Burnout mère de famille en soirée

Il y a peu sur Facebook, j’ai lu un message d’une maman précisant que ses soirées d’été à s’occuper des marmots toute la journée, c’était horriblement plus dur en comparaison des soirs de l’année, une fois rentrée du boulot, même si c’est le rush journalier du « bain / devoirs / repas / jeux éventuels / couché »…

Inversement, durant l’année, elle rêve d’être en été pour profiter des vacances et espérer naïvement que les enfants soient assez crevés pour aller pioncer à 20h00 tapante afin de lui laisser une vie de couple estivale Mijito à la clé. Mais c’est comme le loto, on peut toujours rêver.

En sommes-nous jamais content ou est-ce…

… l’effet Burn Out du soir !

Bon d’accord, certaines personnes ne sont jamais contentes. Mais, l’autre cas, le « Burn Out du soir », a l’instar de ceux qui pêtent un câble au boulot, éclatent chez certains parents. Visible surtout chez les mamans (« at home« ) ou « au taff« )), car une fois leur journée achevée, elles ont sur le dos une ribambelle de fous-furieux(-ses), voire du mari en plus de la maison à gérer !

Il suffit d’un rien pour que tout éclate, on cri, on hurle, on se fache, on dit des mots… on brûle !

mère au foyer, mère au travail burn out de la femme

Pourtant le matin, généralement, le moral est là, on se dit « aujourd’hui sera le bon, je ne ferais pas les erreurs de la veille ». Le soir venu, les baskets du grand traînnant au milieu du salon, les traces du goûté non nettoyées sur la table au moment de poser les couverts du dîner ou encore les poubelles qui débordent comme si personne ne s’en rendaient compte sont autant de petites tracasseries qui poussent à bout !

A lire aussi :  Quel cadeau de noël pour un ami ?

De la fatigue à l’indifférence.

L’irritation et la fatigue s’installent et deviennent des amies de tous les jours que l’on finit par détester lors d’un Burn Out.

Déprime et démoralisation s’invitent incidieusement devant les tâches qui s’accumulent et le non-respect envers le travail accompli.

Le comportement parfois excessif des enfants n’arrange pas les choses, « Ailleurs cela doit être mieux, plus facile, pourquoi chez moi ? Pourquoi les miens… ? ».

On ne se reconnait plus, on se dévalorise à tort « je n’arrive plus à gérer, je suis nulle, untelle à l’école arrive à tout faire pourtant, je suis une mauvaise mère ».

Etc.. Je ne vous fais pas un dessin, vous connaissez la musique.

Demander à être reconnu et remercié mais surtout demander de l’aide.

Et pourtant, il suffit parfois de quelques mots, d’un compliment, de quelques heures par semaine « pour soi » afin de recharger ses batteries.

Car il est bien beau d’accuser « les enfants », après tout on les a voulu ! Et les enfants sont des enfants après tout. On ne peut pas  passer l’éponge sur tous les défauts et travers, mais leur vision du monde n’est pas celle d’un adule. On se bat tous les jours afin qu’il s’habille, mange à table, tire la chasse d’eau, éteignent les lumière de leur chambre, etc.

Un peu d’aide et de reconnaisance seraient donc la moindre des choses… provenant du coinjoint et de la famille.

 

Crédits photos : http://www.sxc.hu/

Envoi
User Review
( votes)

Étiqueté dans :

, , , ,

À propos de l'auteur

Papa Blogueur

Blog d'un papa de la métropole lilloise.

Voir tous les articles