On parle souvent de contenus vidéos, mais la musique, les popcasts, sans oublier les romans audio (de plus en plus à la mode) restent et resteront toujours une source d’écoute appréciée du plus grand nombre. Mais le gros soucis c’est le poids de ces fichiers.

Pourquoi compresser ses fichiers audio ?

Si certains n’ont pas de soucis de stockages sur leur PC, tablette ou smartphone, ce n’est pas le cas de tout le monde. La preuve lorsque nous mettons de la musique sur notre clé USB pour la route des vacances, ou sur la tablette pour les enfants. Pas le choix, il faut réduire le poids pour gagner de la quantité.
Cela me rappelle l’époque des tablettes Storio et Cie, où il était nécessaire d’encoder les fichiers vidéo et audio afin de pouvoir les transférer dessus. En effet, les système d’exploitation maison de chaque marque ne reconnaissaient pas les extensions les plus courantes comme le .mp3 ou le .mp4. Il ne reste donc plus qu’un seule solution, compresser les fichiers tout en gardant une certaine qualité d’écoute, ou changer de format comme passer en .wav. Pour ceux que cela intéresse consulter ce tutoriel pour en savoir plus sur l’encodage des fichiers en .wav.
La multiplicité des sources audio n’aide pas non plus. MP3, WAV, OGG, AAC, WAV, WMA et autres encodages secondaires pullulent sur le Net. Comme précisé plus haut, il est donc nécessaire de compresser ou encoder les sources audio pour son usage personnel ou professionnel (popcast ou conférence par exemple).

Quelques précautions à prendre avant de réduire des fichiers musicaux

Je ne vais pas rentrer dans le détail ou la liste des solutions disponibles pour réduire ou encoder des fichiers audio ou vidéo. Il existe beaucoup trop de solutions sur le Net, et j’en ai déjà parlé à plusieurs reprises il y a quelques années (toujours pour la Storio ou les Leappad) sur mon blog. De plus, rien que pour nous embêter, l’encodage peut varier d’un logiciel à l’autre ou en fonction de l’OS utilisé (MAC, PC, Androïd, …). En tout cas une chose est sûre, il est préférable de télécharger le logiciel choisi sur le site officiel de celui-ci, et non via des sites tiers qui pourraient y ajouter quelques options et bonus de leur cru. Exemple : des barres d’outils à ajouter à votre navigateur ou des logiciels secondaires lors de l’installation. On ne fait pas gaffe, on valide les étapes sans lire les détail, puis on se retrouve avec des merdes sur le PC (c’est du vécu, d’où ma recommandation #sigh).
Il existe de nombreuses solutions gratuites, donc inutile de sortir la CB suite à quelques propositions bling-bling sur le Net. Regardez aussi les avis et les commentaires, les dates de sorties de ces logiciels mais aussi leurs mises à jour. Certains sont vieux comme le monde et même si dans l’absolu ils fonctionnent encore, ils peuvent avoir de jolies failles de sécurité, et là ce n’est pas glop du tout !
Dans tous les cas, compulser la notice du logiciel, je sais c’est barbant, ou les tutos trouvés sur le Net avant de vous exercer. Copiez aussi les originaux avant réduction, j’ai déjà eu le cas de plantage et j’ai perdu la source qui est devenue corrompue, et là c’est la misère… Dernier point, optimiser votre espace de stockage en organisant vos fichiers sources et compressés. Supprimez les tests, les indésirables, les vieux éléments dont vous n’avez plus besoin. Vous vous y retrouverez plus facilement ensuite.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.