Avant question sommeil, tout allait (presque) bien. Comme Mr Grand et Mr Moyen, Melle Petite, tes débuts n’ont pas été simples et différents. On y a cru rapidement, puis désenchanté, puis à nouveau rêvé, bref, on arrivait plus ou moins à gérer en alternant d’un parent à l’autre pour pouvoir récupérer, le tout avec plusieurs rituels du couché, etc. Il fut même une période bénite dernièrement, où en quelques minutes, tu tombais de sommeil le soir venu !

Mais on n’a plus 20 ans. Après ces 3 dernières semaines de nuits hachées, y en a marre, nous voulons dormir !

Le cododo plus si fun que ça !

Il y a quelques temps, suite à une double otite, tu hurlais la nuit, tu criais, tu refusais de dormir, tu voulais « papa » puis « maman », puis « papa », puis « maman » voire les deux à la fois, non pas ses frères « veux pas » après tout, ils dorment eux, la chance !
Çà fait mal, on comprend, on prend sur nous, on patiente. On a donc ressorti la recette miracle, le cododo ! Coincé entre-nous, fixée par nos yeux bouffis, à la recherche du sommeil, la nausée de fatigue aux bord des lèvres, nous ne pouvions qu’assister à tes nuits agitées…

Nourrisson, c’était l’idéal. Le cododo résolvait beaucoup de problème. On a adoré, c’était une expérience des plus rapprochante.

Mais là à 22 mois, ton gabarit n’est plus le même, hein ! Tu as grandi, grossi, tu prends plus de place et surtout tu t’imposes et rend moi mon oreiller, y en un spécial pour toi au milieu du lit.

Mais au fait, pourquoi tu hurles encore la nuit ? T’es plus malade ! O_o

Peur du noir, opposition et angoisse de la séparation, un sommeil perturbé

Argh, et 1, et 2 et 3 zéro (le 0 c’est pour nous les parents) ! Car là tu cumules Melle Petite.

Comme un goût de déjà vu mais en pire ! Les filles seraient-elle plus sensibles que les garçons ? Aux premières vues oui…

Peur du noir : installation de 2 loupiotes, tu joues avec avant de dormir, c’est cool, au moins tu pleures plus et cela te rassures.

Opposition : on te rassure, on te montre que tes frères aussi font dodo. Merci à vous les gars, vous êtes de bons comédiens, et oui, ils sont plus grands, ils se couchent un poil plus tard. Cela marche, enfin pour l’instant.

Angoisse de séparation : le pire, c’est l’âge, c’est comme ça, faut faire avec… et c’est tout ?

Naaaaaaaaan ! Cadeau bonux, tu viens de passer en mode oreiller + couette ! Fini la gigoteuse. Tu vois, tu es grande, tu aimes ? Génial. Un lit de grand aussi ? Euh, patiente encore un peu louloutte, hien !

On te coach sur l’heure du coucher, on change le rituel du coucher, on te dit au revoir avant de partir… non ça marche pas, tu pleures de plus belle. Bon, gros effort, on reste jusqu’à ce que tu t’endormes, en mode berceuse et câlin associés. Ouf, c’est bon tu respires du sommeil du juste, je peux partir coucher les 2 autres avec Madame Maman.

Pour la petite histoire, en journée c’est « maaammaaannn », le soir c’est « pppaaappaaa » (et les 2 autres aussi, sigh !), chacun son tour en somme ! mdr

Dors, dors, dors, laisse dormir ton papa !

Et ta maman en passant car, même si maintenant le soir cela va mieux (ouf), la nuit, ce n’est pas encore gagné, loin de là !

Car ton heure c’est 1h30/2h30 du matin chaque jour depuis 3 semaines !

Réveillé d’un coup d’un seul, j’entends tes hurlements « Paaaaaaaaaaaaapaaaaaaaaaaaaa ! Paaaaaaaaaaapppppppppaaaaaa ! ». J’en stress à force, d’ailleurs, un oeil sur le réveil je me demande quand tu vas crier. Pas cette nuit ? 2h40, tu es retard Melle Petite ! mdr

En mode trémolo dans ta petite voix (beaucoup moins mignonne tout à coup), en mode colère, en mode de désespoir, d’angoisse, de plainte, de soupir, enrouée, furieuse, tout le répertoire de la comédie française y passe. Un petit coup de « maman » si papa ne vient pas assez vite avant de reprendre un « ppaaaapppaaaaa » en hurlant quitte à réveiller ton frère au même étage (dur à gérer). Y a pas que du faux, tu n’est pas bien et tu le fais sentir, on voudrait juste, nous, récupérer pour le reste de la journée.

Et là c’est rebelotte, recoucher la petiote, câlins + histoire (je vous raconte pas ma tronche) et attente du sacro-saint dodo !

Ou… cododo ! Et on repart au point décrit au-dessus.

Le choix est simple, ou alors je passe une heure à le recoucher les pieds sur le plancher froid, debout à la regarder s’endormir après avoir joué 15 minutes avec ses loupiotes, ou je la prend avec nous et là, c’est le reste de la nuit qui est pourrie. Dans les deux cas je perd mais comme on t’aime, même si on râle, on sait qu’un jour ça passera.

Ce qui me rassure, c’est que nous ne sommes pas les seuls dans cette mouise. L’autre jour sur Facebook, j’exposais mon cas, et là, plusieurs mamans se soulagent « c’est pareil chez nous » idem chez un autre papa blogueur ! Je vous le dit, c’est un complot du gouvernement pour nous fatiguer et ainsi ne pas pouvoir faire attention à leur agissement sur d’autres points plus importants ! mdr

Rassurez-moi encore, vous avez vécu la même chose, même un tout petite peu, non ? 😉

 

Crédit photo : http://www.sxc.hu

À propos de l'auteur

Papa Blogueur

Blog d'un papa de la métropole lilloise.

Voir tous les articles