Près d’un quart des Français sont aujourd’hui célibataires (21%). Des coeurs à prendre, ou des défenseurs acharnés d’un nouveau style de vie ? Si vous aussi vous êtes célibataire, et que vos amis et votre famille vous harcèlent pour vous « caser », mon partenaire va vous fournir les armes nécessaires pour vous défendre. Avec des arguments les plus éclairés pour défendre votre situation. A une époque de binge drinking et de speed dating, le célibat est incontestablement un contre-pied à cette nouvelle mode de la consommation des coeurs et des relations jetables.

L’homme révolté camusien ne serait plus aujourd’hui celui qui préfigure les barricades, mais celui qui dit non à la nécessaire mise en ménage. A l’époque des sites de rencontre, comme meetic.fr, ou autre adopteunmec.com, tous référencés et comparés sur des sites comme expertsenamour.fr, le célibat relèverait bien plus du choix de vie que du manque d’offre.

Pour celles et ceux qui souffrent de ne pouvoir l’expliquer, voici tout ce qu’il vous faut savoir, pour ne plus jamais répondre cette phrase surannée : « On est mieux tout(e) seul(e) que mal accompagné(e). »

La pensée épicurienne au secours des célibataires

C’est Lucrèce, pour les Anciens, qui vole au secours des célibataires. Lui, qui développe l’idée que l’amour est « asocial », en ce qu’il éloigne les amis les uns des autres, et qu’il tourne la tête des hommes à leur faire perdre leur bien et oublier leurs devoirs.

Par conséquent, le célibat permet de conserver d’excellentes relations sociales, en faisant privilégier l’amitié, la camaraderie (philia) sur les pulsions libidinales (eros) qui créent, au mieux un relâchement des relations, au pire une fracture définitive.

Il est connu que les amants s’oublient du monde, et laissent les autres en dehors d’une vie devenue bien remplie par les sentiments, et bientôt par de nouvelles obligations. Celles que font naître les enfants.

D’ailleurs, si le célibat induit souvent une absence d’enfantement, détresse absolue de la vieille mère qui attend impatiemment son nouveau statut de grand-mère, le risque démographique qu’elle porte alors comme un étendard, doit être relativisé.

L’absence de loi contre les célibataires

« Pensez à la démographie ! » disent ceux qui sont versés dans la statistique ou dans la géographie. Avec environ 7.8 milliards d’humains sur Terre, on se demande où se trouve le risque pour la démographie.

Pour développer une meilleure argumentation, on peut citer l’absence de taxes sur les célibataires, une forme d’imposition qui a existé !

Elle s’est ainsi retrouvée à Rome, en l’an 9, en Angleterre, en 1695, ou encore aux Etats-Unis, dans l’Etat du Missouri, en 1821, quand ce n’était pas en Afrique du Sud, en 1919, pour essayer d’imposer aux Blancs un enfantement plus conséquent. 

Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour mettre papa dans maman ? Mais, que pouvons-nous conseiller aux femmes, elles que l’on voit comme des vieilles filles, des catherinettes?

Mesdames, inspirez-vous de Gabrielle Suchon

Fer de lance du féminisme, Gabrille Suchon refusait déjà « de se ranger », dans les années 1700. C’est dire le culot ! Cette féministe enragée, en a écrit un traité, intitulé Du célibat volontaire ou la vie sans engagement.

Elle y disait du célibat qu’il s’agissait d’une « vie heureuse » et d’une « vie désirable ». Toutefois, n’allez pas imaginer qu’il s’agisse ici d’une vie de débauche, de plaisir de la chair pour un soir, avec quelque autre célibataire.

Sa vision du célibat, au moins officielle, est celle d’une vie propre à la pensée abstraite, contemplative et introspective. Elle écrivait ainsi : « quoique cette vie paraisse extraordinaire, néanmoins elle n’est pas impossible ; et je la trouve fort propre au célibat, dans lequel étant sans mari, sans enfants, et sans attachement aux affaires temporelles, l’on peut donner tout son temps, et toute l’application de son esprit aux choses graves et sérieuses. »

Pourtant, cet idéal ascétique est-il bien ce que plus de 20% de la population française recherche ? Evidemment non ! Si un citoyen sur cinq agissait conformément aux canons d’une pensée philosophique, cela se saurait !

Dites oui à la vie en couple

On peut bien louer le célibat, comme les hédonistes de la Grèce ancienne, ou même en faire l’apologie, comme Gabrielle Suchon, mais les choses peuvent vite devenir ennuyeuses.

Permettons-nous de laisser libre cours à nos pulsions, et de préférer l’idée d’un William Godwin : « Le célibat rétrécit et paralyse l’esprit, et le prive des plus précieux sujets d’expérience. ».

Nous n’allons tout de même pas mourir célibataire et sans enfant, comme un Jérémy Bentham ? Ou refuser la vie de couple sous prétexte qu’elle peut être douloureuse, et vivre dans le renoncement à l’amour, comme un Jacob Burckhardt, sous prétexte que sa bien-aimée, Margareth Stehlin, lui a préféré un banquier Suisse ?

Non ! Vivons ! Et en ce XXIème siècle, époque par excellence de la vie numérique, rendons-nous depuis notre petit chez soi, sur ces plateformes de rencontre en ligne. Comparons-les en un seul coup d’oeil avec Experts En Amour, et lançons-nous !

La discrétion de ces applications fera que personne ne le saura, et que vous pourrez continuer de porter haut les valeurs du célibat, avec des arguments bien mieux sentis cette fois.

Lorsqu’enfin vous aurez trouvé l’heureux ou l’heureuse élue, il sera toujours temps de sortir du bois.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

À propos de l'auteur

Papa Blogueur

Blog d'un papa de la métropole lilloise.

Voir tous les articles