maman au boulot, maman au foyer

Un jour, j’ai écris un petit mot sur les mères au foyer, vous savez « celles qui ne foutent rien de leurs journées« , depuis, je me suis promis d’écrire une petite bafouille sur les mamans salariées devant gérer leurs marmots en prime. Mais comme tout à chacun, et surtout en tant que parent débordé, j’ai… zapé ! Merci donc à Melle Mam de m’avoir rappelé la chose avec son article « Poussez-vous, laissez passer PAPA ! »… visez les commentaires pour mieux comprendre.

Note au passage, ce n’est pas un article « maman au foyer VS maman qui bosse », c’est juste une mise au point envers les gens bavant sans raison sur le dos des autres… 

Tu es maman et tu as un boulot, et tu oses te plaindre ?

La maman qui travaille… d’une part elle n’a pas forcément le boulot de ses rêves, c’est un peu comme le Prince charmant, de loin, sans jumelle et dans le noir, il parait idéal, mais une fois la signature apposée en bas du contrat « dans 5 ans (ou moins) tu deviendras salariée, mère au foyer, bonne à tout faire et en plus tu te feras critiquer sans pouvoir répondre ! », c’est pas forcément le petit monde de Cendrillon. J’extrapole, il y a des familles qui sont heureuses dans le meilleur des mondes, heureusement d’ailleurs.

fatigue de la maman au travail

Son boulot, c’est pareil, après un bac +27, des idéaux plein les mirettes vendus par de profs payés pour la rendre naïve au monde du travail, la future maman en puissance se retrouve agent immobilière (hein Karine ? lol), ou encore chargée de projet sans grand avenir et progression dans une boite de misère… Bon passons, c’est un autre débat/constat sur la parité du monde du travail, rien à voir avec mes propos de ce jour.

Puis un jour, ses hormones lui jouent des tours à cette jeune femme, et dans son coeur/esprit/âme (ou sous pression de son entourage ou parce que Dame Nature lui a envoyé une mouette / cigogne à la mauvaise adresse) elle se dit « Et si on faisait 1/des gosse(s) ! ». Houllllàààà mais qu’as-tu pensé là jeune fille ?

Revenons à nos bébés moutons, famille classique, 1 marmot (ou plus), 1 chien, 1 belle-mère chieuse qui viendra pas aider, et… mon dieu, 1 boulot !!!!

Bon, déjà il a fallu faire avec une fois l’annonce de la surprise… dans le Kinder sur pieds. Parfois ça se déroule réellement comme sur un nuage, parfois… non. Sigh !

Maintenant faut gérer le marmot. Il n’a rien demandé lui, on peut pas le laisser miauler dehors, comme le chat, en attendant le soir pour lui donner sa pâtée.

Des nuits blanches plus tard, une crèche / nounou / garderie / mamie trouvée afin de s’occuper du bénie des dieux, la maman, la mort dans l’âme, s’en va gambader, telle la petite biche, légèrement (beaucoup) moins naïve de sa vie, derrière son bureau ou tout autre mode de travail.

Ah oui mais lorsqu’elle se plaigne de devoir courir partout on lui répond « oui tu as un boulot toi ! »… et alors parce qu’elle bosse cette jolie maman, elle doit se tairepour autant ?

La maman multitâches, proche du burnout

La maman qui bosse, voit son planning devenir celui d’un ministre et si, en plus, son homme ne l’aide pas à la maison, elle se doit de la tenir du mieux qu’elle peut. Tout en préparant les repas, torcher les gosses, surveiller les devoirs du plus grands, et jouer avec le second de peur qu’il s’en aille faire une bêtise derrière son dos.

le burnout de la mère de famille qui travaille ou au foyer

Le soir venu, elle retrouve son lit douillé vers 21h00 maximum, laissant son homme seul devant l’ordinateur, la télé ou sa console. D’ailleurs grand bien lui fasse, au moins il ne l’a harcèlera pas pour lui faire l’amour, trop naze pour cela, et la peur des « nouveaux bébés », rhaaa, non rien que d’y penser, kssssssssssss, kssssss, vadé retro homulus bitus ! D’ailleurs, elle lui a tatoué sur le bras « plus de sexe après 21h00 !« , ainsi la messe est donnée !

Au bout d’un moment, lorsqu’il y a sur-plein, elle va voir son médecin… il ne peut rien lui donner, elle fait pas de dépression, simplement une grande fatigue « faut vous reposer madame, faites du sport, pensez à vous, trouvez quelqu’un pour garder vos enfants »… Mais oui, et la marmotte elle emballe le chocolat ! Elle trouve où le temps de faire tout ça, et si elle avait quelqu’un pour les garder ses mioches, bah oui fallait pas en faire après tout, tu crois vraiment qu’elle demanderait de l’aide ? Pffff… Jamais comprises ses mamans qui bossent…

Pourquoi elle bosse la maman d’ailleurs ? Hein, pourquoi ?

