Ce n’est pas un mythe, mais bien un phénomène réel sur lequel de nombreuses études sérieuses se sont penchées. La sensation de relâchement et de démotivation ressentie en hiver porte même un nom savant : le trouble affectif saisonnier, ou TAS. En règle générale, il se manifeste à l’approche de la saison hivernale, lorsque les jours commencent à diminuer, en même temps que les températures chutent et que la météo se dégrade.

En fonction de l’organisme de chacun, cette période de déprime peut se poursuivre sur plusieurs mois, jusqu’au retour des beaux jours. Pourtant, lorsque l’on sait comment le prévenir, il est possible d’affronter le blues hivernal avant même qu’il se manifeste. Pour ce faire, il faut savoir changer ses habitudes de vie, et surtout ne pas se laisser démotiver par des facteurs extérieurs.

Il existe quelques astuces à connaître pour faire face à cette période de dépression saisonnière. Nous vous proposons quelques pistes à suivre pour vous préparer.

Adapter son régime alimentaire

On le sait, lorsque l’hiver approche, c’est souvent l’occasion de ressortir les plats traditionnels, généralement lourds et conviviaux, mais aussi remplis d’aliments gras et pas nécessairement bons pour la santé. À petite dose, ces nutriments sont un véritable délice pour les papilles, mais il faut savoir se raisonner sur la consommation de ces plats, et se nourrir intelligemment afin d’accompagner le corps dans sa défense contre l’hiver.

Savoir limiter les sucres

Au-delà de l’aspect purement nutritionnel de la chose, il existe certaines substances qui ont des conséquences importantes sur l’organisme. C’est notamment le cas pour les aliments sucrés ou forts en glucides, ainsi que l’alcool et la caféine.

En plus de leur impact évident et connu sur le corps, ces aliments répandent leurs effets jusque dans le fonctionnement interne du cerveau et contribuent à la déprime hivernale. En effet, leur action provoque un déséquilibre qui perturbe certaines fonctions cérébrales responsables du sommeil, notamment.

Or le combat contre les troubles saisonniers passe par des phases de repos nécessaires. Plus celles-ci sont profondes et sans accroc, plus elles seront réparatrices et efficaces. Apprendre à raisonner son alimentation est donc une arme utile contre la déprime hivernale.

Faire le plein de vitamines

C’est une chose que l’on entend plus ou moins à toutes les sauces, mais ce n’est pas pour rien si les groupes pharmaceutiques et les professionnels de santé accordent une telle importance aux vitamines, surtout en hiver.

Avec les jours qui diminuent et le froid qui s’installe, le corps n’est plus en mesure de produire suffisamment de vitamines pour maintenir assez d’énergie. Heureusement, il existe de nombreux compléments alimentaires pour contrer cet effet et aider l’organisme à se relever.

Pour autant, il n’est pas absolument nécessaire de faire appel à ces compléments, car l’ensemble des vitamines et éléments dont le corps a besoin sont présents dans de nombreux aliments, notamment dans les fruits et légumes. Il suffit donc d’adapter son régime selon ses préférences gustatives. Il est toutefois important de savoir diversifier les sources d’apport, afin de ne pas consommer une seule vitamine, au risque d’avoir des carences sur les autres.

Apprendre à se détendre utilement

Le corps est fatigué, l’esprit n’a pas toujours la force de faire face, et il est souvent plus facile de se laisser aller, de se relâcher, que de ménager ses temps de repos. Pourtant, il peut être bénéfique de savoir comment se détendre, pour transformer ces moments en véritables instants de bien-être constructifs.

L’importance de la lumière

En hiver, le soleil brille moins fort et moins longtemps. Or ses effets sur le corps humain revêtent une importance capitale dans la création de certaines substances, qui contribuent à augmenter l’énergie.

Pour faire face à l’absence de luminosité, il est possible de remplacer la lumière du soleil par d’autres moyens, afin de continuer de ses bienfaits. C’est notamment le cas grâce aux nombreuses solutions de luminothérapie qui ont fait leur apparition depuis de nombreuses années.

Que ce soit en institut ou chez soi, il est désormais facile de suivre des séances régulières et ainsi nourrir le corps grâce aux apports de la lumière.

L’utilité des huiles essentielles

Les plantes et leurs effets sont aussi une arme très efficace pour lutter contre la déprime hivernale. Selon les propriétés de chaque végétal, c’est l’occasion d’alimenter l’organisme grâce à leurs bienfaits.

Pour cela, il existe plusieurs possibilités, comme les diffuseurs d’huiles essentielles vendues par de nombreux magasins et sites internet, ou encore l’application par massage ou en huile de bain.

Conserver une vie sociale

C’est souvent la partie la plus complexe à mettre en œuvre. En effet, il n’est pas simple de trouver la motivation nécessaire pour affronter le froid ou la mauvaise météo, surtout si on n’y est pas obligé. Pourtant, se forcer à maintenir une vie sociale et, de fait, à sortir de chez soi, permet de pousser l’organisme à rester en éveil au cours de l’hiver.

Rester au contact de ses proches

Les choses sont bien faites, puisque la saison hivernale est ponctuée d’occasions qui favorisent les réunions de famille et autres repas conviviaux. Des fêtes de fin d’année à la période des carnavals, il faut savoir profiter de ces instants pour garder le contact avec ses proches.

Si l’effet sur l’organisme dans ces conditions n’est pas évident, c’est en tout cas un moyen efficace pour stimuler l’esprit.

Faire des activités hors de la maison

On ne parle pas forcément d’aller faire une randonnée dans la neige avec des températures négatives. Pour autant, se forcer à quitter le confort de la maison, c’est aussi permettre à votre corps de ne pas trop se relâcher.

Les activités extérieures sont donc un excellent moyen de faire face à l’hiver, même si elles se déroulent dans des espaces clos, comme un cinéma, un centre commercial ou encore un bowling, par exemple.

Se préparer au bon moment

L’arrivée de l’hiver n’est pas une surprise, et son effet sur le corps humain non plus. Puisque nous le savons, et que nous avons appris comment y faire face, le plus important réside dans la motivation à tout mettre en œuvre pour affronter le blues hivernal.

Si cela demande généralement quelques efforts en début de période, faire face à l’hiver devient ensuite plus simple, dès que les habitudes sont prises. C’est pourquoi, en tenant compte du temps d’adaptation nécessaire, il est recommandé de mettre les choses en place en amont, vers la fin de l’automne, pour s’assurer d’être prêt.

Toutefois, il n’est jamais trop tard pour adopter un bon rythme de vie. Et si les effets seront sans doute limités en cas d’application tardive, ils seront tout de même plus efficaces qu’un relâchement total.

Photo de Pawan Yadav provenant de Pexels

Partagez cet article sur :

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.