à quel âge le téléphone pour les enfants ?

A noël certains enfants (plutôt grands) auront sûrement un portable qui sortira de la hôte du Père Noël. Notre grand nous a déjà fait remarquer qu’une de ses copines en avait depuis le CE1, un âge très (trop) jeune pour nous. Nous ne connaissons pas la raison de ce choix de par les parents, peut-être est-ce pour en cas d’urgence, ce n’est pas notre problème.

En nous voyant régulièrement sur nos smartphones, l’envie gagnent nos enfants. Ce n’est pas forcément la faute des copains, le simple mimétisme familiale suffit pour leur faire envie.

Entre console, tablette et télévision, le téléphone est un nouvel écran transportable partout avec soi, et donc une tentation de plus pour nos enfants pour jouer avec. Car il faut être lucide, avec les smartphones, ce n’est plus juste papoter avec les copains / copines, envoyer des SMS / MMS à sa chérie , c’est aussi et surtout utiliser les options et applications de ces téléphones de plus en plus high-tech.

On aura beau dire “plus tard mon fils”, arrivera un jour où il pourra se l’offrir lui-même (ben oui à 25 ans quoi mdr).

A quel âge offrir un téléphone à nos enfants ?

On en revient à cette question essentielle. Je ne pensais pas avant 13 ou 14 ans (je suis un grand naïf parfois) mais la marraine de Mr Grand voudrait lui en offrir un pour son passage en 6ième. C’est en discussion, on a encore le temps…

Le passage au collège serait-il un cap “obligatoire” pour avoir un téléphone ?

A vrai dire, d’après une étude TNS pour Action Innocence et l’Unaf, publiée en 2012, plus de 30% des enfants ont déjà un téléphone à 10 ans, soit entre les CM1 et le CM2 ! Et plus de 80% en possède un à 14 ans.

Mais entre le modèle social, le collège est un monde où l’enfant gagne en autonomie, avoir un portable est un moyen de s’ouvrir aux autres et d’éviter de se faire rejeter. D’autant plus qu’il peut aussi servir pour contacter les parents en cas de soucis (bien qu’on faisait avec étant jeune lol). J’ai même lu une étude sur le fait que les portables permettaient, via une application, de surveiller la position de l’enfant et voir s’il allait en cours et où il se trouver à tout moment, dingue, non ?

Forfaits, précautions et dangers

Le portable, c’est une ouverture sur le monde, surtout avec une connexion Internet. Pour gérer plusieurs appareils à la maison il faut absolument plusieurs forfaits mobiles adaptés. Il en existe à moins de 5 euros SMS/MMS illimité avec environ 2h00 d’appels, sans connexion Internet bien sûr. Le Wi-Fi suffira largement une fois à la maison.

Ensuite le contrôle parental / Anti Virus pour mobile. Pour ou contre, c’est de l’avis des parents ça. Mais je serais partisan du pour ! Même si l’enfant se fait charrier de la part de ses copains, cela éviterait de télécharger ou visionner n’importe quoi, en autre.

Enfin, le breaf familial (à faire en premier surtout). Expliquer les danger d’une utilisation abusive, le problème des ondes sur un cerveau en pleine évolution, la perte du monde réel et tout comme pour Internet sur un PC, les règles d’usage comme ne pas divulguer de données personnelles, photos ou vidéos intimes. Il n’y a pas d’âge pour cela, surtout avec les prises de vues rapides et faciles, ainsi que le partage dans un milieu clos qu’est la classe ou l’école, sans oublier les “amis virtuels qui nous veulent du bien” :-(.

Question matériel par contre, évitez les IPhone et autre XPeria série Z. Entre les pertes, casses, oublis et vols, il se peut que vous deviez changer plusieurs fois d’appareils dans sa scolarité. Même en smartphone, il existe de bons appareils pour un usage simple voire plus complexe.

Attendez qu’il soit plus grand (25 ans ? lol), pour lui offrir le smartphone de ses rêves !

Et vous, à quel âge le portable pour vos enfants ?

Crédit photo : https://www.flickr.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

1 comment

  1. Je pense que Tim aura le sien lorsqu’il rentrera au collège mais se sera selon si je travaille ou pas et si il y est toute la journée ou pas (si je fais les allers-retours pour l’emmener/aller le chercher, je ne vois pas l’intérêt).