39°C de fièvre, j’ai la crève, foutez-moi la paix les mioches !

Yeux irrités, sécheresse des yeux, test de Schirmer

papa est malade

Jeudi soir de la semaine passée, Mr Grand ne se sent pas bien, 38° à 39°C de fièvre toute la nuit. Le lendemain, on pouvait le comparer à une loque en boîte parsemé de piments rouges pas très frais.

Il rate la sortie du Centre Aéré et dort la moitié de la journée. Le docteur peut le prendre, ouf, les médicaments en prescription lui font un bien fou et cela très rapidement. Ça c’est que l’intro… Car un beau panel de virus c’est ainsi infiltré à la maison… Car pire qu’une mouche à merde s’incrustant chez toi en faisant bzzz bzzzz la moitié de la journée tout en haut de ta fenêtre (ou l’abeille c’est pareille), et que tu peux rien faire pour la virer de là, sinon avoir les nerfs en pelote, cette variation de température anté-beaux jours mixée à la promiscuité de nombreux enfants du centre aéré, a créé un conglomérat de crobes entier qui c’est attaqué à toute la famille ou presque !

En effet, Melle Petite et moi avons subit une attaque frontale samedi après midi. Tu sais là où les docteurs ont fermé leur porte jusqu’au lundi et les pharmacies tout pareil. Madame Maman c’est senti pas trac aussi, seul Mr Moyen, sortant d’une crise d’allergie (comme sa maman, ils font la paire), se trouvait en forme. Style copié/collé du Grand sur son paternel et sa petite soeur, notre corps dégagea des températures variant entre les 38°C à 39°C de fièvre du samedi soir à dimanche jusqu’à la fin de journée.

the virus

Dans mon état proche d’un camé fumant un pet mal dégrossi d’Argentine, je me suis posé la question : a-t-on le droit d’être malade en étant parents ? Et surtout sans aucune aide extérieure famille ou ami ? D’ailleurs dans ces cas là, t’as l’air d’un pestiféré, donc les lépreux, on les approche pas, hein ! Ben oui car là, c’était le week-end du 14 juillet ! Ciel bleu, beau temps, soleil et tout le tralala ! Et on a fait quoi ? Resté at homme, privé du feu d’artifice la veille au soir et de la sortie prévue le dimanche ! La tête prête à éclater au premier cri des enfants (et c’est pas faute de les prévenir, hein !), le contenu de l’estomac faisant yoyo au moindre effort et à la vue du moins aliment (mais je pouvais pas laisser Madame Maman tout faire non plus, gestion des enfants, ménage, etc). Le tout dans un brillant mélange de sueur et de frissonnements bien étudié (merci les virus O_o).

Dans un instant de pure naïveté, j’eu même gravis les marches de l’escalier afin de m’affaler sur le lit parental et de trouver un semblant de calme (car les bruits passent la porte, c’est pas comme les frontières françaises contre les radiations de Tchernobyl, mdr). Que nenni, 10 mn plus tard, Mr Moyen, sourd aux protestations de Madame Maman pas très fraîche non plus (ben avec plusieurs malades à la maison, les nuits sont dures, et je parle de la santé pas de sa beauté, si exquise, si délicate et avec une taille très en valeur dans son dernier ensemble d’été… je m’égare là, désolé lol). Devinez quoi ? Presto il a retrouvé un pisto-laser Buzz l’Eclair de la mort qui tue qui fait des « brrr » et des « zzzzuuurrgg » avec tout pleins de lumière dans la pénombre de l’escalier et de notre chambre, dont la porte était resté à moitié ouverte. même la tête sous la couette ça s’entend vachement !

yeux-malade

Soit encore, allez gamin, tu joues 3 minutes et tu te tires ailleurs (Retour vers le futur ça vous dit ? lol).

Meuh non, faut qu’il monte et descende 3 fois les 2 escaliers en criant et buzzant l’éclair à tu-tête !

Mr Grand remarque aussitôt le manège et le poursuit râlant, pestant, mordant et le poussant en réclament indûment le pisto-machin-truc à lumière. Argumentant par la force que c’est SA propriété, donné il y a 6 mois à son frère en fait, mais bon à cet âge, c’est comme les vieux, on ne se souvient que de ce qu’on veut, hein ! Et qui pleure ensuite ?