Le monde est dur, la vie est rude, l’euro a tout bouffé ! La baguette et à 1€20 voire 1€60 soit près de 10 francs, houaaaaaaa ! Il y a 10 ans, on n’aurait jamais vu cela !

Les enfants ben ils mangent aussi, grandissent (trop vite) et que les habits, ça tombent pas des arbres (sigh !). Et les factures, hein ? Quoi les factures ? Il y en a toujours trop, les trucs imprévus, la carte du sport qu’il fallait pas prendre au début mais qui coute tout de même 40 euros obligatoire, la tombola pour le second, les articles scolaires achetés l’été, mais changement de maîtresse, c’est plus les bons, etc.

Par ailleurs, d’un autre côté, le travail c’est enrichissant, cela permet aussi de faire autre chose que « maman », d’être reconnue pour ce que l’on est et de valoriser ses compétences autres que nounou/boniche/poupée gonflable !

La farandole des « et si » et autre angoisse de la maman

Avoir un job et un marmot, ce n’est pas si simple que cela. L’angoisse commence et les « et si » s’amusent à lui perforer le reste de son cerveau délavée par la grossesse :

  • et si le boss refuse mon congés pour le rdv chez le pédiatre à 16h47 exactement, à l’autre bout de la ville ?
  • et si la nounou m’appelle pour me dire qu’il a fait 4 diarrhées en 2h00 et qu’il faut venir le chercher ?
  • et s’il faut remplacer la collègue malade (partie faire les soldes) en urgence, argh, la garderie fermera pendant ce temps, comment gérer ?
  • et si le métro tombe en panne, le réseau ne passe pas, impossible de prévenir la crèche du retard, facturation à 300% par 1/4 d’heure de retard et encore, c’est quoi déjà le règlement, 3 fois en retard et le mioche est à la porte ?
Pour résumer, les horaires de la maman n’étant pas flexibles à souhaits, elle devra trouver une solution afin :
  • de conduire (ou papa) son enfant le matin,
  • le garder lorsqu’il est malade,
  • le chercher (ou papa) le soir,
  • gérer les rdv docteur (c’est exaltant avec plusieurs gosses), les urgences, les courses, les retours à la nounou car on a oublié le sac à langer ou le doudou en unique exemplaire, trop fatigué pour vérifier en partant,
  • etc

Pour conclure, beaucoup de mères au foyer d’ailleurs rêvent de trouver un job mais n’ont aucune solution pour garder leurs cocos, et, le coeur lourd, elles envient beaucoup les mamans qui bossent. A l’inverse, certaines mamans qui sont obligées de travailler rêvent de rester chez elle pour être mère au foyer. Il n’y a pas de milieu, il n’y a pas de justice, on fait ce qu’on peut et on dit « merde » à ceux qui comprennent rien !

Mesdames mamans, chérie, …

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

41 comments

  1. C’est article est criant de vérité. Il faut prendre la vie avec philosophie (même si parfois ce n’est pas évident) et gérer les choses comme elles viennent.

  2. Sheily

    Je crois bien que tout est dit !

  3. En sommes, pour résumé, on n’est jamais vraiment contents de ce qu’on a non?

    • oui et non, en fait c’est aussi notre société française qui a fait de nous des gens râleur et plutôt pessimiste

  4. Merci, bravo! Que tu sois sanctifié pour cet article! Tu as vraiment tout compris aux femmes! Tous mes compliments pour cet excellent article où je me suis entièrement reconnue!

    • et bien il faut dire qu’à la maison c’est pas facile tous les jours et étant jeune j’ai vu aussi avec ma mère au foyer et trois enfants aussi

  5. Un sujet d’actualité puisque je viens de reprendre le boulot après mon congé parental et que je me plains car j’aurais aimé restée plus longtemps chez moi !
    Un bel article !

    • il y en a beaucoup comme cela, à mon boulot aussi, ensuite elles sont contentes aussi de faire autre chose que du « maman au foyer » enfin pour certaines

  6. euh…désolée pour les fautes d’orthographes… c’est justement la reprise du boulot qui me fatigue ;-)

  7. Mince je ne bosse plus.. mais j ai deux gosses, une chienne qui pue, un Ours post ado, des parents..
    Lol, bien dit en tout cas !!!

    D.

