REBELLE, le nouveau Disney Pixar, nos impressions

Sauf à habiter dans une grotte non pourvue d’accès internet, vous avez forcément entendu parle de REBELLE. Ou au moins aperçu la tignasse de feu de l’héroïne, Merida, une adolescente d’origine écossaise. Et figurez-vous que cette demoiselle est une princesse qui a du mal à se soumettre à la volonté de sa mère. Très garçon manqué dans l’âme, elle ne pense qu’à une seule chose : galoper sur son cheval et user de son archer dans les bois environnants.

Mais voilà qu’un tournoi est organisé par la reine mère afin de trouver le futur époux de Merida, ce qui, évidemment, va rendre folle de rage la demoiselle. Et voilà qu’elle va mettre en péril tout le royaume pour échapper à son destin, et en chemin vivre une aventure des plus rocambolesque. Avec sa mère !

Rebelle-Pixar

Étant fan des studios Pixar (j’ai vu toutes leurs productions), j’attendais avec hâte ce nouvel opus. Car en plantant le décor chez les facétieux écossais, je me disais que j’allais bien rire. En fait, j’ai sourit… quelque fois. Car, à mon sens, REBELLE est un conte dans la pure tradition des contes Disney. Avec en sus la touche Pixar qui fait la différence. Et cette communion fonctionne plutôt bien. D’ailleurs, on retrouve un binôme en charge de la réalisation du film, Mark Andrews et Brenda Chapman. Le monsieur vient de chez Pixar, et la dame, de chez Disney.

Brenda Chapman a d’ailleurs déclaré s’être inspirée de sa propre expérience pour réaliser ce film :

Il y a une bonne raison pour que l’histoire de REBELLE soit si pertinente : elle est inspirée d’une véritable relation. Ma fille est d’un caractère têtu. Elle était tellement passionnée et tellement forte – et elle n’avait que 4 ans à l’époque – que je me suis demandée ce que cela allait donner à l’adolescence. J’ai commencé à imaginer ce que donnerait un conte de fées avec une mère active, qui a un poste important, et une fille vraiment obstinée dont on ne veut pas étouffer la force de caractère – même si l’on y est parfois contraint quand même. Au final, ça n’était pas un conte de fées du tout. REBELLE s’est plutôt révélée être une épopée d’action.

rebelle_triplés

 

A la différence des autres productions Pixar, REBELLE joue moins  sur le registre de l’humour. Mais propose une aventure mêlant des scènes d’émotion (mon cœur de maman s’est parfois serré), d’action avec parfois un soupçon d’intensité dramatique. Et niveau esthétique, c’est sublime. Les textures des cheveux sont hallucinantes de vérité, tout comme les décors. Je pense que l’office du tourisme écossais va recevoir bientôt de nombreux touristes ! Sans oublier la modélisation des animaux, les ours comme les chevaux dont le comportement est ultra réaliste. D’ailleurs, je ne pense pas montrer ce film à ma fille de 4 ans car certaines séquences (combat d’ours) sont un peu effrayantes.

rebelle-feu-follet

 

REBELLE ‘est un film à voir en famille (sortie le 1er août), avec une histoire digne d’un conte de fées moderne s’attachant à des valeurs universelles (la crise d’adolescence d’une demoiselle). Car même si le décor est planté dans une Écosse d’autrefois et en costume, les situations vécues pourraient être d’actualité. Enfin, sans doute pas la rencontre avec une sorcière dans un bois. Quoique…

Et comme vous avez sans doute déjà vu la bande-annonce, voici une featurette inédite avec les interventions des producteurs et réalisateurs expliquant pourquoi ils ont choisi l’Écosse comme terrain de jeu.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

5 comments

  1. Fabien

    Salut,
    Ma fille de 8 ans piaffe d’impatience depuis hier, donc demain on va aller voir ça, j’espère que ça va lui plaire, en théorie je pense que oui. Moi par contre c’est peut être moins sur ;-)

  2. karine

    ah oui, ce serait intéressant de voir le ressenti d’un homme. Parce que le film est loin d’être mauvais, c’est juste que j’ai l’impression qu’il plaira plus aux filles ;)

  3. J’ai gagné 2 places alors j’ai hâte d’y emmener Timinoo :)

  4. Pingback: Sphero Ultimate Lightning McQueen, le test par Papa Blogueur