Devinez… Mr Moyen d’avoir les doigts endoloris du jouet arraché des mains, puis vint Madame Maman qui tente de régler la situation façon comme elle peut, Melle Petite vraiment pas clair dans ses bras hurlant sa douleur, sa haine contre le monde d’être trimbaler comme un sac de pruneaux et l’envie de pouvoir, elle aussi, jouer avec le pisto-machin-truc à lumière ! Bref, un joyeux moment de pur bonheur ! Y a pas un champ de stase quelque part pour mettre tout de beau monde en pause ?

Star Trek c’est du flan, mince alors…

Bon, ils n’ont pas été à ce point toute la journée, mais j’ai rêvé goulûment l’arrivée du soir pour les foutre presto au lit, où une nouvelle bagarre frère/frère à recommencé, que voulez-vous, se sont des garçons !

vomiting

Après une seconde nuit très agitée, lundi allant mieux à force de se droguer de médocs (en suivant les doses hein), direction boulot pour les parents et garderie pour vous savez qui (et les autres au CA : centre aéré) ! Car avouons, sauf cas comme le dimanche, vaut mieux pas prendre d’arrêt maladie dans la boîte (y a eu des abus, des petits notes ici et là, bref c’est un autre sujet… Certains doivent comprendre). Et ben vous savez quoi ? Malgré le travail (avec lenteur), j’ai plus récupéré au taff qu’à la maison, c’est dur à lire, mais c’est la vérité. Y a le mari de la marraine de notre fille, le marrain donc, qui m’a sorti un jour « vivement le boulot que je puisse me reposer » je comprends mieux mantenant (ils ont 3 gosses aussi). lol

Verdict du rendez-vous médical au soir même (le 39°C de fièvre d’une fillette de 2 ans ouvre de nombreuses voix dans la planning de notre médecin, enfin avouons, ses ont les vacances il y a moins de monde mdr), qui se ressemble s’assemble, Melle Petit et moi partageons avec joie une belle rhino-pharyngite et une double otite ! Ça faisait un bail que je n’en avais pas eu, étant gosse de souvenir. Et ça fait mal aux oreilles boudiou !

Voilà, j’avais envie d’en parler, c’est rigolo après-coup, mais lorsqu’on a envie que d’une chose, dormir et être en paix, je sais pas comment faire lorsqu’on est parent et « seul au monde » ! Des solutions ? mdr

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

5 comments

  1. Daddyze !

    Aie ! Dur dur… on est d’accord sur le « vivement le boulot que je puisse me reposer ». Effectivement, à certains moment le travail est plus reposant que la gestion des gnomes. Est-ce par que leur demande d’attention nous affecte plus profondément ?

    En tout cas, pas de solutions miracles. Le mieux étant simplement de pouvoir être relayé et soulagé par l’autre parent et/ou la famille ou amis.

  2. Comme je te comprend. Ici quand un enfant est malade on est parfois contraint de l’envoyer à l’école faute de mieux.
    Et quand on a pris 2 jours de congés pour les maladies des enfants 3 semaines d’affilées, il arrive qu’on aille travailler malade pour se reposer.
    Lundi : Mon fils est malade, l’école à appelé, je dois rentrer mais je termine ton dossier dès que je reviens.
    Mercredi : maintenant c’est mon grand qui est malade, je file à l’école, mais je fais ton dossier jeudi quand je renviens.
    Jeudi matin : je suis malade mais je viens faire ton dossier…

  3. kategriss@maman le tuto

    Ha ! Alors je ne suis pas folle ! Monsieur mon mari se repose plus au travail que moi à la maison avec Fiston, du boulot, des trucs à écrire, à coder et cette chaleur !

    Bref, plus sérieusement, courage, avec 3 enfants ça ne doit pas être simple. Moi avec un … ça ne me donne pas envie d’un second XD Ou alors dans 10 ans.

  4. et bien non!! Quand tu es parent tu n’as pas le droit d’être malade !! 😀
    Moi c’était hier. Coup de chaud : vertiges, maux de tête, vomissement (bon appétit), etc… (oui je passe les détails je suis sympa). Et les gnomes qui avaient décidé que c’était LE jour pour hurler, courir, faire des bêtises. Mais pouuuuurquoiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

  5. kmis

    C’est dur d’être malade ou d’avoir son enfant malade.. Mais dans ses moments là, il faut garder la tête haute 😉