Mis gratuitement en ligne en premier lieu pendant plusieurs semaines, via son site, un conte de son cru, L’Ickabog, il n’a pas fallu longtemps pour le voir imprimé et vendu sous format papier (mais aussi digital).

La d’Harry Potter et des Animaux fantastiques décrit ce conte, L’Ickabog, comme “une histoire sur la vérité et l’abus de pouvoir”. Elle insiste aussi sur le fait qu’il n’a pas de sous-entendu politique comme certaines presses le laissé sous-entendre.

Le Retour de J.K Rowling dans des livres pour enfants

Si la romancière à succès mondial avait promis de ne plus écrire de romans pour enfants, “L’Ickabog” remet donc en cause cette promesse.

Monstres, mythes, légendes et tout de même un soupçon de politique (mais ce c’est pas “méchant”), le roman plait aux plus jeunes et c’est le but.

Très loin du succès des aventures d’Harry et Cie, cette littérature jeunesse est tout de même l’un des cadeau idéal pour les fêtes de fin d’année (ou juste pour se faire plaisir).

Critiques de “L’Ickabog”

Résumé :

La Cornucopia était un petit royaume heureux. On n’y manquait de rien, le roi portait la plus élégante des moustaches, et le pays était célèbre pour ses mets délicieux: Délice-des-Ducs ou Nacelles-de-Fées, nul ne pouvait goûter ses gâteaux divins sans pleurer de joie!

Mais dans tout le royaume, un monstre rôde: selon la légende, l’Ickabog habitait les Marécages brumeux et froids du nord du pays. On disait de cette créature qu’elle avait de formidables pouvoirs et sortait la nuit pour dévorer les moutons comme les enfants. Des histoires pour les petits et les naïfs? Parfois, les mythes prennent vie de façon étonnante…

Alors, si vous êtes courageux et voulez connaître la vérité, ouvrez ce livre, suivez deux jeunes héros déterminés et perspicaces dans une folle aventure qui changera pour toujours le sort de la Cornucopia.

L’Ickabog est un livre pour enfant et peut déplaire aux plus grands. Non pas qu’il soit mauvais, chacun ses goûts après tout, mais du fait qu’il soit loin du monde détaillé d’Harry Potter. Et c’est là que le bas peut blesser, les fans de la romancière ne pourront que comparer sa nouvelle œuvre aux anciennes.

Hélas ou peut-être heureusement, L’Ickabog est un roman court et facile à lire comme un conte pour enfant du soir, au moment du couché. Et c’est d’ailleurs ce qu’il est en fait, puisque J.K Rowling a précisé l’avoir lu et relu à ses propres enfants lors de la rédaction de Harry Potter. Dans le contexte actuel de la crise mondiale du Covid-19, elle a tenu a donner le sourire aux plus jeunes en réécrivant, à l’aide de ses adolescents, L’Ickabog afin de pouvoir le sortir en livre ensuite.

A savoir que tous les bénéfices seront reversés à des associations venant en aide à ceux et celles qui ont le plus souffert des effets du Coronavirus.

Revenons à nos moutons ou à notre Ickabog. Si le ton est plus léger, dans l’histoire il y a bien un monstre, des protagonistes mais aussi le grand méchant de service. Sans rentrer dans les détails, pour ne pas dévoiler plus que cela l’histoire, à mon sens, les héros (des enfants) ne sont pas assez développés comparés au vilain pas beau. Il n’empêche qu’ils restent attachant (ou horripilant), sans compter l’Ickabog lui-même.

Je n’en dirai pas plus sur cette créature, autant la découvrir par vous-même.

Dans tous les cas, il faut vraiment prendre ce roman comme une histoire pour enfant et non pas sombre et très poussée comme Harry Potter et Cie.

[Livre reçu en test]

Partagez cet article sur :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.