Entre deux mondes d’Ovlier Norek est un livre captivant très humain nous faisant réfléchir plus que d’habitude sur la vie de ces migrants qui ont occupé la jungle de Calais durant des mois de manière parfois anonyme pour la plupart d’entre-nous. Mais au-delà de fond peins en surface, l’auteur ayant eu assez de goût pour ne pas rentrer dans une marée de détails sordides, c’est la vie d’un homme déchiré qui nous ai compté, avec sa dégringolade en enfer.

Entre deux mondes, un roman audio par audible.fr

Ce polar est monstrueusement humain, « forcément » humain : il n’y a pas les bons d’un côté et les méchants de l’autre, il y a juste des peurs réciproques qui ne demandent qu’à être apaisées.

Description :

Fuyant un régime sanguinaire et un pays en guerre, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya à six mille kilomètres de là, dans un endroit où elles devraient l’attendre en sécurité. Il les rejoindra bientôt, et ils organiseront leur avenir. Mais arrivé là-bas, il ne les trouve pas. Ce qu’il découvre, en revanche, c’est un monde entre deux mondes pour damnés de la Terre entre deux vies. Dans cet univers sans loi, aucune police n’ose mettre les pieds.

Un assassin va profiter de cette situation. Dès le premier crime, Adam décide d’intervenir. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il est flic, et que face à l’espoir qui s’amenuise de revoir un jour Nora et Maya, cette enquête est le seul moyen pour lui de ne pas devenir fou.
Bastien est un policier français. Il connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu’elle engendre. Mais lorsque Adam, ce flic étranger, lui demande son aide, le temps est venu pour lui d’ouvrir les yeux sur la réalité et de faire un choix, quitte à se mettre en danger.

  • Auteur(s) : Olivier Norek
  • Lu par : François Montagut
  • Durée : 8 h 58 min
  • Version intégrale | Livre audio
  • Date de publication :05/10/2017
  • Éditeur : Audible Studios

Olivier Norek :

Engagé dans l’humanitaire pendant la guerre en ex-Yougoslavie, puis lieutenant à la section Enquête et Recherche de la police judiciaire du 93 depuis dix-huit ans, OLIVIER NOREK est l’auteur de trois romans largement salués par la critique et traduits dans plusieurs pays, ainsi que le lauréat de nombreux prix littéraires. Après Code 93, Territoires et Surtensions, il nous invite dans un monde Entre deux mondes que nul ne peut imaginer, où se rencontrent deux inspecteurs que tout semble opposer et qui devront unir leurs forces pour sauver un enfant.

Mon avis de Papa Blogueur

Un livre qui fait réfléchir au point qu’au milieu de sa « lecture » j’ai fais des recherches sur la Jungle de Calais, sur ces no-border et la vie des habitants de cette ville qui a subit les conséquences de la migration de milliers d’exilés de pays en guerre. Personne n’a rien demandé, ni eux, ni nous, pourtant la situation a échappé à tout le monde jusqu’à ce que quelqu’un « agisse » et décide de détruire de bidon-ville à la française.

L’auteur nous tient en haleine jusqu’au bout avec un suspens en dent de scie mais assez prenant. A savoir, l’auteur ne prend les situations de la Syrie et de la Jungle qu’en décor pour son livre. Ce n’est pas un documentaire et donc même si cela nous prend aux tripes, l’immersion n’est pas totale mais suffisante pour nous toucher (ce n’est pas le but d’ailleurs).

Attention spoiler, pour ceux qui n’ont pas lu ou écouté ce roman, éviter de lire la suite. 😉

A savoir l’histoire est basée sur une histoire vraie, dixit de l’auteur, j’ai un peu papoté avec lui.

Adam est un flic dans un pays en guerre. A la lecture du récit il est facile de penser que tout ce qu’il vit est de sa propre faute. Dans un élan de peur irraisonnée, il a envoyé sa famille au fond de la mer. Mais comment aurait-il pu le savoir ? N’aurions pas agi de la même manière ?

Savoir dès le début du livre que la quête d’Adam est livrée au néant est une vrai torture mentale. En tant que lecteur, comme dans les films d’Hitchcock, nous avons envie de lui dire, de le prévenir, « attends gars, ils sont morts merde, ils ne sont plus là ! ». Mais c’est impossible et c’est l’un des points prenant du livre.

Fuyant à son tour et rongé par sa culpabilité de n’avoir pas su (re) trouver ceux qu’ils aiment, il naviguera entre « deux-mondes » dans la célèbre et triste jungle de Calais, maintenant démantelée. Mais il ne peut rester les bras croisés face au destin tragique d’un petit garçon visiblement tout mignon au dehors, mais recelant en lui un passif dès plus noir, annoncé seulement à la fin.

J’ai été pris par l’histoire, par les divers rebondissements, la descente aux enfers d’Adam jusqu’à un final, je suis resté sur une sensation de mal à l’aise sûrement du par un manque d’un « happy-end » à l’américaine.

Ce roman est adapté d’une histoire vraie, seule l’enquête est de fiction m’a livré Olivier Norek. Mais que sont devenus les protagonistes du livre dans la vie réelle ? Bref, je reste sur sa faim de « ne pas savoir », malgré quelques lignes qui nous offre un futur plutôt positif pour l’enfant en tout cas. Tout comme la réunion de la famille du Lieutenant de police venu s’installer à Calais dont son couple part en vrille.

D’autre part, même si l’auteur nous dépeint la réalité sordide de ces migrants ou ces pays en guerre, certains passages ou situations restent quelques peu inachevés à mon goût. Rappelons encore que tout cela n’est qu’une toile de fond et non un documentaire.

Par ailleurs, on ne sait rien de sa fuite de son pays par exemple. Si vraiment « c’était aussi facile que cela », pourquoi Adam n’est-il pas parti avec sa famille tout de suite au lieu de se diviser ?
On le dit recherché pour trahison, suites aux enquêtes françaises sur son identité, il semblerait logique que l’information puisse avoir été remonté dans son pays d’origine, hors aucune suite sur le sujet. Des sujets qui aurait pu être un peu plus approfondis, mais ce n’est que mon avis personnel.

Bref, c’est un livre à lire et à relire (ou écouter). Par ailleurs, le narateur, François Montagut possède un bon palmarès de livres sur Audible. Au début j’ai eu du mal, ayant écouté il y a peu « Les violents de l’automne » de Philippe Georget, dont Montagut prenait aussi la parole. Il faut donc savoir se détacher des précédents personnages pour apprivoiser les nouveaux.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.