Ce mois-ci dans le club Audible, la sélection c’est posée sur « Une fille, qui danse« . Je ne sais comment décrire ce livre… C’est bien loin de mes lectures / écoutes habituelles. Entre le sérieux et le réalisme, c’est un livre que je classerais de « littéraire » amenant à moult réflexions. Mon avis en seconde partie de l’article.

Une fille, qui danse de Julian Barnes

{Test/Audible} Une fille, qui danse

  • Titre VO : The sense of an ending
  • Lu par : Théo Frilet
  • Durée : 4 h et 59 min
  • Version intégrale Livre audio
  • Date de publication : 02/08/2018
  • Langue : Français
  • Éditeur : Audible Studios

Description
Ceux qui veulent nier le passage du temps disent : quarante ans, ce n’est rien, à cinquante ans on est dans la fleur de l’âge, la soixantaine est la nouvelle quarantaine et ainsi de suite. Je sais pour ma part qu’il y a un temps objectif, mais aussi un temps subjectif… le vrai, qui se mesure dans notre relation à la mémoire. Alors, quand cette chose étrange est arrivée, quand ces nouveaux souvenirs me sont soudain revenus, ç’a été comme si, pendant ce moment-là, le temps avait été inversé…

Comme si le fleuve avait coulé vers l’amont. Tony, la soixantaine, a pris sa retraite. Il a connu une existence assez terne, un mariage qui l’a été aussi. Autrefois il a beaucoup fréquenté Veronica, mais ils se sont éloignés l’un de l’autre. Apprenant un peu plus tard qu’elle sortait avec Adrian, le plus brillant de ses anciens condisciples de lycée et de fac, la colère et la déception lui ont fait écrire une lettre épouvantable aux deux amoureux. Peu après, il apprendra le suicide d’Adrian. Pourquoi Adrian s’est-il tué? Quarante ans plus tard, le passé va ressurgir, des souvenirs soigneusement occultés remonter à la surface – Veronica dansant un soir pour Tony, un week-end dérangeant chez ses parents à elle… Et puis, soudain, la lettre d’un notaire, un testament difficile à comprendre et finalement, la terrible vérité, qui bouleversera Tony comme chacun des lecteurs d’Une fille, qui danse.

Ce livre audio en version intégrale vous est proposé en exclusivité par Audible et est uniquement disponible en téléchargement.

©2013 ILA. Traduit de l’anglais par Jean-Pierre Aoustin (P)2018 Audible Studios

Mon avis sur « Une fille, qui danse » de Julian Barnes

Dans Une fille, qui danse, je ne comprends pas pourquoi il y a cette virgule dans le titre. D’ailleurs, pour moi le titre français n’a que peu de rapport avec l’histoire…

Ce n’est pas un roman écrit pour détendre, enfin mon sens, et surtout pas pour « passer le temps », ce n’est pas du tout ce que j’écoute normalement. Le contenu du livre est d’un niveau « supérieur ». Il est bourré de référence historiques et culturelles qui font de l’histoire ce qu’elle est. Cette oeuvre est plutôt philosophique, profond et donne matière à réfléchir autant sur les personnages que sur l’histoire elle-même. N’oublions pas aussi que c’est une traduction anglaise, et donc qu’il ne faut pas transcrire la jeunesse ou la vie de Tony « en français », car ce héros a fait sa vie à Londres et un Londres qui n’est pas celui d’aujourd’hui. C’est à la fois cynique et sarcastique, où plane un mystère sur la question du suicide d’un des protagoniste, et ce jusqu’à la fin…

Le livre se divise en deux partie. La première, où l’on découvre la jeunesse de Tomy, le protagoniste principal du livre et les aléas amoureux de la jeunesse dans une vision de la différence de classe, mais aussi des bugs masculin de la jeunesse se répercutant sur son « couple ». Ensuite, les années passent et on le retrouve à 60 ans. A ce moment là, sa mémoire rejoue le film de sa vie, terne, sans grande gloire, linéaire voire ratée avec des regrets sur ses actions passées…

Mais c’est alors qu’un événement inattendu entre alors dans cette vie…

L’acteur / lecteur (Théo Frilet) sait manier les personnages du roman avec brio, et par comparaison avec les autres acteurs d’Audible connu à travers les autres œuvres écoutées, je ne sais pas si un autre aurait fait aussi bien pour ce livre. Il tiens les rôles, dont Tony, d’un main de maître.

Si ce livre n’est pas mauvais au fond, d’ailleurs il a de bonnes critiques et il a même été adapté au cinéma, mais ce n’est pas du tout mon genre et j’ai eu du mal à l’écouter. J’ai l’impression que c’est « surfait », très travaillé et ampoulé par moment, comment dire, qu’il y a de « trop » autant dans la vocabulaire employé que le fond. Mais je ne suis pas du tout habitué à ce genre d’oeuvre, public il doit y avoir c’est certain.

D’ailleurs, qu’apporte la fin sur l’histoire ? Je me pose la question. Et ce « testament » ? Les mémoires du suicidés ? Ces sujets sont ne sont pas assez décortiqués et frustre le lecteur.

{Livre reçu en test à écouter par Audible.fr}

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 comment

  1. Pingback: {Test / Audible} Khalil de Yasmina Khadra