restaurant

Les derniers mois avant les vacances on se serre la ceinture niveau carnet de tickets resto (sûrement la dernière année, la carte TR est en vue au boulot et les conditions sont pourraves). On profite donc de ces 15 jours de détente (hum, hum ! mdr), pour gouter et ressentir dans nos papilles les petits plats locaux… ou pas !

Je ne citerais pas de nom ni de lieu (forcément lorsqu’on lit cela), mais lors de nos pérégrinations estivales, la faim s’est invitée à la sortie tardive d’un lieu historique de la Meuse. Tout se passe dans une ville (ben oui on mange pas dans la campagne), on débouche sur la grand place, on cherche quelque chose d’ouvert, et hop on va où y a du monde. Car s’il y a du monde c’est que ça fonctionne, non ? C’est que c’est bon, le service impeccable, etc. Bref, on pense que… et à tort !

Je suis frustré de ne pas pouvoir vous dire le nom, mais bon j’ai laissé tout de même mon avis sur les sites dédiés à cela, au moins les gens seront avertis, mais ici, euh, non ça n’en vaut pas la peine. Dixit l’url ci-dessus…

Plus de place en terrasse, on a le droit à la grande salle, quasi personne dedans, tranquille pour les enfants. Mais dehors, il y a du monde, trop peut-être, on aurait du… Oui on aurait du demander la durée du service dans ces conditions là… Mais lorsqu’on voit les nanas courir de la cuisine aux tables on pense que tout tourne comme une horloge bien réglée. Pourtant Mr Grand n’aime pas, il nous le dit, nous demande de partir, d’aller ailleurs et on ne l’a pas écouté. Je ne le vous l’ai jamais raconté, mais Mr Grand a un supers filling sur les restos de vacances. Par deux fois nous avons fait à notre sauce et c’est la seconde fois que nous sommes déçus, comme quoi... Chance ou pas ?

10 minutes après notre arrivée, la serveuse prend notre commande et puis commence l’attente. La manège terrasse / cuisine bat son plein et on a l’impression que la salle est dans une autre dimension. Un lieu oublié de ses dames à la tenue moulante et jupette courte, pour attirer le client, mais dont l’esprit enfiévré par le profit, engrange de plus en plus de monde « ici il y a de la place » alors qu’il est clair que le service lui ne suit pas !

Au bout de 30 minutes je me fais rappeler à leur bon soin et demande de l’eau et du pain pour les enfants. Premier sourire (enfin et le seul) et dépôt dans un temps assez rapide de nos désidératas. On a sorti les jouets du sac à plein de choses indispensable de toute bonne famille avec 3 agités affamés. Même le Grand a eu le droit à sa console à table, m’en fiche, c’est long pour eux aussi.

Papa Blogueur râle à nouveau, les assiettes des 2 plus jeunes arrivent ENFIN, 40 minutes après la commande : jambon pâtes, c’est long à cuire, hein ! Bon au moins y en a pour notre argent, double tranche et coupée en morceaux…

Mais ensuite mon regard devient insistant aux passages des damoiselles, puis je craque :

« Cela va bientôt faire 40 minutes que nous attendons nos plats ! »

Pas un mot d’excuse, voire limite un regarde furibond et après un ordre exprès en cuisine, où l’humeur semble joviale car ça rigole bien (feraient mieux de bosser eux), on a enfin nos assiettes. Frittes surgelées trop sèches et tartare pour moi, carpaccio de boeuf et frittes pour madame (ça prend combien de temps pour faire tout ça hein ?). Et pendant ce temps, le Grand a FAIM !

Il pioche dans les assiettes de son frère et sa soeur et après un dernier coup de semonce à haute voix, tout le monde entend m’en fiche, son plat, lasagnes aux épinards et chèvre, se pose enfin devant lui, 50 minutes APRES COMMANDE, soit 1h00 après que nos fesses se sont posées sur les chaises. HONTEUX !

Cerise sur le gâteau, c’est trop cuit et trop chaud ! On commande les desserts prévus dans les menus des enfants pendant ce temps et une fois les dernières bouchées avalées, je part payer en grommelant sans cesse. D’ailleurs Madame Maman n’a pas sa langue dans sa poche et les nouveaux venus dans la grande salle font une tête de six pieds de longs en nous entendant râler.

A la caisse, pas un mot d’excuse, juste le prix, je paie et on se casse ! Pas envie de faire un scandale, de plus, l’entourage direct à bien compris (et vu) la tenue du service, trop tard, leurs consommations sont déjà à leur table.

Entre-temps, on a bien compris qu’ils étaient dépassés car à plusieurs reprises, ils ont appelé une serveuse en renfort, trop tard, on est déjà parti.

Je déteste ce genre de restaurants où le profit passe avant la clientèle, où la nourriture se compose de plats surgelés à réchauffer et où le service se limite à quelques mots sans aucune politesse.

J’en ai reparlé à plusieurs commerçants de souvenirs de vacances de cette ville, certains étaient étonnés, un autre à levé les yeux au ciel (no comment) et le dernier m’a répondu que c’était le second cas qu’il entendait aussi mauvais sur ce resto en moins de 15 jours ! Il allait prévenir ses clients à l’avenir.

Heureusement, toutes nos sorties culinaires n’ont pas eu ce genre de résultats, je vous raconterais une découverte des plus intéressante dans les petites rue de Verdun après notre visite d’un des sites historique 14/18…

À propos de l'auteur

Papa Blogueur

Blog d'un papa de la métropole lilloise.

Voir tous les articles