Alors que le film est passé sur les grands écran début 2018, le roman audio permet de se projeter dans l’oeuvre originale. A lire ou écouter avant ou après le film. Mais comme pour toutes adaptation, il y aura un delta entre les deux œuvres. A chacun ensuite de préférer sa version. Parfois, comme Seul sur Mars ou Ready Player One, les deux versions même différentes, sont toutes aussi superbes et captivantes…

La forme de l'eau de Guillermo del Toro et Daniel Kraus

  • Lu par : Manon Jomain
  • Durée : 11 h et 58 min
  • Version intégrale Livre audio
  • Date de publication : 27/04/2018
  • Langue : Français
  • Éditeur : Hardigan

Résumé :
Nous sommes en 1963, et Elisa Esposito survit tant bien que mal. Née muette, abandonnée par sa famille, elle travaille de nuit comme femme de ménage au Centre Occam de recherche aérospatiale.

Un soir, elle surprend quelque chose qu’elle n’était pas censée voir : un homme amphibie prisonnier d’une cuve, qui doit être étudié par les scientifiques pour faire avancer la course à l’espace de la Guerre Froide. La créature est terrifiante, mais aussi magnifique – elle fascine Elisa. Utilisant la langue des signes, celle-ci établit une communication. Bientôt, la créature devient sa seule raison de vivre.

Pendant ce temps, Richard Strickland, le militaire brutal qui a capturé la créature en Amazonie, envisage de la disséquer avant que les Russes ne tentent de s’en emparer. Elisa doit tout risquer pour sauver la créature. Avec l’aide d’une collègue qui souffre du racisme ambiant et d’un voisin malchanceux qui n’a plus rien à perdre, elle met au point un plan d’évasion. Mais Strickland ne l’entend pas de cette oreille. Et les Russes sont bel et bien sur l’affaire…

Le fantastique, la romance et l’horreur s’entremêlent dans une histoire d’amour obsédante et tragique, qui a remporté le Lion d’or du meilleur film à la Mostra de Venise en 2017.

Avis sur « La forme de l’eau » de Guillermo del Toro et Daniel Kraus

Le début est dur à écouter, peut-être est-ce du à la lecture, je ne suis pas à l’aise avec Manon Jomain. J’ai du reprendre à plusieurs reprise le livre pour me plonger dedans.

Je n’ai pas vu le film et je ne peux donc pas comparer. Mais le livre lui permet d’imaginer les scènes à sa guise, sans devoir se référer à un film en toile de fond, est-ce plutôt préférable aux vues des critiques mitigées de la version cinématographique ? Je ne pourrais hélas pas y répondre.

La couverture est intriguante, envoûtante même, promettant une romance atypique dès la première page. Cette histoire d’amour à la façon « La Belle et la Bête » mais qui ne révolutionne pas autant ce conte qu’on pourrait le croire, sert de trame de fond à une histoire nettement plus virulente en action au fur et à mesure des pages, sans non plus tomber dans le film d’action de l’année. Il y a comme une sorte de réserve afin de mettre en avant certains personnages bien fouillés et touchants.

Bien entendu, comme tout conte, il y a toujours le méchant de service, un homme torturé, sombre, excécrable, orgeuilleux et violent. Ce genre de personnage qui peut mettre mal à l’aise si l’on préfère les scénarios plus simpliste où le héros s’en sort toujours les doigts dans le nez brandissant la fière épée au-dessus de la tête, la princesse dans le creux du bras, le donjon terminée en tâche de fond.

Bref, La forme de l’eau est un livre intéressant que je tenterais plutôt de lire par moi-même plutôt que de l’écouter. Ou alors est-ce du à certaines lenteurs retrouvées ici et là tout au long du livre ?

En tout cas je le conseille tout de même, c’est une expérience intéressante à se mettre sous le dent.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.