buzzoole code

Gestion du temps : travailler dans les transports en commun

Je discute beaucoup avec Martin du blog Candix.fr dernièrement. Martin donne des conseils pour s’enrichir, il aime les voyages aussi, son blog est riche d’enseignements sur son expérience personnel.

Bonjour à vous. Je suis l’auteur du blog Candix.fr et j’ai décidé, après avoir suivi depuis un certains temps Papa Blogueur de rédiger un article invité sur la gestion du temps, à savoir travailler dans les transports en commun.

Avant d’aller plus loin, pourquoi travailler dans les transports en commun ? En fait…

Je considère que le temps est limité – 24 heures/jour, 80 ans pour un humain moyen vivant dans un pays industrialisé. Le but est de ne pas le gâcher. Pour moi, le temps est bien utilisé si :

– Il est utilisé pour se faire plaisir (vacances, temps passé avec ses amis, famille)
– Si on l’utilise pour gagner de l’argent (il faut bien vivre)

Vous convenez avec moi que les transports en commun, ce n’est pas agréable, et ça coûte de l’argent (donc ca ne répond ni à la première condition, ni à la seconde). Si vous ne pouvez pas habiter à 2 minutes à pied de votre lieu de travail, autant rentabiliser le temps passé dans les transports en commun.

Travailler dans le bus

Lors d’un stage dans une banque en 2008, j’ai constaté passer environ 25 minutes 2 fois par jour dans le bus. J’ai calculé : 14 semaines de stage, donc 70 jours, 140 trajets de bus, près de 70 heures passées dans un bus – oui vous avez bien entendu, pour mes 3 mois de stage, je devais passer 70 heures dans le bus, 8 fois plus de temps qu’il ne me faut pour aller de France aux USA en avion… Je me suis dit, pourquoi ne pas occuper ce temps de façon productive ? J’ai acheté un petit livre de poche d’espagnol (taille : 10 cm sur 5 quelque chose du genre) et ai appris quelques mots d’espagnols, tous les jours, en vue de préparer mon voyage au Mexique.

L’objectif a été atteint, j’ai largement amélioré mon vocabulaire en Espagnol, ce qui m’a permis de bien me débrouiller au Mexique.

Travailler dans le train

De la même manière, en prépa, j’ai décidé d’investir l’énorme montant de 4€ dans une bonne boîte de boules Quiès pour m’isoler du monde ambiant dans le train entre Nancy et Châlons en Champagne où j’étudiais, pour pouvoir étudier. La majorité de mes révisions en histoire-géo ont été faite dans le train (4 heures/semaine de train).

Créer ses sites Internet dans les transports en commun

Aujourd’hui, quand je prends les transports en commun, n’étant plus en prépa, je me débrouille pour avoir mon ordinateur portable chargé au maximum. Mon PC étant vieux, je tiens tous juste 1h30 avec ma batterie (vieille de 4 ans pour sa défense) mais c’est souvent suffisant, sauf pour les longs voyages – comme avion. Voyageant beaucoup, j’ai toujours un chargeur sur moi pour chercher une prise à chaque café où je m’arrête.

J’ai ainsi pu rédiger mon roman et créé un article pour un de mes sites à 33 000 pieds au dessus de l’Atlantique en allant aux USA où j’étudie un MBA, et maintenant, avec le Wifi qui se démocratise – j’ai été dans un bus avec le Wifi à l’intérieur aux USA, ce sera bientôt le cas des avions et des TGV – sous peu que vous ayez un netbook à forte autonomie de batterie, vous pourrez travailler de longues heures sur votre site et éviter de vous ennuyer. Et même si vous n’arrivez pas à vous connecter – Wifi trop lent, trop cher – rien ne vous interdit d’écrire votre prochain article pour votre blog sur Word, et de simplement le copier/coller la prochaine fois que vous aurez accès au web…

Voila, j’espère que l’article vous a plu, et n’hésitez pas à me contacter pour toutes questions de votre part.

Bonne journée

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

19 comments

  1. Ah tiens, sympa de te retrouver ici, Martin ! Perso j’ai beaucoup de mal à me concentrer dans les transports en commun, je suis vite distrait par quelqu’un qui change de place, du mouvement, un arrêt, etc. J’aurai beaucoup de mal à y être productif. A part sur les longs trajets en train éventuellement, j’utilise le temps de transport pour me laisser aller dans mes pensées ou bouquiner. Bref, de la détente, la plupart du temps.

  2. Merci pour cet article très intéressant. Moi à part lire, je n’ai jamais su faire un vrai travail productif (d’écriture : rédaction/dissert/projets) dans les transports en commun, trop de bruits. Lire oui…et ça m’a bien servi pendant mes études de lettres, deux heures de transport par jour et une tonne de bouquin à lire, ça m’a bien aidé de lire dans les transports en commun ;-)

  3. Très bon article! Moi je suis dans le même cas, à chaque fois que je voyage (train, avion ou bus), je me dis que je perds du temps. Si je voyage durant 2 heures sans rien faire, je me dis qu’une demi-journée est perdue, et irrattrapable.
    Le jour c’est 24h, chaque heure qui se perd est de perdu à jamais.
    Merci pour ce billet!

  4. @ Franck: Bonjour Papa Blogueur, je te remercie pour l’article :)

    Juste pour l’information, en introduction, juste après Candix, tu parle d’Eric, est-ce volontaire?

