eh bien tu sais je ne dirais rien mais nous on vit dans le rêve de ton fils (mon seul regret la route devant la maison où les voitures roulent souvent trop vite) sauf pour le jardin, on a ce qu’il faut mais pour le moment on ne l’a pas fait. Ça va faire 3 ans qu’on vit ici. Moi la ville, je ne pourrais pas. (bon la maison doit daté aussi pas mal du moins ces début puisqu’elle a été refaite, puis modifier… c’était un petit hôtel restau).
    Bon courage pour cette vie en ville.

    • oui il ne voit que les bons côté, il a recommencé sur la route ce week-end, mais là les « je veux » nous ont fait perdre patience, avec la fatigue et le stress sur la route, entendre la litanie n’aide pas, il a le droit d’avoir des souhaits mais harceler les autres non

  16. Pingback: Papa Blogueur Mon grand garçon lit 3 romans par semaine - Papa Blogueur