Un paquet de cigarettes à presque 10 €… de quoi faire réfléchir les fumeurs ! Ils sont de plus en plus nombreux à renoncer au tabac. Entre 2016 et fin 2019, on a compté une baisse de 1,6 million de fumeurs… une performance d’une ampleur inédite depuis que l’Etat tient des statistiques sur la consommation de tabac.

Mais malgré cette baisse de la consommation, le tabac reste à l’origine de 75 000 morts par an, soit un décès sur huit des suites d’un cancer du poumon, de maladies respiratoires diverses ou encore de pathologies cardiovasculaires, selon les chiffres de Santé Publique France. Les hommes constituent environ les deux tiers des patients décédés des suites du tabagisme. Il faut noter que le tabac reste la première cause de décès évitable en France.

Une baisse inédite dans l’histoire de la lutte contre le tabagisme en France

Le prix du paquet de cigarettes n’est pas le seul fer de lance de la lutte contre le tabac. Mieux : aujourd’hui, tout est bon pour arrêter. Patchs à la nicotine, séances d’hypnose, cigarette électronique… l’utilisation de cette dernière connait d’ailleurs une hausse constante, avec +1,1 % de « vapoteurs » en 2019. « Certains veulent arrêter complètement la gestuelle, et dans ce cas, c’est le patch à la nicotine qui est le plus adapté. D’autres ont besoin de cette gestuelle tout en baissant la nicotine, et dans ce cas, c’est la cigarette électronique que l’on peut conseiller, avec un suivi de la consommation », explique le docteur Marie-Pascale Schuller, pneumologue et membre de l’Association Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive.

Novembre : le mois sans tabac s’installe

La France a lancé une nouvelle campagne dans le cadre de son action pour la lutte contre le tabac. L’Hexagone, que l’on a souvent qualifié de « cheminée de l’Europe », devient un bon élève en la matière parmi les pays de l’OCDE. Pour cette nouvelle action médiatisée, le gouvernement cible surtout les femmes enceintes, chez qui la prévalence de la cigarette reste étonnamment élevée.

La campagne intitulée « Moi(s) sans tabac » vient encourager les fumeurs à arrêter de fumer pour le mois de novembre et, pourquoi pas, à initier leur sevrage tabagique pour accueillir la nouvelle année sans nicotine. Le ministère a noté qu’il y avait cinq fois plus de chances qu’un fumeur arrête définitivement de fumer après un mois sans nicotine. La campagne a été inspirée par une initiative similaire au Royaume-Uni, le « Stoptober », qui encourage les fumeurs à éviter la cigarette pour le mois d’octobre.

Avec environ 28 % des personnes admettant fumer régulièrement, la France évolue mais reste dans le dernier tiers des pays européens en ce qui concerne la lutte contre le tabac. Par ailleurs, 20 % des mères françaises admettent avoir fumé pendant leur grossesse. Les chiffres publiés l’année dernière par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) ont montré que nulle part en Europe les femmes enceintes ne fument autant qu’en France. En effet, 17,8 % des femmes fument jusqu’au troisième trimestre de leur grossesse. Ces chiffres ont incité le gouvernement français à annoncer que les paquets de cigarettes en France comporteraient un pictogramme de femme enceinte non-fumeuse.

Les substances chimiques contenues dans les cigarettes, notamment le cyanure et le plomb, passent dans le sang du fumeur, qui fournit aux enfants à naître leur seule source d’oxygène et de nutriments. Ces substances chimiques peuvent provoquer un retard de croissance chez les bébés, des naissances prématurées et, dans les pires scénarios, une mort fœtale in utero (enfant mort-né).

La cigarette électronique : une option viable ?

Le peu d’études que nous avons à notre disposition montre que l’augmentation de la consommation de la cigarette électronique va souvent de pair avec la baisse du tabagisme. Pour beaucoup, c’est déjà une victoire, car l’e-cigarette épargne au fumeur la centaine de substances nocives que l’on retrouve dans le tabac comme le goudron et le plomb. Les grands noms du segment comme Smoke, Juul, Voopoo et surtout Vaporesso axent désormais leur communication sur la cigarette électronique en tant qu’outil supplémentaire de lutte contre le tabagisme, avec un sevrage doux et progressif. Voici la page de la marque Vaporesso sur Vapoclope.

Image par Claudio_Scott de Pixabay

Partagez cet article sur :

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.