    @ Jeremy: J’ai investi dans des bonnes boules quiès. Mais c’est vrai que dans le bus, c’est plus dur. J’apprenais souvent des listes de mots en espagnol ou en polonais dans le bus.

    @ Val: Merci pour ton retour d’expérience :)

  5. Je suis entièrement d’accord ! c’est fou le temps qu’on peut perdre dans les transports. Personnellement je suis un peu comme Jeremy, j’avoue avoir énormément de mal à être productif et créatif dans les transports, j’en profite donc pour lire soit pour me distraire ou m’instruire.
    L’idéal est un bon livre audio ce qui est moins contraignant qu’un livre lors des heures de pointe.

  6. @Martin : c’est corrigé, un bug de fatigue sûrement, encore couché tard dernièrement. :-(

    De mon côté je ne sors jamais sans un livre, étant étudiant, je passais les heures de transport en commun à lire dans le bus, le métro et même en marchant… encore maintenant d’ailleurs lorsque je suis seul !

  7. @Johann, le livre audio se développe de plus en plus, on en trouve même en CD maintenant. Mais lorsque j’étais plus jeune, j’en prenais à la bibliothèque mais à K7 et je les écoutais le soir dans le noir, surtout lorsque c’était L’Appel de Chtulhu (http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Appel_de_Cthulhu) ! lol

  8. C’est une bonne chose que de “rentabiliser” le temps de transport. En train, en France ou en avion, c’est facile.Par contre, dans un bus indien, c’est autre chose:-)

  9. @ Pb: OK à toi et pas de soucis :)

    @ Johann: tu t’occupe au moins. Je suis étonné de voir la majorité des gens, dans le métro/bus/train, sembler s’nnuyer et n’avoir rien à faire… Autant de divertir, se cultiver, dormir ou autre…Enfin, c’est mon humble point de vue

  10. Catia95

    Article sympa !
    Comme j’ai envie de me remettre à l’anglais j’avais justement pensé profiter de mes temps de transports pour m’y replonger en douceur en lisant un bouquin ou faire qqs exos de grammaire.Ca sera toujours plus rentable que de lire un magazine people ou regarder dans le vague!:)

  11. fraZck

    Travailler dans les transports en commun oui quand la durée le permet. En ce qui me concerne, j’ai 10 minutes de bus puis 25 minutes de RER ce qui me fait 35 minutes aller (et donc 35 retour). Par contre, je ne peux pas travailler dans le bus car la durée est trop courte ou alors je suis debout (je lis quelques mails sur mon iPhone). Valable à l’aller comme au retour. Pour les 25 minutes dans le RER, en général je lis un livre car il y a trop de bruit et d’arrêts (5 arrêts avant ma descente). Parfois, il est même difficile de lire à cause de personnes qui discutent et ont une voix qui porte. Dans ce cas, j’observe, j’écoute, je pense, … C’est pour l’aller. Au retour, en général, le RER est blindé. Il est donc difficile de (juste) bouger. Alors, j’observe, j’écoute, je pense… Parfois, je pourrais lire ou faire autre chose, mais j’aime rester à…rien faire, juste regarder les gens, les écouter et même discuter avec certains (c’est beaucoup plus difficile car les conditions ne sont pas forcément les meilleurs pour engager une conversation).
    En bref, travailler dans les transports en commun, pour moi c’est plutôt non…surtout que je me rends au…travail ;-)

  12. Moi dans le train, je dessine, et ca tombe plutôt bien parce que c’est souvent à ce moment que je trouve des idées pour mon blog.

  13. MissHeju

    Merci de tous ces conseils. Mon expérience dans les transports : je suis très iphone, quand il n’y a pas assez de réseau. J’écoute des podcasts soit audio soit video. J’étudie des alternatives de trajets en consultant le site RATP soit sur l’appli soit sur le web mobile. Je ne fais pas trop de jeux car cela demande de l’attention et on peut louper des stations. Une partie de solitaire semble un bon compromis. Je n’arrive pas à travailler dans les transports. Il faudrait que ce temps soit long et régulier.
    En retard, j’ai tenté de me connecter à des ponts téléphoniques mais sans touche “mute” qui supprime les bruits. Je suis vite prier de me reconnecter du bureau. Parfois quand j’ai les sous, j’achète des livres audio sur itunes mais c un budget de 20 euros donc je limite à des auteurs dont jm le style. Je caresse l’idée d’avoir un blog, malheureusement, en bonne dilettante, je suis très adepte de la procrastination. Je ne contrôle pas tout à fait l’ennemi numéro 1 mon dispersement. Je me suis offert mon premier ordinateur en novembre dernier. Donc Qui sait, un jour peut-être, je serai lu.

  14. Encore faut il ne pas être malade en transport…
    Mais sinon c’est un moyen de gagner du temps et d’avoir plus de temps libre pour la famille…

  15. J’ai aussi pensé à tout ça mais 30 minutes debout, tassée entre une vitre et 20 personnes debout dans un wagon blindé, c’est difficile de rédiger un article :/

  16. LOL j’ai le choix entre matter le gros qui pue pile a hauteur de mes narines et le troupeau de racaille qui nous saoule avec leur musique de kéké LOL

    • il n’y a pas de beaux petits mecs dans le métro ? Sinon … va à pied ! mdr