  8. 1 mari, 2 terreurs, 1 job d’ intérimaire, aujourd’ hui j’ me bat, non pas pour avoir du temps pour moi mais pour avoir des certitudes ! Difficile de trouver un job avec 2 enfants, j’ ai cherché durant 1 année, aujourd’ hui que j’ en ai un, difficile d’ avoir une nounou, être intérimaire c’ est bosser des fois 35h par semaine, et d’ autre fois 2h dans le mois. Et le contrat nounou dans tout ça ! Bref, heureusement j’ ai un homme aidant, et une belle maman présente ! Ouf !!! En tout les cas j’ aime ma vie à 100 à l’ heure, ensuite ce n’ est que l’ début, on en reparlera dans 5 ans ! Parce que c’ est bien beau de bosser, mais comme tu le dis si bien, il est loin le job de mes rêves …

    • la famille c’est un bon soutien lorsqu’il y en a, nous on en a plus malheureusement… bon courage à toi

  9. Tout est dit : il n’y a pas de solution miracle!
    Ah, si, j’ai des collègues qui ont trouvé LA solution idéale pour elle : travailler à mi-temps.
    Quant à moi, je suis heureuse de ne pas avoir d’enfant, avec mon emploi du temps très chargé, je ne sais pas comment je ferais!
    Quand le moment se présentera, il nous faudra une bonne organisation : je ne me vois pas cesser de travailler et je ne me vois pas gérer un temps complet avec un bébé!
    Malheureusement, mon homme ne renoncera pas à son travail!

    • sinon… gagner au loto pour ne plus bosser et rester ensemble en famille mdr, ou payer quelqu’un pour être nounou à domicile, une belle jeune suédoise pour monsieur, non ? OK, je sors mdr

  10. hole ywood

    j’ai été maman au foyer pdt 6 ans,j’ai 3 enfants, j’ai repris le boulot il y a 9 mois….(en plus avec des horaires du style je commence a 5h45 le matin,ou je finis a 20h le soir,le papa a ce style d’horaire aussi) sauf qu’en prime je bosse le samedi et le dimanche) les 2 articles me parlent… lol, je crois que le bon compromis serait un mi temps , mi maman au foyer, mi maman active….

    • et le mieux, comme précisé plus haut, que les papas s’impliquent plus, le hic, c’est que les hommes, pour la plupart, sont des ados attardés ou alors des macho fils de macho… je suis peut-être à part, un peu macho quand même, j’aime jouer aussi, mais je pense aussi à ma famille, je suis en CP le mercredi à 80% par exemple

  11. Ah j’ai adoré cet article . D’abord parce qu’il est très fin sociologiquement et que c’est un peu l’histoire de beaucoup de femmes aujourd’hui . Mais aussi parce qu’il a été écrit par un homme et je te jure on pourrait croire que tu es habité par Marlène Schiappa , fondatrice du reseau maman travaille. J’adore ton empathie, diffuses cet article partout car il est criant de vérité.
    Juste merci pour nous !

    • merci pour la diffusion, cela faisait longtemps que je devais l’écrire, à la suite du premier en fait, mais je n’ai jamais eu le temps. lol
      Je ne connais pas Marlène Schiappa, je vais me renseigner sur son sujet.

  12. laurent de 500K

    C’est clair, la plupart des gens subissent. Ma femme est heureuse de retourner bosser après un congé maternité (mais heureuse d’être en congé maternité quand c’est le moment), et ne se verrait pas mère au foyer.
    Un bon truc pour se donner du courage : penser aux personnes qui élèvent seules un ou plusieurs gamins !

    • les deux sont difficile car c’est toujours la femme qui doit s’occuper des enfants, inversons un peu et nous verrons combien de père qui râleront passé une journée entière avec tous les enfants

  13. laurent de 500K

    Pour ma 1ère fille, j’ai testé le 80% pour la garder un jour par semaine pendant ~6 mois. Oui c’était dur car elle était pas facile de caractère.
    Depuis 2 ans, pour la seconde puis la 3ème, je me suis remis à 80%, mais là ça été bcp plus facile, les deux ont un caractère facile, les garder c’est du bonheur. Du coup, on a même le temps de travailler encore plus qu’avant (mais sur d’autres choses), formidable ! j’avais écrit un article sur mon blog sur le concept du « jendredi » et le bon plan de bosser à 80%, après 5 jours de la semaine ça ne me plairait pas !

    • je pense qu’au moment de reprendre mon 100% j’aurais bien du mal, mais impossible de changer mon contrat de travail pour du 80%, le CP passe mais c’est tout O_o

  14. Bonjour,
    La maman multitâches souffre beaucoup, elle est tout le temps occupée. Elle doit savoir partager son temps entre son travail, sa famille et ses amis.
    Sophie

  15. Bonjour,
    Je suis une maman qui travaille. C’est vraiment très fatiguant de partager le temps entre la maison et le travail.

