J’ai reçu en test ce petit jeu de construction bien sympa. J’avoue que la première fois que j’ai testé Dice Legacy je me suis un peu mélangé les pinceaux, mais la seconde partie fut un peu plus intéressante. Développé par DESTINYbit et édité par DESTINYbit, ce jeu de survie et de construction dépend du résultat des dés que vous lancez.

Trailer Dice Legacy :

  • Genre : Survie, City-builder, Jeu de stratégie en temps réel
  • Date de sortie : 9 septembre 2021
  • Plateforme : PC, Switch
  • Développeur : DESTINYbit
  • Éditeur : Ravenscourt, Koch Media

Dice-Legacy, un city-builder pas comme les autres

Dice Legacy est donc un “city-builder”. Mais contrairement aux autres jeux du genre, pour effectuer les constructions, les récoltes, les combats, les défenses, le commerce, l’exploration et j’en passe (salut Jean !), les “villageois” sont remplacés par des dés.

La gestion au dés

Chaque dès possède 6 faces et donc 6 possibilités de rôles différents, même si certains dés ont plusieurs fois la même face. Cela serait si simple si chacun de vos dés n’avait pas une durée de vie limitée. Chaque roulement de dés diminue la vitalité de celui-ci jusqu’à 0. Heureusement, il est possible de les soigner, mais cela demande des ressources en nourriture.

D’un autre côté vous êtes aussi limité au nombre de dés sur le plateau, ou plutôt exactement dans votre réserve en bas de l’écran. En effet, tant que le roulement est bon, vous pouvez en avoir plus qui travaillent. Un indicateur en haut de l’écran vous précise le nombre de vos dés par rapport au maximum, 8/12, 12/12 ou voire même 16/12. Pourquoi 16 ? Parce que j’ai placé plusieurs dès dans de longs travaux et en agissant vite, vous pouvez donc les faire tourner pour réaliser plus d’actions.

Par contre si un dé vous gêne, par exemple un dé de combattant, faites le rouler jusqu’à disparition de celui-ci. ;-D

Heureusement vous pouvez faire reproduire vos dés, et oui même les cubes font des gosses. Heureusement qu’ils ne sont pas des borgs… OK, je sors.

Un monde circulaire

Outre ce nouveau système de gestion, le monde de Dice Legacy n’est pas non plus comme les autres. Le monde ce jeu est circulaire, et plus on avance, plus on investit les territoire de l’intérieur de cet anneau.

Comme le monde est un anneau, les mouvements sont simples, on ne peut aller qu’en avant ou en arrière ! Donc tout ce passe sur le même écran avec une rotation de l’anneau en prime.

Prospérez à votre rythme

Si la première partie peut-être surprenante, il est possible à tout moment de recommencer au début. C’est ce que j’ai fait. Malgré le tutoriel, je n’ai pas fait assez attention aux besoins de mon village. D’autant plus que des conseils de construction sont donnés en haut et à gauche de l’écran. Ne construisez donc pas à tort et à travers, soyez patient car les hiver dans ce jeu sont rudes !

D’autant plus que IDce Legacy est un jeu de survie en temps réel. Certes on peut mettre la pause, mais il va falloir suivre le rythme de vos dés.

Un système de jeu évolutif

Dans Dice Legacy, vous pouvez construire des bâtiments, gérerez vos ressources, récolter, explorer, etc. Si vous suivez le tutoriel durant votre première partie, cela vous précisera en premier lieu d’emmagasiner le plus de bois et de nourriture possible. Pour cela les forêts et terrains de chasse seront vos amis.

Mais ensuite, il vous faudra des dés spécialisés vert (ouvrir spécialisé), rouge (négociant), bleu (guerrier) en fonction du rôle souhaité. Pour les upgrader, il faudra donc construire le bâtiment spécifique à l’évolution souhaité, etc.

Chacune de ces évolutions vous offrira de nouvelles actions indispensables pour évoluer et survivre. Les ouvrier spécialisés (vert) travaillerons mieux et plus vite, ils pourront aussi vous faire avancer dans l’arbre technologique, les négociants pourront faire du commerce avec les marchands, les guerriers pourront piller et défendre votre ville, etc.

La première aventure : échoué

Il semblerait que par la suite il soit possible de choisir son dirigeant et d’autres campagnes, mais pour cette première partie on ne peut choisir que le roi et la mission “échoué”.

Il est donc fort à parier que les autres dirigeants pourront offrir des bonus aux dés et pourquoi pas son propre package de départ.

Pas de panique il y a un tutoriel

Avant de vous lancer, il vous faudra choisir le mode de difficulté, pour une première partie de tenter par extrême, il n’y a pas de pause dans cette difficulté. En mode pause, vous ne pouvez réaliser aucune action mais cela permet d’une parte de mettre “la pause” (ben oui c’est le but) mais aussi de pouvoir visualiser les actions futures à faire lorsque tout part en cacahuète.

Optez pour le tutoriel si vous n’avez jamais joué, cela vous permettra d’appréhender le système de jeu pas à pas.

