Je vous en avais déjà parlé à plusieurs reprises, les écrans font maintenant partis de notre quotidien et ce plus que jamais.

Télévision, ordinateur, console, tablettes, smartphones et autres jeux/jouets activités liés aux écrans, nos enfants sont sans cesses confrontés à ces nouvelles technologies.

Au lieu de les interdire, car il utopique de tous les supprimer, voyons plutôt ensemble quelles précautions nous pouvons prendre pour les adapter aux différents âges de l’enfance.

En effet, certaines étudues montrent qu’une mauvaise utilisation de ceux-ci pourraient interférer dans le développement de l’enfant.

Constat

Les enfants deviennent accros aux écrans de plus en plus tôt. Plus de 45% des parents prêtent leur smartphone ou tablette même au plus petit (avant même 3 ans). On connait le principe, c’est pour les occuper, les consoler ou avoir la paix. Cela commence dans la salle d’attente du médecin et ça finit tous les jours au salon.

Ecrans passif sous 3 ans environ (dessin-animé sur smartphone et tablette), et plus les années passent, plus les écrans deviennent un objet « actifs » avec le JEU (de toutes sortes) et pas forcément adapté aux âges des enfants.

Les écrans avant 3 ans

Déjà rien n’est obligatoire, les enfants n’ont pas besoin de support d’écran pour se développer ! Mais par un effet de mimétisme, les enfants sont attirés par NOS écrans et finalement en profitent aussi.

Avant 3 ans, les écrans sont à éviter, surtout de manière actifs. Ils ont surtout besoin de jeux traditionnelles, de repères dans le temps et dans l’espace, des livres et d’amour.

Les écrans entre 3 et 6 ans

Leurs sens sont en pleine ébullition et le travail associé est primordial : motricité, langage, graphisme, créativité, …

Les écrans peuvent devenir une aide mais ne doivent pas être l’unique moyen pour y arriver, au contraire.

Les périodes de temps d’utilisation doivent être limitées, courtes et séparées de période de repos. Et surtout l’enfant ne doit pas être livré seul à la tablette ou le smartphone !

N’oublions pas que les enafnts regardent aussi la télé ! Avec des programmes pas forcément adaptés à leurs âges. Fratire oblige, les plus petits sont devant des dessins-animés des plus grands parfois nettement plus violent.

Sans compter que nos programmes télés peuvent choquer : films, téléfilms, informations télévisées, publicités, …

Des règles à suivre en famille

Une bonne réunion ensemble, un tour de table, écoutez les besoins et les attentes mais aussi établir les limites en fonction des âges. Souvent les plus petits sont jaloux des droits des plus grands et réclameront le même traitement, pas facile à gérer.

Avant 3 ans

Comme précisé plus haut, évitons les écrans et donc la télé.

Entre 3 et 6 ans

Respectez les programmes adaptés aux âges des enfants. Expliquez ce qu’ils ne comprennent pas.

La console de jeu doit être occasionnelle et encore mieux un partage en famille (console de salon).

De 6 à 9 ans

Les jeux vidéos entrent dans leur vie comme « papa et maman », parce que la société leur bourre le crâne de jeux et jouets / consoles mais aussi parce que les « copains » eux en ont aussi.

Alors leur dire « NON tu peux pas » est une belle hérésie. Quelque soit la type de jeu (évitez les jeux en réseaux) il faut savoir à quoi vos enfants jouent et

 De 9 à 12 ans

L’appel du smartphone / tablette se fera sentir, encore plus vers le passage à l’adolescence. C’est un piège mortel vers l’autonomie exponentielle des écrans PASSIF et surtout ACTIFS !

Après 12 ans

Les jeux en réseaux, quelque soit leur forme, affirme l’enfant, lui donne l’occasion de travailler en équipe, de coopérer, de découvrir l’entre-aide, l’altruisme, …

Mais la réalité peut vite rattraper les beaux textes, les jeux en réseaux peuvent aussi être dangereux de part leur violence, l’envie de jouer sans arrêter, …

Dépression, manque de concentration, fatigue, stress, anxiété, manque de confiance et d’estime de soi, chutes de résultats scolaires sont autant de signes sinon plus que les écrans à forte dose sont nocifs pour nos enfants !

L’enfant veut plus, expérimenter, s’affranchir des règles et repères familiaux. En fonction de son âge et de sa maturité, prévoyez avec lui son premier téléphone portable ou sa première tablette.

Restrictions, horaires, limitations sont aussi à intégrés dans l’équation !

Les dangers du Net

Ah, ah ! Encore un autre point qui fait peur.

Perso, je suis parano et j’évite au plus vite de connecter mes enfants au Net. Pourtant le grand de 11 ans au collège se voit demander des recherches sur Google. Viendra alors l’âge du Contrôle Parental s’il doit rester seul sur le PC. Car pour le moment c’est NIET NIET NIET NIET.

D’ailleurs il a même demandé d’en avoir un pour Noël car certains de ses copains en ont aussi… Mais oui et les marmottes emballes le chocolat, hein ? O_o

Quelque soit l’âge, il faut aider les enfants à découvrir le Net. Surtout pour les plus jeunes, car dès le collège, ils auront (normalement) des cours sur le sujet.

A leur apprendre :

– Tout ce qu’on publie sur le Net laisse des traces : NE JAMAIS INSULTER OU ENTRER DANS DES DISCUSSIONS DE CE TYPE

– Tout ce qu’on publie peut tomber dans le domaine public : NE JAMAIS DONNER DE DONNEES PERSONNELLES

Surtout pour les réseaux sociaux. Le cyber-harcèlement est un des soucis les plus difficile à faire comprendre aux enfants, encore plus à effacer ou régler.

Contrôle Parental ou pas, les parents doivent fixer des horaires, de laisser l’enfant découvrir par lui-même avec des limites, leur expliquer tous les dangers du Net : virus, sites crégnos, hoax, publicités alléchantes, achats sur le Net, …

Dans tous les cas, nous parents, devons surveiller et suivre l’évolution de nos enfants et de leur affinité avec les écrans.

 

Tous les jeudis (ou presque), ça causera « éducation » sur WonderMômes, c’est ma participation à son rendez-vous !

les jeudis éducation de Wondermômes

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

3 comments

  1. Pingback: Top 10 de vos #jeudiseducation préférés - Wondermomes

  2. Smidge

    Avant 3 ans, c’est clair que les écrans sont à proscrire.

    A partir du moment où ils savent lire et compter, il ne faut pas tout mettre dans le même panier.

    Il y a jeux, et jeux.

    Beaucoup de ces jeux ne visent qu’à développer les réflexes. Comme tous les jeux de simulation à la 1ère ou la 3ème personne, genre CoD ou GTA. Ces jeux, malgré leurs prouesses techniques, sont pauvres en terme d’apprentissages.

    En revanche, un jeu d’aventure, un jeu de rôle, ou un jeu de stratégie peut être un formidable complément à l’apprentissage. Parce que mine de rien, il faut être sacrément calé en calcul pour y jouer, et être capable de lire un texte et d’en comprendre le sens pour avancer dans l’histoire.

    Un bon jeu vidéo, ce n’est pas si différent d’un bon livre. Et s’épanouir en s’investissant dans les deux ne me parait pas contradictoire du tout.

    • minecarft a le vent ne poupe pour tout ce qui est programmation et mes enfants adorent