ado qui fume

L’autre jour, au parc, mon regard c’est posé sur un groupe de garçons pré-ados, pas plus de 11 à 12 ans en tout cas, assis sur une bordure de pierre discutant joyeusement bout de gras. Jusque là tout va bien me direz-vous, oui jusqu’au moment où l’un deux c’est retourné en portant à sa bouche une CIGARETTE faisant le fier, crapotant et défiant ses compères du regard, telle une scène d’un téléfilm sur la Une un dimanche soir d’hiver.

Je suis peut-être un vieux râleur, un papa la quarantaine mais tout de même quoi, fumer à 11 ans ! Et mon regard c’est tournée vers mon grand de 9 ans, d’1m52, arrivant au menton de Madame Maman (j’ai encore de la marge ;-D) qui côtoiera un jour des gens et surtout des enfants/ados qui fument… Et ça fout les boules !!!!!

Chez nous on ne fume pas

Je ne dirais pas que dans ma jeunesse je n’ai pas testé au lycée une cigarette ou deux, et que durant mon service militaire je fumais la pipe en attendant le train sur le quai l’hiver, un autre cliché de film, surtout qu’il faisait froid. Je ne pourrais donc pas jeter la pierre, surtout que j’ai toujours connu mon père fumer le cigare ou la pipe. D’où cette envie à un moment de le copier. Mais je n’y ai jamais trouvé quoi que se soit d’intéressant autant par plaisir et encore moins financier.

Depuis cette époque c’est ZERO tabac à la maison et ma femme c’est pareil. Pour nous le tabac c’est nocif, couteux, puant, n’offrant aucun intérêt. Mais ce n’est pas l’avis de tout le monde et nos enfants auront contact avec ce « tout le monde ».

Alors comment réagir si j’apprenais qu’un de mes enfants fumait ?

Surtout s’il est jeune ! Entre la mode, l’envie de copier, de se démarquer, passer à la emode de la cigarette électronique, les enfants sont facilement ouvert à « tester » et malheureusement souvent devenir accro. Les dernières publicités sur grand écran le prouvent bien, pourquoi se mettre des chaînes si les jeunes veulent la liberté ?

Oui parce que si le tabac n’avait pas de conséquences, hein, on sen ficherait et tout le monde ferait de jolis rond dans le ciel et autres figurines nuageuses à la Gandalf ! Mais le tabac tue et dans notre famille on a des exemples ! De plus, il rend aussi stérile et moi je veux des piti-nenfant ! Les fumeurs puent de la gueule (et leurs habits aussi) et ça donne mal à la gorge. Mais fumer ça fait bien et il parait que ça calme, alors les ados testent…

Alors que faire ? Expliquer ? Menacer ? Punir ? Rugir de rage ou pleurer de désespoir ?

Je part facilement en live. Et si j’apprenais que mon Grand ou les suivants fumaient, je ne réfléchirais pas vraiment et je suis sur que certaines de mes paroles dépasseraient le cadre de mon cerveau. Ce n’est donc pas négligeable d’y penser avant, de réfléchir en couple et d’établir des règles et de la prévention.

C’est exactement ce qui est arrivé à mon frère lorsqu’il était jeune ! En écrivant ces mots je m’en souvient, même s’il avait quelques années de plus. Il est devenu blanc lorsque ma mère, par pur hasard, à trouvé dans la poche de devant de son blouson jean un paquet de cigarettes entamées ! Ce qui en a suivit ? Je pense qu’elle n’a pas voulu réellement comprendre elle lui a tout de suite sorti :

« C’est quoi ce paquet de cigarettes ?

« Se sont mes copains, ils m’ont demandé de le garder pour pas qu’ils se fassent prendre. A-t-il rétorqué plus ou moins sincèrement.

Et puis plus rien, ou presque, petit sermon tout de même sur les dangers du tabac, et désir hardant de ne plus trouver quoi que se soit s’approchant de ce qui pouvait se fumer dans ses affaires, en gros « ne fumes pas, c’est dangereux » et bonus, ne plus accepter d’être le support des frasques de ses « copains ».  Je ne l’ai plus jamais revu avec une cigarette dans sa bouche, mais bon je ne vis pas avec non plus, depuis il vit sa vie.

Est-ce un bon exemple ? Cela a-t-il suffit ? Lorsque je le vois il ne fume pas, alors je dirais oui sûrement….

Mais et moi ? Et Madame Maman ? Nous ne réagirions pas aussi calmement je pense.

Pourtant, interdire à un enfant, un pré-ado ou un ado de fumer c’est le pousser dans ses retranchements, lui donner le billet gagnant pour qu’il recommence, juste par confrontation et désir d’autonomie. D’ailleurs, si moi-même j’ai testé, pourquoi ne pourrait-il pas ? Mais entre le fait et le voir, il y a une différence notable ! Et je pense que c’est surtout l’âge et la peur des conséquences, surtout actuelles, qui font peur.

Discuter en prévention est une bonne solution. Mais évitons le sermon moralisateur à 2 balles ! Parlons des conséquences mais aussi du pourquoi ! Si on le surprend à fumer, je pense que je lui poserais ces questions :  y prend-il plaisir ? Comment finance-t-il son tabac ? Est-il au courant des effets néfastes de celui-ci ? Se sent-il mieux auprès de ses copains s’il fume ? Ou pas ? Etc. Pas tout à la fois hein, c’est pas non plus un interrogatoire en règle.

Nous avons déjà abordé à la maison les conséquences sur la santé. Mais on pourrait aller plus loin et montrer des photos de poumons tout plein beurk sur le Net et parler des cas de membres de la famille décédés suite aux cancers des poumons. Leur manque maintenant s’ils n’étaient pas au ciel, ce qu’ils auraient pu leur apporter en étant présent, etc. Il ne faut pas penser qu’à l’immédiat et le plaisir offert, mais aussi au futur et aux générations suivantes, le rôle qu’on pourrait y jouer tout comme à sa propre santé.

Et vous, comment réagiriez-vous et aborderez-vous le problème du tabac avec vos enfants ?

 

 

Tous les jeudis (ou presque), ça causera « éducation » sur WonderMômes,
c’est ma participation à son rendez-vous !

les jeudis éducation de Wondermômes

 

Les jeudis éducation c’est aussi chez : 

Étiqueté dans :

, , ,

À propos de l'auteur

Papa Blogueur

Blog d'un papa de la métropole lilloise.

Voir tous les articles