Une fois les premiers palabres passés, vous êtes tout de suite face à la gestion de survie/build de votre village. Même si vos “ouvriers” sont des dés, il y a tout de même des mouvements de population sur la carte. Cela donne un petit effet plutôt réaliste de la survie de votre peuple dans ce nouveau monde hostile. Si vos villageois ne vous demandent rien pour vivre, le système du jeu demandera de multiples ressources pour évoluer.

Comme précisé plus haut, pour effectuer une action, il faut placer le dé dont la face affichée correspond à l’action souhaitée. Pour cela, il suffit de le sélectionner et de le déposer là où vous le voulez.

Le gel ça pique

Mais surtout ça gel les dés !

Construire au petit bonheur la chance c’est sympa, mais avec une gestion des saisons, c’est encore mieux, non ?

Si les deux premières difficultés vous mets à l’abri des affreux sauvages qui viennent du “haut” (de l’anneau), dans tous les cas vous devrez faire face à la météo. ET lorsqu’il fait froid, il caille vraiment à tel point que les dés que vous envoyez loin récolter (ou autre action) ont de grandes chances de revenir gelés ! Ils occupent alors un espace dans votre réserve mais ne peuvent plus rouler. C’est assez gênant au final car cela limite vos actions de plus en plus.

Pour limiter la casse, il faut construire (en amont ou en dernière minute) une petite chaufferie alimentable avec du bois (que vous devez récolter en amont) pour permettre à vos dés/ouvriers de travailler. Mais attention, la zone “chaude” n’est pas très très large. Il faudra donc tenter le coup de récolter (du bois par exemple) quitte à se geler les… dés !

Heureusement, dès le printemps venus, vos dés se réchauffent et peuvent alors retourner au taff. Mais d’ici là le froid a pu ternir le moral de vos gens et plus votre peuple va mal… Plus vous êtes dans la mouise. L’autre option et de leur faire boire une petite bière à l’auberge, mais si vous réussissez à la construire avant le premier hiver, chapeau bas !

La loi c’est moi !

Une fois le premier hiver passé, votre peuple évoluera tant dans les constructions possibles que dans les lois et l’arbre technologique. Enfin ce dernier point apparaît seulement après avoir construit certaines structures.

Bref, vous passerez donc votre temps à nouveau à construire, récolter, upgrader vos dés, explorer, piller, marchander, encore récolter, transformer vos récoltes (grâce au moulin par exemple), etc. Ah oui en passant, les champs de blés de produisent pas en hiver, mais le moulin si ! Donc récolté le blé l’été et transformez-le en nourriture l’hiver ! Idem pour les herbes, etc. En gros, il faut apprendre à gérer les actions en fonction des saisons et de l’emplacement de votre ou vos chaufferies. Qui a dit que ce jeu était simple ?

Régulièrement vous aurez un choix de loi à faire. Si certaines sont très sympas, d’autres pourront faire grincer des dents. Perso j’ai opter pour chaque loi qui permet de passer l’hiver plus facilement. J’ai aussi refusé les dés bonus, avec un set à 14/12 en moyenne, c’est trop risquer d’en prendre plus.

Aïe je m’a fait mal !

C’est pas assez dur ? Plus vous évoluerez, plus vous enverrez vos dés en exploration. Sauf que parfois ils vont tomber sur un os et se faire bobo. A la seconde blessure ils sont morts. Tout comme les dés en fin de vie, il faut donc les soigner et en prendre soin, enfin si vous voulez les sauver bien entendu.
En fonction de vos ressources, il est peut-être plus simple de ne pas les soigner.

Ajoutons à cela, la famine, les maladies, les pillards qui viennent nous embêter (bon on les asticoque un peu aussi), etc. Et rappelons que le jeu est en temps réel et que la pause ne vous permet pas d’agir, juste de regarder joliment votre monde.

L’arbre de technologie

Arrivé à un certain point du jeu, vos dés “savants” vous permettront d’acquérir de nouvelles compétences. Vous pourrez faire évoluer les faces de vos dés afin de les rendre encore plus compétents, les fusionner ou encore les combiner, bref créer de super dés ! Tout cela en gérant votre petite ville qui s’étend de plus en plus et en récoltant un max de ressource pour booster vos dés.

Une autre option aussi est la possibilité de créer de super dés que vous pouvez stocker dans le but de les utiliser dans une autre campagne. Très utile pour démarrer une autre campagne avec un package ultra boosté.

Pour conclure Dice Legacy est assez intéressant à explorer. A force vous pourrez peut-être vous lasser mais je vous conseille fortement d’aller le plus loin possible pour vraiment comprendre le jeu. Par contre dans la version que j’ai eu en test je n’ai pas entendu de musique, je ne peux donc rien dire sur le sujet. Un autre hic à remonter, c’est la possibilité de reconnaître les bâtiments lorsqu’il y en a trop et surtout trop collés les uns aux autres. J’ai parfois construit en double le même bâtiment parce que j’avais oublié de l’avoir fait.

{Jeu reçu en test}

Partagez cet article sur :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.