dodo-stromae

Tout le monde n’a pas les couilles pour donner des mots aux choses et Stromae (on aime ou pas, moi je kiffe), nous donne deux belles leçons sur les environnements familiaux très ciblés (et durs), qui façonnent (détruisent) l’enfance dans un monde qu’on voudrait ne jamais voir et qui pourtant existe vraiment.

L’absence d’un père affecte la vie et le comportement d’un enfant

Papaoutai une chanson qui me parle…
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=WNa60w5HOB4[/youtube]

 

Un clip qui a cartonné autant par son contenu visuel recherché que les paroles de la chanson. Vidéo francophone la plus regardée au monde avec plus de 250 millions de vues (sans compter toutes les copies).

Le saviez-vous ? Le titre est un jeux d’oreille possédant un double sens « Papa où t’es ? » et « empapaouter » ce qui signifie en argot « faire l’amour », allusion subtile pour pointer du doigt les relations extra-conjugales de ce père de famille.

N’oublions pas le clip, ici le père n’est qu’un mannequin, un être qui ne bouge pas, fantomatique, sans aucune implication avec le fils. Le regard triste, en colère, frustré de celui-ci face à ce qui se passe autour. Les espoirs et les demandes non abouties. L’enfant prend le rôle de l’adulte et vit en solitaire en fin de compte. Le final est pour moi le plus affligeant. Ce happy-end où l’enfant devient comme le père, ils sont certes réunis se clonant l’un l’autre mais sont-ils heureux pour autant ? L’enfant doit-il devenir comme son père pour être heureux ou le rendre heureux ?

L’absence du Père, Stromae l’a vécu, moi aussi, encore plus mon frère qui ne l’a encore moins vu. A tel point qu’un jour, il l’a rencontré sur son lieu de travail (il était chauffeur de bus), il est venu à sa rencontre avec joie (pour une fois qu’il le voyait) et mon père ne l’a pas reconnu ! (Extrêmement long soupir). Et je vous passe toutes les autres frasques auxquels nous avons fait face (surtout ma maman), la douleur morale est encore vive en écrivant ces lignes.

Cette chanson est donc autant plus touchante pour tous les enfants qui n’ont pas eu de père dans leur foyer (ou un père fantôme). Je ne pense pas que nous tournons tous mal pour autant, mais sans cette présence masculine pour aider, seconder, montrer, aimer, partager (et beaucoup d’autres verbes), l’enfant est spolié d’une partie de ce qu’un père peut apporter à son éducation, son développement et sa confiance en soi.

D’ailleurs les écoles d’éducation positives et sans violence très en vogue actuellement place le rôle du père à l’égal de celui de la mère ! Chacun des parents à son importance et les pères d’aujourd’hui désirent justement avoir une implication et une place plus poussée dans l’éducation de leur enfants (congés parental, conduire les enfants à l’école ou au sport, activités en famille, écoute, …).

Enfance maltraitée, des mots durs, des mots crus, ça fait mal !

Dodo
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=MiAmaPqndOs[/youtube]

 

Je suis tombé par hasard sur ce clip et comme ceux des dernières campagnes de la sécurité routière, je suis resté scotché sur ma chaise !

C’est dur et vrai ! On a l’impression d’être tatoué au creux de l’oreille par les paroles. Sans compter le clip. Ce jeu d’ombres chinoises, le ton de la voix, la miséricorde et la douleur qui plane sur le plateau, tout se mélange pour former un plat qui veut se manger froid, avec un gout particulièrement amer qui ronge de l’intérieur même après l’arrêt des images !

Mais qu’apporte ce clip en matière d’éducation ? Pour les enfants rien, évitons plutôt de leur faire écouter. Pour les parents, c’est un coup de point en plein ventre pour les mettre face à la douleur et les sentiments qu’un enfant peut ressentir face la souffrance de la pédophilie, la maltraitance ou les parents qui se haïssent au point de faire du foyer un enfer.

Sans assez aussi loin, on devrait déjà tous penser que nos disputes de couple (parfois fracassantes), nos cris (sur le conjoint ou les enfants), nos pleurs ou nos doutes affichés devant les enfants sont autant de coups de couteaux, d’inquiétudes et de désespoirs dans leur esprit.

Comment peuvent-ils construire l’idée du rôle d’un parent s’ils ne sont pas entourés d’amour, d’écoute et d’aide ?

Comment peuvent-ils se sentir face à un maelstrom familial aussi noir et négatif ? En sont-ils la cause ? Que feraient-ils pour plaire à ces parents là ? Quels secrets seraient-ils capable de cacher pour ne pas briser ce semblant de famille comparé à celles idyllique que les autres affichent ?

Quel adulte pourront-ils devenir ensuite…

Tous les jeudis (ou presque), ça causera « éducation » sur WonderMômes, c’est ma participation à son rendez-vous !

les jeudis éducation de Wondermômes

 

Sur le thème de l’autonomie :

  • [jeudis éducations] Autonomie par Mamanfashionetseskids:
  • Une question d’autonomie : http://meredebordee.com/une-question-dautonomie/

 

Sur d’autres thèmes : 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

14 comments

  1. J’adore ton article! Et j’adore Stromae… Papaoutai je l’ai adoré pour plein de raisons, dont celles que tu évoques, mais aussi car c’était la seule chanson capable de calmer mon bouchon quand il était bébé et de l’endormir en voiture lol ^^

    Vraiment très chouette article! Bravo!

  2. J’adore l’univers de Stromae, j’aime sa façon de raconter la vie avec ses chansons. La chanson papaoutai est une leçon pour tout les parents du monde. Les enfants ont besoin de ses parents pour bien grandir.

  3. Solène Massin

    Bonjour,

    Je travaille pour le cabinet « Des Enjeux et des Hommes », un cabinet spécialisé en RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) et en accompagnement du changement.
    J’aimerais beaucoup échanger avec vous au sujet d’un projet que nous menons actuellement avec un de nos clients, un grand groupe alimentaire français qui produit notamment des produits laitiers bien connus des enfants et de leurs parents. Ce projet vous permettrait de donner votre avis sur l’approche développement durable d’une marque phare de notre client.
    J’ai déjà tenté de vous contacter par mail, mais sans succès jusqu’ici. Pouvez-vous me rappeler au 01 79 74 26 40 (demander Solène ou Florian), afin que nous discutions de cette opportunité ?
    Je vous souhaite une très bonne journée.

    Bien à vous,

    Solène Massin