  16. Laurent

    Avoir un marmot et devoir s’en occuper tous les jours est un travail de longue haleine pour une maman qui travaille (ou pas d’ailleurs). Malheureusement, il y a des gens qui ne comprennent pas cela. J’ai envie de dire, vive les supermamans !

  17. Bonjour,
    Je veux saluer les mamans multitâches. Travailler, faire les courses, s’occuper des enfants sont des tâches pénibles à faire chaque jour.
    J’ai envie de dire mille merci à maman et à toutes les mamans du monde.
    Emilie

  18. Pingback: Congé parental d'éducation, les papas aussi peuvent en prendre | Papa Blogueur

  19. Pas facile de concilier ses rêves de carrière, sa vie pro ou sa vie de maman au foyer avec la gestion des gosses…j’en sais quelque chose !

  20. diamanta0801

    Un superbe article dans lequel je me suis reconnue… Je ne travaille pas mais je cherche et même que j’ai réussi à avoir un entretien d’embauche. Inutile de te préciser que je l’ai eu car je n’avais pas mentionné le fait que j’ai un enfant de 14 mois ^^ Quand on en vient au fait « Pourquoi n’avez-vous pas travaillé ces 2 dernières années…? « J’ai eu un enfant »… Et là, tout s’effondre! On vient confiante pour affirmer ses convictions, son besoin de se sentir utile et d’avoir une vie sociale (enfinnn) et finalement on est persécuté par des questions sans fin (comment vous allez faire pour le faire garder? Ca fait pas trop loin pour vous? Dans notre entreprise les femmes représentent 1/10ème de notre effectif… C’est un boulot macho… Et les horaires ne concordent pas avec une vie de famille! Comment vous le ressentez? Brefff… Pourquoi m’avoir accordé un entretien d’embauche si c’est pour m’assaillir de questions???!!
    Finalement, complètement dépitée, je perds confiance en moi et me dis qu’un travail, c’est trop compliqué… que je n’y arriverai jamais, que je suis bonne à rester à la maison, au moins je suis utile à mon fils et personne ne me fait la morale… :(
    Comment un entretien d’embauche (l’espoir de travail, de renouveau, d’aventure) peut anéantir tous mes espoirs en l’avenir et la confiance que j’avais de mon image, de moi-même…
    Une femme à la maison avec des gosses, c’est pessimiste… pourtant c’est la plus belle chose qui existe : donner la vie !!
    Même si ce n’est pas de tout repos, que je suis fatiguée, que je prends du poids (eh oui, les soucis, ne pas bouger sauf pour nettoyer, faire à manger continuellement, et attendre papa qui rentre du travail… qui se sert de ma voiture car il essaie de s’en acheter une… Et moi et moi??
    Coincée… :( comme toujours… Et finalement, tu te rends compte au bout d’un moment que plus personne ne t’appelle si tu ne le fais pas toi-même…et t’attends impatiemment le retour de ton homme pour pouvoir enfin parler à quelqu’un mais… il est tellement crevé du travail que t’arrives à peine à lui décrocher qq phrases, ou le faire rire avec des blagues… :(
    Maintenant, je ne me pose même plus de questions, j’accepte cette situation comme si de toute façon, c’était perdu d’avance! J’ai plus la force pour affirmer mes ambitions, j’ai trop donné et je suis épuisée. Il me reste tout juste assez d’énergie pour mon fils…! Le principal !

  21. Je trouve ça tellement triste ! c’est vrai que la vie d’avant (l’euro) c’était plus facile. On pouvait choisir de vivre chichement, mais ne pas manquer de l’essentiel quand même et d’etre maman à plein temps, ce qui n’est aucunement péjoratif. Moi j’aime ça et je me fous bien que la société me prennent pour une mèmère confiturepotofeu. Maintenant je suis mémé et nounou et je continue à m’éclater le rôle de ma vie.
    maintenant, les jeunes mamans n’ont plus que le choix de tout cumuler ou de vivre sous les ponts

    • la vie est de plus en plus cher, je le vois dans mon coffre lors des courses, je paie pareil et j’ai moins, cherchez l’erreur !

  22. Pingback: Tu travailles, t’as des gosses, un mari, ...

  23. Pingback: Papa Blogueur Apprendre la patience avec nos enfants - Papa Blogueur

  24. Jerome

    Je pense qu’il peut y avoir un juste milieu : travailler de chez soi. De plus en plus d’entreprises proposent le télétravail de nos jours. Cela pourrait convenir à celles qui souhaitent travailler tout en restant à la maison.

      • Jerome

        C’est vrai, mais ce n’est pas impossible. :)