Une forme de supériorité masculine mal placée

papa en colère

papa en colère

Certains clashs à la maison ne se sont pas du seul fait des enfants. J’avoue, je suis la cause de plusieurs (beaucoup ?) situations qui « auraient » pu être évitées si j’étais un peu moins :

  • borné,
  • en colère,
  • énervé,
  • stressé,
  • fatigué,
  • c… (en 3 lettres lol) ?

Et surtout si je réfléchissais plus aux conséquences de mes actes, je mettais ma fierté dans ma poche et le pire… que j’accepte le fait qu’un Papa ne doit pas FORCEMENT AVOIR RAISON au point de vouloir IMPOSER sa vision des choses SANS écouter ses enfants (ou sa femme lol). 

Papa, arrêtes de nous crier dessus !

Dixit mon grand qui est souvent la cible de mes élucubrations vocales !

Goujaterie ? Élevé dans un monde où « L’Homme » est celui qui doit gérer, assumer être le « modèle masculin » de la maison ? Je ne sais pas, mais ce qui est sûr, c’est que parfois (rassurez-vous, pas tout le temps) je devrais plutôt quitter la pièce que m’emporter, ça serait mieux pour tout le monde.
J’ai plus de patience, surtout face à un (ou des) enfants qui n’écoutent pas, me rient au nez (c’est de début de la confrontation) où entraîne les autres dans leur délire…

Pourtant je ne suis pas un macho, j’aide à la maison, je m’occupe des enfants (j’ai même pris un congés parental à 80%!), je fais les courses, je sors les poubelles, je les emmène au sport, je joue avec eux, je suis complice, trop peut-être ? Papa Gâteau et non Papa modèle ?
Oui je sais, je pourrais en faire plus, ma femme me le rappelle gentiment, surtout en cas de fatigue, il y a manque d’aide à la maison, c’est certain, mais pas de solutions, hélas !

Alors pourquoi est-ce que je dis « non » quand cela pourrait être un « oui » ?
Alors pourquoi je m’emporte suite à une demande qui n’a pas lieu d’être offensante mais que je prend mal ?
Alors pourquoi je m’obstine à vouloir assurément avoir le dernier mot ? Surtout avec un grand qui a le même caractère buté (j’ai un clone je vous dit)

Il suffit de chercher un peu et la réponse est limpide et à la fois si affligeante… Devoir dire oui, accepter ou encore avouer avoir tort, c’est être vu comme un faible dans un foyer où « l’homme » (le père) se doit d’être l’exemple ! Oui, c’est nul, je vous le dit. Se voir démuni face aux autres, avoir une chance, par rapport au monde extérieur, de s’imposer, d’être celui qui sait « plus que les autres », que ses idées sont mieux, etc.

Le pire, c’est que je n’étais pas comme cela étant plus jeune… Avant d’être papa, j’étais cool, patient et no-stress !

Etre un papa ça n’a rien d’être une chose facile. Etre un papa, ce n’est pas que jouer avec les enfants dans la canapé avant de se coucher. Etre papa, c’est accepter aussi les différences, les caractères, le fait de voir en ses enfants des enfants et non pas de mini-adultes qui doivent faire tout ce qu’on leur demande parce que nous, parents, sommes à bout le soir et qu’on demande de l’aide qu’on a pas !

Et papa, il peut changer en mieux ?

Même s’il m’arrive encore de piquer des crises… un regard de ma femme, un remarque, et surtout une petite pensée assez claire « tu as le choix, partir en couille ou… accepter, dire oui, faire un compromis, discuter » et la situation se voit dans un angle totalement différent. Je fais des efforts pour moi, pour ma famille, pour tout le monde à la maison. Mais pas que moi seul… Avec madame, on a ressorti nos livres d’éducation positives sans violence, trop laissé tombé durant les vacances et on relis, rediscute pour cesser de vivre dans ces miasmes affreux où le moral est en berne et les nuits blanches de repenser à toutes nos conneries !

Je ne suis pas parfait, mais au moins je me soigne ! Accepter et dire oui plus souvent amène du bonheur à la maison. Il y a déjà assez de crises avec les seuls enfants, autant ne pas en ajouter. Et oui, lorsqu’on parle d’éducation positives,  les enfants seuls doivent-ils apprendre et changer ? Non, la réponse et NON, les parents aussi !

 

Crédit image : http://www.sxc.hu/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

9 comments

  1. Très bel article, plein de vérités…pas facile de vouloir changer mais au moins tu as le volonté de le faire, bravo !

    • yep pas facile en tout cas, les mauvaises manières sont très ancrées en moi O_o

  2. Un excellent billet qui me permet de mieux comprendre certaines réactions parfois excessives du Père de mes enfants. Non pas que je sois en reste, ahem, mais lui est d’un naturel beaucoup plus calme et conciliant que moi … Décidément, que c’est compliqué d’être parents! Bonne journée.

    • Comme dirait Roseline, qui tient les rênes de la collection Faber & Mazlish version française (édition du Phare), c’est déjà 50% de chemin accompli de reconnaître ses erreurs, reste plus qu’à les corriger, et c’est pas simple

  3. Pingback: Une forme de supériorité masculin...

  4. Lully Mum

    Bonjour ,
    C’est beau de le reconnaitre , merci ;)

  5. celine

    J’aime bcp et bcp se reconnaîtront autant femme que homme ;)

  6. C’est vrai que les papas peuvent faire encore plus et encore mieux :-) Mais les mamans aussi. Tiens, moi par exemple, je râle sur mon homme qui n’a pas pensé à faire la vaisselle. Mais normal il était en train de finir le dossier pour le banquier. Ou encore je râle qu’il punit parfois sans prévenir. Et il me répond « mais chérie, si on prévient toujours, ça lui laisse l’occasion de faire sa bêtise au moins 1 ou 2 fois » :-) Il a pas tord haha